Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

dimanche 12 septembre 2021

À la pointe de l'ébaubi



L'an dernier, juste avant le confinement général, France Culture nous gratifiait de la rediffusion d'un documentaire de l'été 1980 : « Boby et les siens » (première diffusion en quatre épisodes les dimanches 10, 17, 24 et 31 août 1980) :




Et pour s'en remettre une louche, un hommage des « Papous dans la tête » étendu sur deux émissions, lors d'une « Promenade au bout de la langue » titillée par Patrice Delbourg au milieu des séances diffusées les 10 et 17 juillet 2011 :


(Séquence de 27'43" à 45'05")

(Séquence de 27'37" à 48'24")

samedi 11 septembre 2021

Boris Vian, un diamant foisonnant de facettes



C'était en 1979, huit heures d'émissions autour de Boris vingt ans après son trépas, et c'est la première fois qu'on entendait deux chansons inédites, issues de la musette de Jacques Canetti : une bluette un peu mièvre, Barcelone, et une amusante pochade bien plus à mon goût, À la pêche des cœurs.
 
Je me souviens avoir assisté à la dernière émission à la Maison de la Radio, à l'époque c'était du direct, j'avais laissé des instructions à mes proches pour pas rater l'enregistrement de la cassette.

Joie de l'été, on a pu réentendre ça en juillet, je crois bien que c'était la première rediffusion depuis quarante-deux ans.








lundi 23 août 2021

Des assauts de Picassiette, des assiettes de Picasso ?

On ne sait presque rien d'Alexander Bubnov, sinon qu'il a réalisé ce court-métrage, Hostess, en 2020, ainsi que des clips pour le groupe ukrainien Gibkiy Chaplin à qui l'on en doit la musique.

[Note du 30 août : du même, on peut voir Clinic (1993), ainsi que d'autres films sur sa chaîne Ioutioube]



Alexander Bubnov : Hostess (2020)

vendredi 20 août 2021

♬♪♫ Un travailleur… qui surgit dans la nuit ♪♬♪


France Culture rediffusait la semaine passée La Série Documentaire d'avril 2019 intitulée « Au voleur ! », dont le deuxième volet dresse un portrait fort bien troussé de Marius Jacob, grâce aux bons soins de Jean-Marc Delpech et d'Anne Steiner.
C'est bougrement émouvant d'entendre la voix de Josette, la  compagne de sa dernière année !

Les Écrits de Jacob ne sont malheureusement plus disponibles chez L'insomniaque, pas plus dans les deux tomes de 1996 que dans leur réédition augmentée (grâce aux apports du même Delpech) en un volume de 2004, mais on peut encore les dénicher chez les bouquinistes, et le recueil dont on aperçoit ci-dessus la couverture se trouve toujours en librairie.

lundi 26 juillet 2021

Obi (faciunt), tu erres

Souvent je m'endors tard dans la nuit au son des Nuits de France Culture, le poste est encore allumé lorsque j'émerge des limbes le matin.

Voici trois semaines, samedi 3 juillet, j'ai cru rêver encore au réveil : c'était la voix rieuse d'un ami mort qui me parlait, surgi d'autres limbes, alors que j'étais en train de réaliser pourtant que je ne dormais plus…

Après quelques secondes de berlue, mes synapses se sont reconnectées, j'ai fini par comprendre ce qui se passait, mais je suis resté dévarié toute la journée.

Ce qui m'avait réveillé, c'était la rediffusion du Répliques du 25 mai 2019, le surlendemain du jour où Baptiste et moi nous étions enfin retrouvés après son départ en Bretagne. Il descendait tout juste du train, la veille de l'enregistrement de l'émission, il était de passage à Paris pour ça.

Finkielkraut le recevait sous son nom de plume, Joseph Ponthus, en compagnie d'Arthur Lochmann — lui aussi finalement devenu ouvrier après des études supérieures mais par choix, pour sa part.



samedi 24 juillet 2021

Quand ton pote lâche ses guêtres, potlatch !

Dans la famille Mordicus il y avait Daniel, il y avait Arthur, il y avait Jimmy, mais dans la branche L'Exagéré il y avait aussi Olive, infatigable bon vivant, sourire goguenard et regard pétillant de rêves, rocker et charcutier à ses heures qui savait comme personne débiter un cochon en boudins et pâtés ou (entre autres) transformer à l'arrache le Studio des Ursulines en méga-buffet pour un ouiquènde de courts-métrages gratos, et qui a passé les vingt dernières années de sa vie à tenter de foutre le feu à toutes les prisons après en avoir tâté à son tour.

Cinq ans après l'ami Hafed, Olive s'est définitivement fait la belle l'an dernier durant le grand enfermement, alors que la fenêtre radiophonique qu'ils avaient fondée ensemble, L'Envolée, mettait les bouchées centuples pour produire une émission quotidienne en cette époque de suppression des parloirs.
Le 17 avril 2020, la radio lui offrait un « puzzle d'amitiés et de bagarres partagées » :


Aujourd'hui, L'insomniaque s'apprête à publier un recueil de textes écrits par Olive pour L'Envolée au fil des ans mais il manque quelques pépètes pour boucler les frais d'impression, alors n'hésitez pas à mettre la main à la fouille !

(Double-clic sur l'image pour rendre le texte lisible)


Olivier s'entretient avec Laurent Jacqua en 2011 dans les locaux de FPP
(désolé, impossible de supprimer la compression verticale !)