Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

lundi 1 février 2010

Passage du Khmer rouge


À mes yeux d'apostat, l'incendie de quelques monuments publics et d'un petit nombre de propriétés privées, la chute de la Colonne, l'égorgement de plusieurs centaines d'ennemis du peuple et quelques autres facéties connues de toute la terre furent des résultats extrêmement pitoyables et tout à fait indignes de la justice des révolutions qui se respectent.
Moi, j'avais rêvé mieux. Les trois cent mille têtes du citoyen Marat ne m'auraient pas suffi et le pétrole aurait vainement sollicité mon suffrage. L'égalité démocratique prise du plus bas possible devait, selon mes vues, réaliser un niveau social tel qu'il ne restât plus sous le soleil que les Bourbeux et les Croupissants. Ma ligne idéale d'élagation partait comme une flèche topographique, de l'aristocratie présumée des vertus, c'est-à-dire du sacerdoce, et s'en allait rigidement, après avoir passé par l'aristocratie de l'argent qui disparaissait dans la Mer rouge, jusqu'à l'aristocratie du Goujatisme triomphant et jusqu'aux hauts barons de la Crapule héréditaire.
Toute supériorité, tout relief humain devait tomber, s'engouffrer et périr dans le cloaque d'une promiscuité définitive dont les plus audacieux utopistes de la fraternité révolutionnaire n'avaient pas osé rêver l'avènement.

Léon Bloy, Propos d'un entrepreneur de démolitions

Ce billet nous a été communiqué par notre (fort peu) honorable correspondant aux éditions Sao Maï, M. Laurent Zaïche.

0 urbanités attiques:

Enregistrer un commentaire