Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

lundi 16 décembre 2019

« … ou alors, c'est que je ne comprends rien à l'amour ! »




C'était voici quarante-et-un ans, ça fait pas si longtemps, Jean-Pierre Léaud était toujours jeune et Dorothée balançait alors son corps à la télé pour les enfants, bien avant Le lundi au soleil et sa tristement notoire p. 106.

Truffaut était encore vivant, la vie était truffée de plein de plantes potentielles, la terre grasseyait, nous étions salement affamés.

Mais bon, mieux vaut se réjouir de tant de souvenirs que de pleurer sur l'avenir !
(Ou bien serait-ce l'inverse ? Je finis par m'embrouiller…)

(Et qui donc est le perruqué peinturluré sur le tableau derrière Dorothée ?)

8 commentaires:

  1. Ah bah oui, Dorothée chez Truffaut après Chantal Goya chez Godard. Dorothée chez Robert Enrico, aussi, le petit polar avec Noiret et Serrault en veufs, plutôt sympa.
    Z'aviez remarqué le caméo de Dabadie ?
    Et z'aviez vraiment pas reconnu JSB ?

    RépondreSupprimer
  2. Tonnerre, Bach, bien sûr, merci !
    Je me fourvoyais car je cherchais du côté des écrivains.

    Et Dabadie ("bah ! dix bas", aurait ajouté l'ami Boby), non, j'avions point remarqué.
    J'ignorais même le terme "caméo", alors merci derechef…
    C'est dans quelle scène ?

    RépondreSupprimer
  3. Dabadie, c'est - je crois - la première personne que Léaud va rencontrer après avoir assemblé son puzzle.
    Et je crois qu'on dit "caméo" pour ces apparitions fugaces, genre Hitchcock dans ses films, mais bon, je voulais pas jouer les kékés, c'est parti tout seul.
    Putain, c'était quand même quelque chose, les Doinel.

    RépondreSupprimer
  4. Hé oui, et coup de pot, ma gamine est fan.
    Je lui ai montré Antoine et Colette, hier, le seul qu'elle n'avait pas vu avec celui-ci, elle a kiffé grave. J'avais oublié que Marie-France Pisier usait du même ton faussement neutre et presque désabusé que Léaud.

    En tout cas, z'avez l'œil, M'sieu Pop !
    On dirait bien en effet Dabadie, à 02'58" dans l'extrait.
    Il avait écrit pour Truffaut le scénario d'Une belle fille comme moi, mais évidemment aucun Doinel.

    Oui, "caméo", c'est exactement ça : une sorte d'équivalent visuel du hapax littéraire (merci Ouiqui !)

    RépondreSupprimer
  5. Et le type en costard marron dans l'entrebaîllement qui ressemble à Jean Bouise sans moustache, il me semble qu'on l'a vu ailleurs chez Truffaut, comme proviseur ou un rôle de ce genre.

    RépondreSupprimer
  6. Je le reconnais pas, mais il a effectivement une bobine de prof pas rigolo, de pion, de contrôleur des contributions, comme on devait encore dire...

    RépondreSupprimer
  7. On disait ça, effectivement, mais maintenant c'est plutôt "agent du fisc" ou un truc du genre.
    Médecin ou juge, c'est possible aussi.

    Dans L'argent de poche ?

    RépondreSupprimer
  8. Chais pas, aucun souvenir de cette tronche, faudrait croiser la distribution des deux films, mais on a rarement une liste exhaustive et le gazier apparaît fort brièvement...

    RépondreSupprimer