Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 21 avril 2021

Note technique à propos du lecteur embarqué du site de France Culture

Cela fait des tas de semaines que je m'échine à comprendre pourquoi plus aucune des émissions de France Cul présentées sur ce blogue n'est accessible directement.

Le beugue est survenu peu après la publication du billet sur Rirette Maîtrejean le 10 janvier : en lieu et place du petit lecteur embarqué habituel, soudain on ne voyait plus qu'un morceau d'image issu de la page d'origine de l'émission :


J'ai d'abord pensé que les techniciens ouaibes de la station avaient pour la énième fois refondu l'architecture du bouzin (peut-être à cause du nouveau site de Radio France, dont on nous rebat les oreilles à longueur de journée), alors je suis gentiment allé rechercher le code qui avait sans doute encore (grmbll !) été modifié (la dernière fois, c'était tout simplement l'ajout d'un s au http de l'adresse, pour sécuriser leur site, mais du coup plus aucun de mes liens vers icelui ne fonctionnait, fallait que je rajoute manuellement ce fichu s dans tous les billets concernés)… ben non, que dalle, le code du lecteur embarqué était toujours le même.

Pour les ceusses qui ne connaissent pas la manipe, on se rend sur la page de l'émission qu'on veut présenter (par exemple celle-ci), une fois qu'on y est il suffit de cliquer sur l'espèce de petite flèche à droite du bouton "Écouter" puis sur le dernier bouton alors déroulé à droite…

 

… et le code du lecteur embarqué se retrouve alors copié dans le presse-papiers (auparavant il s'affichait en clair dans un cadre sur la page du site mais c'est plus le cas), il suffit de le coller dans le corps du billet (en mode HTML, évidemment) à l'endroit qu'on souhaite. Dans le cas présent, ce code est le suivant :

<iframe src="https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=87650cd4-d53b-495a-be7d-36bfce4d0066" width="481" frameborder="0" scrolling="no" height="137"></iframe>

Bon, puisque la station propose aux internautes de lui adresser des commentaires sur les éventuels soucis avec leur site, je me fends d'une petite bafouille pour les avertir du problème et les prier de me tenir au jus.

Les jours et les semaines passent, macache bono, aucun changement côté lecteur embarqué et zéro réponse de leur part. Nouvelle bafouille, nouvelle attente, nada.

J'en ai eu carrément marre, surtout que les émissions chouettes à présenter commençaient à salement s'accumuler, alors je me suis retroussé les manches pour étudier ce foutu code.

D'abord, vérifier que l'adresse contenue dans le code du lecteur embarqué fonctionne dans l'absolu : je colle la partie en rouge dans la barre d'adresse du navigateur, et… ben oui, ça marche nickel !

Donc le lecteur existe bel et bien, c'est juste les paramètres imposés par le site de FC qu'il faut modifier.

Cette histoire de « scrolling="no" », c'est pour désactiver l'ascenseur (la barre de défilement, comme on dit) qui permettrait de se balader dans l'image du lecteur. Je transforme cet élément en « scrolling="yes" » mais ça ne change rien parce que cet élément apparaît dans la marge du cadre (le frameborder), qui dans le code fourni par France Cul est invisible puisque réglée sur "0".  Bref, je transforme le code initial en ceci :

<iframe frameborder="1" height="137" scrolling="yes" src="https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=87650cd4-d53b-495a-be7d-36bfce4d0066" width="481">

et ça donne cela, où youpi ! la barre de défilement permet de descendre dans le cadre, au bas duquel apparaît le fameux lecteur embarqué :

Donc en réalité ce lecteur est toujours présent, mais les génies informatiques du site ont modifié par défaut la taille du lecteur d'origine en ajoutant une image mahousse au-dessus sans nullement s'aviser cependant qu'il fallait du coup modifier en conséquence la taille de l'ensemble, qui est toujours définie en valeurs absolues plutôt que relatives : 137 pixels de haut sur 481 de large, alors qu'il faudrait presque le triple en hauteur ! Résultat : vu que la barre de défilement est sciemment invisibilisée, impossible d'accéder au lecteur.
En outre, même en autorisant une marge de cadre définie et une barre de défilement, la visibilité de celle-ci dépend du réglage des paramètres-système du terminal informatique de chacun.
 
Bref, le plus simple consiste à reconfigurer les valeurs absolues de hauteur et largeur du code fourni par France Cul, de manière à proposer un cadre laissant apparaître la totalité du bidule :

<iframe frameborder="0" height="380" scrolling="no" src="https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=87650cd4-d53b-495a-be7d-36bfce4d0066" width="420">

Et chez France Inter ce n'est guère plus simple, même si ces valeurs sont définies de façon relative, de sorte que l'objet devrait s'adapter au contexte :

    <iframe src="https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/9eb3a7f2-fa9e-4cab-bf95-910986c59a62" width="100%" height="100%" layout="responsive" frameborder="1" scrolling="yes"></iframe>


Fouchtra ! décidément, il faut que tout change pour que rien ne change

4 commentaires:

  1. Houla ! Comme vous vous faîtes rare, vous n'aviez pas remarqué que ça faisait belle lurette que les petits génies de Radio France avaient modifié la config' rien que pour nous emmerder.
    Mais grâce à vos explications, on va pouvoir à nouveau faire tourner.
    Merci Georgie.
    Ou doit-on vous appeler "Guépard" ?

    RépondreSupprimer
  2. Juste Léo, pardi !
    (Ah non, pardon, j'ai trop lampé d'ouzo !…)

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui nous change de Brute L'encastré.

    RépondreSupprimer
  4. Toujours aussi vif, Michel, tandis que lui n'est lent qu'à c't'heure !

    RépondreSupprimer