Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 5 décembre 2019

Caisse que la lutte de classes ?





Alors aujourd'hui on est le 5 du mois, c'est le jour où tombe le RSA (492 € et des miettes), chouette, je file m'acheter des andouillettes commasses au Monoprix du coin (et puis des tripes en promo, tiens ! faut avouer que je suis pas vraiment végétarien).

J'arrive à la caisse derrière des vieux (enfin, plus vieux que moi, c'est dire !) qui n'ont pas compris qu'on casque avant de ranger sa boustifaille, que ça peut accélérer la fluidité des transactions.

Non, eux, ils rangent méthodiquement en vérifiant bien tout qu'ils ne se sont pas fait arnaquer, et puis l'aïeule introduit enfin son rectangle de plastique dans la machine qui te suce ton compte tandis que son époux s'endort les bras croisés sur le caddie, mais elle demande de surcroît au jeune caissier fatigué si elle a pas du rab' sur sa carte de fidélité (à son mari ?), désolé, non Madame, ça vous fait 178 € et des miettes là encore.

Contraint de patienter derrière ces vioques vétilleux, je commençais à bouillir en examinant les autres files d'attente : c'était un comble, j'étais sur la plus courte (bingo !) mais c'était la plus lente (vérole !).

Encore heureux que le caissier n'ait pas dû appeler le SAMU pour ranimer le vieux qui se moribondait de plus en plus avachi sur le caddie !

Mais bon, tout esprit de charité mis à part, on va tous vieillir jusqu'à leur point et finir par crever peut-être même avant eux, alors je demeurais stoïque, la main crispée sur mon sac d'andouillettes et de tripes (j'avais pris une canette de Goudale, aussi, faut bien l'avouer).

Sauf que quand ces Bidochon se cassent enfin, après avoir vérifié jusqu'au moindre centime, le jeune caissier se trouve pris d'un coup de mou et appelle sa cheffe pour lui réclamer une pause.

Là, ni une ni deux, je me souviens que non seulement on est le 5 du mois mais pas n'importe lequel, fouchtra !
On est le 5 décembre 2019, foutredieu ! et j'enjoins illico à ce godelureau de faire carrément la grève plutôt qu'une simple pause.

Il me fixe les yeux ronds et balbutie, confus : « Mais ça je peux pas : le directeur, c'est mon père ! »

Ça m'a rappelé un film, mais je sais plus lequel.

Bref, j'ai fini par payer 10,41 € (et les miettes) avec ma carte sans contact et puis j'ai vidé les lieux, encore plus vieux.


6 commentaires:

  1. Ressources humaines de Laurent Cantet (1999) ?

    RépondreSupprimer
  2. Simple coup de bol, m'sieur Pop.
    Quand à George, je me demande comment il a reçu son RSA du 5 avec la CAF en grève.

    RépondreSupprimer
  3. Les vieux sont des jeunes qui ont mal tourné

    RépondreSupprimer
  4. Ça dépend du film, Julius, comme le chantait jadis Louis Chedid.
    Et du réalisateur.

    Tonnerre, Jules, je suis une andouille, j'avais pas pensé à ça !
    V'là qu'une paire d'andouillettes va me valoir un interdit bancaire !

    RépondreSupprimer