Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 25 février 2021

À la ligne, point final

Baptiste est mort la nuit dernière, à 42 ans, à Lorient.

Saloperie.

Avant de connaître un succès fulgurant sous le nom de Joseph Ponthus avec son magnifique  À la ligne où il relate sa vie d'intérimaire dans les usines agro-alimentaires bretonnes, il avait été Montreuillois, chroniqueur à Article XI, éduc de rue à Nanterre — où il avait aidé quatre jeunes à raconter leur vie quotidienne de galère et c'était devenu Nous… la cité, déjà une sacrée claque !

Il était parfois réservé, parfois grande gueule, toujours joyeux et soudain parfois ailleurs, bon poète et bon buveur, il était tant, il promettait plus encore, il a été fauché en plein essor. 

Saloperie de crabe.

Je ne sais pas s'il a eu le temps d'achever son deuxième livre, en chantier voici deux ans, qui l'emplissait d'allégresse.

Il nous reste ses chroniques de « Sévice social » dans Article XI, qu'on peut (re)lire ici.

(Pour les mots croisés qu'on a commis ensemble, faut repêcher les exemplaires papier du canard !)

Et on peut toujours relire les billets de son blogue ici.

 
Montparnasse, mai 2019
 
Salut Baptiste
Salut l'artiste

Adieu l'ami.

Danse, bordel !!!

dimanche 10 janvier 2021

Rirette à la radio

France Culture a diffusé le ouiquènde des 5 et 6 décembre derniers un documentaire en deux parties sur Rirette Maîtrejean :

Cette émission puise amplement dans Le bureau des rêves perdus diffusé sur la Chaîne Parisienne le 17 octobre 1957, dont voici l'intégralité :

Peu après cette évocation de sa jeunesse, Rirette s'est de nouveau vu sollicitée par la Chaîne Parisienne, cette fois pour une fiction en dix épisodes sur la bande à Bonnot écrite par George Adam et réalisée par Yves Darriet, qui fut diffusée sur les ondes du 19 juillet au 27 septembre 1959.

Seule survivante du procès des bandits tragiques près d'un demi-siècle après les faits, Rirette tenait le rôle de la récitante. Voici, brute de décoffrage, la séance d'enregistrements à laquelle elle se prêta le 21 janvier 1959 (cinquante ans pile-poil avant que France Inter ne consacre une autre émission à l'affaire, le 21 janvier 2009) :

Rirette Maîtrejean : "La Bande à Bonnot", enregistrement du 21 janvier 1959

On pourra juger du résultat en écoutant l'ouverture et l'épilogue de ce feuilleton, où Rirette est interprétée par Judith Magre :

La bande à Bonnot, 1/10 : Les beaux jours de Romainville (19/07/1959) :

La bande à Bonnot 1/10 - Les beaux jours de Romainville

La bande à Bonnot, 10/10 : Un matin d'avril boulevard Arago (27/09/1959) :

La bande à Bonnot 10/10 - Un matin d'avril boulevard Arago

Rirette Maîtrejean s'est éteinte le 11 juin 1968, juste après l'efflorescence d'un joli mois de mai, assurée sans doute que ses rêves n'étaient décidément pas tout à fait perdus...

samedi 2 janvier 2021

2021, année de la décentralisation ?

Lu dans la presse ce matin :

« L'imminence du vaccin favorise les régions ! »

vendredi 1 janvier 2021

Ce qu'on appelle « prendre de la bouteille » ?

 Et allez, encore une année de passée !

Fabcaro, Zaï zaï zaï zaï, 6 pieds sous terre, 2015, p. [30]

lundi 14 décembre 2020

Carambar ! encore athée !…


Puisque le couvre-feu approche à pas de chien et loup, autant déballer ici une autre devinette refusée par le comité des blagues Carambar, cette fois pour excès de pédantisme et de naturalisme :

Quelle est la lecture préférée des stomatologues narcissiques en fin de journée ?

jeudi 15 octobre 2020

Des mots crasseux et toute la litanie

Ce gars est censé avoir été une pointure sociologique du XXème siècle, mais de l'entendre déblatérer ainsi, sans nul argumentaire construit, au sein d'une des plus prestigieuses institutions du pays, dans le seul but de vitupérer contre l'URSS encore vivace quatre ans après la mort de Staline, on se demande pourquoi les étudiants ont attendu encore onze ans pour se révolter !

C'est tellement ahurissant de bêtise, tant il s'enferre dans son propre embrouillamini idéologique et dans les développements de sa soi-disant démonstration, qu'on en pisserait de rire (mais mieux vaut se traire).