Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 5 octobre 2022

Charade

Certes je n'ai pas « vécu » 68, je n'ai pas eu la chance d'alors baiser avec l'éternité — comme l'écrit si bien Gérard Lambert dans Après déception des espoirs matinaux —mais je n'ai pas eu par contrecoup la malchance de subir les effets de ce qui s'est ensuivi après 1973 parmi les camarades : désamours, embrouilles, incarcérations, overdoses, suicides, et j'en passe.

J'ai pas eu cette chance, mais en fin de compte j'ai eu pas mal de bol.

Car en 1977 je venais de m'abonner à Spirou (enfin, c'est mes parents qui raquaient, évidemment).

Et le 17 mars de cette année-là, une bombe a éclaté.

Agrafé au cœur de cet innocent hebdomadaire illustré pour bambins pas encore pré-ados (mais on parlait pas comme ça alors, cette expression n'existait même pas), il y avait un joyau concocté par Yvan Delporte et André Franquin (et une ribambelle de collaborateurs) : Le Trombone Illustré, du pur fluide glacial.
C'est là que j'ai découvert la joie folle de la déconnade à tout-va — et Fredric Brown, incidemment.


Un virage en épingle dans la vie.

Dedans, y'avait cette charade.
J'aimais les chats, pas encore les rades, mais j'ai vite pris le pli.


0 urbanités attiques:

Enregistrer un commentaire