Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateurice à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 28 février 2024

I. A. (Mmmmh…)



À l'heure de la prévalence inexorable de l'intelligence artificielle, il est bon de se remémorer quelques classiques.



Mais bon, petit présomptueux, idiote, il est trop tard…

Au compteur, Linky (scission ?) se porte bien, merci !


C'est eux deux ?
(dans mon école, on appelait cette classe-là « la Neuvième »)



Wesh, il semblerait en fin de compte, à l'heure du capitalocène, que l'humanité n'ait pas été si « humaine » que cela.
Même au cinéma.
Alfred Hitchcock, Roman Polanski, Woody Allen, Jean-Claude Brisseau (pour ne citer qu'eux) se conduisirent apparemment en pures ordures vis-à-vis du beau sexe.
Et pis aussi Jacques Doillon et Benoît Jacquot (de Nantes, si on fait les choses à Demy), qui apparemment kiffaient les godes rêches.
Et pire, bien avant, Fatty Arbuckle (mais qui donc s'en souvient ?)

 
Il paraît que même Hitler n'était pas très sympa, selon un témoignage apocryphe d'Eva Braun.

Platon, Aristote, Sénèque, Villon, Rabelais, Montaigne, Molière,  etc., on sait pas trop.
Mais leurs œuvres sont disponibles, nullement interdites.

Contrairement au dernier film de Jacques Doillon, CE2, dont la sortie (initialement prévue le 27 mars) vient d'être repoussée sine die en raison de la fâcheuse confusion entre, disons, l'homme et l'œuvre, en 1984 2024.
Alors que, comme disait l'autre, « le style, c'est l'homme ».
Hue, go : tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes !

mardi 27 février 2024

La pédophilie est un jeu d'enfant

En déballant comme à l'accoutumée un carton de bouquins, je tombe recta sur ce truc dont l'illustration du premier plat me paraît un tantinet équivoque (édition de 1941, à ce qu'il semble) :

(Garanti sans retouche-touche)

Déjà qu' j'avais guère de flair, v'là qu'y a même pus d' mon nez
(et c'est de l'art, gens) !


Joel Grey & Liza Minnelli in Cabaret (Bob Fosse, 1972)

Pink Floyd - Money (1973)

ABBA - Money Money Money (1976)

Téléphone - Argent, trop cher (1981)

Stupeflip - Argent (2005)

 « Alors rampe comme un chien, et surtout excuse--toi
D' toutes façons t'exist'ras plus quand j'aurais plus besoin de toi »

Le moyen de parvenir ?


Duel dans la boue (These Thousand Hills - Richard Fleisher, 1958)

— There must be a way to get rich without stealing !
— That's what our fellows the poor have said…


 

vendredi 9 février 2024

La révolution ?
« Une jeune fille dénudée, impudique dans l'expression de ses désirs »



France Khü rediffusait dans la nuit de mercredi à jeudi une brève émission d'octobre 2017 (ça… s'entend…) consacrée à une femme foutrement libre dont j'ignorais tout jusqu'alors : Evguénia Iaroslavskaïa-Markon, poétesse révolutionnaire assassinée par les bolcheviks en 1931, à 29 ans.

mardi 6 février 2024

Marx Attacks !


D'intéressants éclairages la semaine passée sur la genèse de l'œuvre de Marx : c'était en quatre épisodes, dans l'émission Avec philosophie de Géraldine Muhlmann :







Ma liberté : la faculté de me donner à moi-même Mélois



Clémentine Mélois était invitée l'an dernier par la BNF pour une résidence de neuf mois dans cette vénérable institution.
Elle a relaté son expérience de la chose en deux séances publiques à Paris : l'une à la Maison de la Poésie le 22 novembre 2022, après deux mois de résidence, et l'autre vers la fin d'icelle, le 22 mai 2023 à la Bibliothèque de l'Arsenal.

C'est instructif, drôle, ingénieux, émouvant… en un mot : jubilatoire. 

(et perso, je trouve ses hésitations savoureuses !)



vendredi 26 janvier 2024

Ta bite, Jeannette !
(Le rockeux film d'horreur, suite)



Ça fait quelque temps que je songe au film de Jim Sharman, The Rocky Horror Picture Show.
Hem, euh… quarante-cinq ans, en fait, au bas mot.

C'est mon amoureuse d'alors qui m'avait aiguillé sur cet OVNI — en même temps que vers Boris Vian — mais j'avais trois ans de moins qu'elle et jamais on ne s'est embrassés, la belle Laure et moi.
À cette époque, le film passait déjà au Studio Galande, mais sans alors tout le cérémonial bobo qui afflige aujourd'hui chaque projection.

(Ce n'est qu'une dizaine d'années plus tard que j'ai appris qu'en vrai c'est Richard Jean-Élie qui avait eu le nez de récupérer en 1975 ce nanar — flop complet lors de sa sortie en première exclusivité à Paris — pour le Studio des Acacias qu'il programmait alors, et qui l'érigea au statut de film-culte. Mais j'ai déjà raconté tout ça durant des déballages obscènes.)

Outre l'intelligence de Jim Sharman qui bifurque l'intrigue du plus ridicule comique à un tragique assez pathétique (certes outrageusement grand-guignolesque), outre les époustouflantes abracadabrances de Tim Curry (mais pas que lui, et puis ce paragraphe s'enfle en ridicule utricule), c'est la B.O. de Richard O'Brien qui m'a instantanément saisi, au point de filer le lendemain choper le vinyle et l'écouter en boucle (pardois, hourrah ! avec ma Laure d'alors).

Voici quelque temps, j'avais adaptationné la splendide chanson du générique
, et puis — allez savoir pourquoi ! — ça m'a récemment retraversé la tronche alors je me suis attelé à la traduction de l'intégralité du bouzin.
Là, j'ai réussi à débourzalinguer le deuxième morceau de l'alboume, avec la complicité de mon pote Henri — ce génie musical hélas si discret !

J'ai commencé par lui proposer une première version, après qu'il m'eut extrait l'instrumental pour que je puisse karaokéter le machin…

… après quoi il m'a filé quelques tuyaux pour enregistrer sur deux pistes séparées les voix de « Brad » et « Janet »…

… et pis il a recalibré un tantinet l'ensemble, et ça donne donc ceci :

jeudi 25 janvier 2024

Se faire Robinson…


— L'eusses-tu crue, Zoé, toute cette saloperie qui nous déboule sur la tronche à cause du capitalocène, et devoir apprendre à se démerder tout à trac seuls comme des naufragés  ?

Daniel, de faux y'en a pas dans ce que tu m'assènes, mais ça vaut tout de même mieux que celle de la camarde, non ?
 
— Mouaif…
Wesh… bah alors comme disait Nicole Kidman à la fin de l'ultime Kubrick, Let's fuck !
 
— Enfin une idée intelligente !
 

Nous… et eux…




« Et puis, bon, on est juste du menu fretin… »

Pfff…
Y'en a marre, c'est vraiment trop surfé tout ça !

mercredi 17 janvier 2024

Aude, alle allait qu'sans drain…



… a c'est pour ça qu' sa plaie a s'a mise à suppurer, et pis a l'en a morte, la pauvrette !

Hé ouais, c'est comme ça, mais bon, que nos pensées émues vers cette pauvre Aude ne nous empêchent pas d'écouter cette belle ode à l'alexandrin dispensée naguère sur ce qui va devenir sous peu Radio-Rachida :



mardi 9 janvier 2024

Prière d'insérer (13)


Voici l'histoire d'un huissier qui déménage à la cloche de bois ; d'une jeune fille éprise d'absolu et séduite par l'homme de loi ; d'un chef d'entreprise qui projette de vendre des bouffées de sauvagerie pour faire oublier la barbarie quotidienne ; d'un gamin rebelle et d'un capitaine de gendarmerie dont le nom transporte l'odeur des arbres ; d'un capitaine qui se rappelle l'enfant qu'il a été ; c'est l'histoire d'une poignée de citadins qui jouent aux Indiens à deux heures de Paris.

Prière d'insérer (12)


[Il] était pauvre, esseulé, bête et méchant, mais pour changer tout ça, il avait un plan de vie beau comme une ligne droite.
Après avoir pratiqué dix ans le métier d'assassin, fait sa pelote et appris les bonnes manières, il allait rentrer au pays retrouver sa promise et faire des ronds dans l'eau…
Mais pour se baigner deux fois dans le même fleuve, il faut que beaucoup de sang passe sous les ponts.


(Soit dit en passant, seul l'auteur de ce chef d'œuvre a pu ramasser pareille merveille en huit lignes, c'est dire l'étendue de son génie)

France Travail
(Demain, t'es chaud ?
Meurs !)




— Mais la haine paie eux…
— Assez, Dick : Paul en ploie déjà un paquet !

lundi 8 janvier 2024

Mais bordel de chiottes, qu'on les envoie en colonie de vacances dans la bande de Gaza, il s'ra elle et LGBTQ+ vaincra !

J'ai entendu cette dégueulasserie tantôt sur la Chaîne Nationale (misère, madre mio, que fout donc Emmanuel Laurentin depuis l'arrêt de La Fabrique de l'histoire ???)


Combien ielles gagnent comme émoluments, ces soit-disant « expert(e)s » qui causent dans le poste ?

Voyons voir : entre 3000 et 8000 € mensuels, j'imagine.
Enfin, disons… plus ou moins (j'ai jamais pigé que dalle au fric).

Bref, entre six et seize fois ce que perso moi je touche en tant que « bénéficiaire » du RSA — comme ils disent — , savoir 534,82 € à ce jour, alors que le seuil du minimum pauvreté — comme ils disent — est officiellement  (selon l'INSEE) de 1102 €, soit quasi le double de ce qu'on aumône au crevards pour pas que ce soit tous les jours les émeutes de juin.

Dans quel monde vivent-ils, ces extra-terrestres qui jargonnent en hors-sol sans rien piger à la réalité des choses ?

Ça leur dirait-y kékchose, les Gilets Jaunes ?
La Commune de Paris ?
Octobre 1917 ?
Bof, à quoi bon travailler ?

Le trésor d'une racaille pas rouge


France Khü nous a gratifié en deux ouiquèndes d'un reportage exhaustif sur la retrouvaille des six mille pages de manuscrits de Céline, soi-disant détruits — ce contre quoi il dégoise à longueur de ses écrits d'après-guerre — et c'est foutrement passionnant, pour l' archiviste appâté pour siens par les miracles.

(Même si on en pince, c'est pas vraiment du beau linge, bien que cette histoire en ait fichu dans de beaux draps…)

Soit dit en passant, le comédien qui lit bougrement bien Destouches (on dirait Céline lui-même !) se nomme Stanislas de la Tousche, ça m'a fait rire jeune…











jeudi 4 janvier 2024

Je ne suis pas ce qu'on appelle « un homme civilisé »…



J'en ai fini avec la société pour des raisons qui me semblent justes, et c'est pourquoi je ne me conforme plus à ses lois.

lundi 1 janvier 2024

Amphigouri, boustrophédon, langue de bois, moralisme et bla-bla-bla

 

« Nous devons donc continuer ce réarmement de la Nation face aux dérèglements du monde, car la force de caractère est la vertu des temps difficiles. » (Macron, 31 décembre 2023) 

« La vertu n’irait pas si loin si la vanité ne lui tenait compagnie. »
(La Rochefoucauld, Réflexion morale n°200)