Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 11 mai 2022

Et tout ça, ça fait…


 

♬♪♫  D'excellents Français
Fidèles à Bousquet  ♪♬♪

Une merveille de série d'émissions sur France Cul cette semaine, orchestrée par Alain Lewkowicz, glaçante de réalité crue et concrète.

Le 16 juillet 1942, des flics français cognent à des milliers de portes avant l'aube, arrachent de leur lit et de leurs rêves des familles entières – femmes, vieillards, enfants – et les embarquent en bus au Vel d'Hiv rue Nélaton, pour six jours d'entassement parmi jusqu'à treize mille personnes gradinées sur des strapontins sous une chaleur à crever, sans eau ni bouffe ni sanitaires, tout n'est qu'angoisse, douleurs, hurlements, terreur et infection.

Presque tous mourront, déportés par convois à bestiaux de camp en camp jusqu'à l'extermination finale.




Il est assez suffocant d'en entendre presque se réjouir dans cette série qu'un quart seulement des Juifs de France ont été exterminés sous l'Occupation.
Certes, par rapport à l'Allemagne, la Belgique ou la Pologne, c'est chouette, non ?
Un quart des Juifs d'un pays, pas grave, il en est resté les trois-quarts : adieu Sarah, Joseph, Rachel, Simon… qu'importent les vies auxquelles vous auriez pu prétendre, même si vous n'aviez pas l'âge de raison quand ils vous ont assassinés à Auschwitz !
(Bon, désolé, je m'emporte vite : c'est en fait dit au début du quatrième épisode pour rappeler qu'en France les Juifs ont été beaucoup plus aidés et secourus qu'ailleurs, et puis Jacques Semelin tempère juste après cette « question empoisonnée » en insistant sur le fait que la priorité est de ne jamais oublier les morts. Mais tout de même, pourquoi toujours se référer d'abord au pire ?)

En 2022, des milliers de civils ukrainiens sont morts de l'invasion russe depuis le 24 février, mais cela semble déjà de l'histoire ancienne.
Qui se souvient aujourd'hui des centaines de victimes du théâtre de Marioupol à la mi-mars ?
Qui se souviendra dans un mois de celles que les séides de Poutine acculent à mort depuis des semaines à Azovstal ?

D'ailleurs, qui se souvient de cet été 42 ?

mardi 5 avril 2022

Heureux qui connut l'I.S. ?

C'est au hasard de l'émission Être et savoir de tout à l'heure que j'ai découvert cette entêtante chanson de Ridan qui date de quinze ans…

… et qui m'a directos remémoré un détournement commis encore quinze ans avant :

Mordicus n°4, avril-mai 1991, p. 18

samedi 26 mars 2022

Il ne se passe rien

(Journal moscovite, fin mars 2022) 

 

IL NE SE PASSE RIEN.

Passez votre chemin.

Une opération spéciale est en cours.

Personne ne s'appauvrit.

L'économie est en pleine croissance.

lundi 29 novembre 2021

Cécile oint tout ça…

Un bel hommage a été rendu jeudi dernier au MAHJ à Cécile Reims, disparue le 18 juillet 2020 :

Cécile a été enterrée à La Châtre le 24 juillet 2020.

« Aveuglés par le soleil plombant, étourdis par l'émotion, nous err[i]ons au milieu des tombes comme dans un labyrinthe à la recherche d'une sortie de secours. » (Muriel Denis, Être Deux ou Les bandes magiques, 2021, p. 142)

Voici quelques paroles prononcées alors, emportées par le vent qui grondait aussi fort que le soleil poudrait :

L'enterrement de Cécile Reims, La Châtre, 24 juillet 2020

lundi 4 octobre 2021

ZAD et potes, ça dépote !



France Culture diffusait la semaine passée dans le cadre de La Série Documentaire un ensemble de quatre émissions sur les ZAD aujourd'hui, menées avec brio par Alain Lewcowicz.
Ça file une sacrée patate !

dimanche 12 septembre 2021

À la pointe de l'ébaubi



L'an dernier, juste avant le confinement général, France Culture nous gratifiait de la rediffusion d'un documentaire de l'été 1980 : « Boby et les siens » (première diffusion en quatre épisodes les dimanches 10, 17, 24 et 31 août 1980) :




Et pour s'en remettre une louche, un hommage des « Papous dans la tête » étendu sur deux émissions, lors d'une « Promenade au bout de la langue » titillée par Patrice Delbourg au milieu des séances diffusées les 10 et 17 juillet 2011 :


(Séquence de 27'43" à 45'05")

(Séquence de 27'37" à 48'24")

samedi 11 septembre 2021

Boris Vian, un diamant foisonnant de facettes



C'était en 1979, huit heures d'émissions autour de Boris vingt ans après son trépas, et c'est la première fois qu'on entendait deux chansons inédites, issues de la musette de Jacques Canetti : une bluette un peu mièvre, Barcelone, et une amusante pochade bien plus à mon goût, À la pêche des cœurs.
 
Je me souviens avoir assisté à la dernière émission à la Maison de la Radio, à l'époque c'était du direct, j'avais laissé des instructions à mes proches pour pas rater l'enregistrement de la cassette.

Joie de l'été, on a pu réentendre ça en juillet, je crois bien que c'était la première rediffusion depuis quarante-deux ans.