Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

lundi 15 octobre 2018

Plus jouissif que Guy l'Éclair,
plus moderne que Peter Pan :
Guy Peterman !




Lecteur attentif de cet intéressant ouvrage paru en mars dernier chez L'insomniaque, un certain Francis a signalé naguère ici-même qu'on pouvait y lire p. 323 cet extrait d'une lettre jusque là inédite que Daniel Joubert avait adressée à Pascal Dumontier le 19 novembre 1990 après la lecture de son étude fraîchement publiée, Les Situationnistes et Mai 68, théorie et pratique de la révolution (1966-1972) (Éditions Gérard Lebovici, 1990) :

« Du point de vue musical, je vous pardonne volontiers d'avoir ignoré les détournements de Guy Petermann [sic] et ceux du groupe Abattoir à domicile, puisqu'ils n'ont été publiés que sous forme de cassettes à diffusion très restreinte. »

Et Francis de demander alors si quelqu'un pourrait mettre à disposition ces rares détournements…


Ce nom de Guy Peterman ne me disait rien mais il se trouve que j'ai eu le plaisir de côtoyer le regretté Daniel Joubert et qu'il m'arrive encore de croiser certains des membres d'Abattoir à domicile.
Et puis voilà qu'un autre commentateur, Henry, signale ici le mois dernier que le tube des Gommard, Y'a du baston dans la taule ! (qu'on peut entendre entre autres sur l'album La belle, qui accompagnait une précédente publication de L'insomniaque, Au pied du mur), doit ses paroles à ce même Guy Peterman :



Je me renseigne un peu, j'apprends que ledit détourneur s'est définitivement fait la belle dans la force de l'âge en 1989, ayant poussé l'humour noir jusqu'à son seuil ultime en se foutant en l'air devant l'institut médico-légal de Paris — genre livraison à domicile, comme le fait justement remarquer l'amie Lola — mais qu'il reste en effet, sans doute, des enregistrements qui traîneraient dans des cartons poussiéreux, par exemple chez l'ingénieur du son de l'époque ou chez Pierrot, le guitariste des Gommard. Mais exhumer ces fragiles traces va demander du temps, surtout après tant de transbahutements, de déménagements en déménagements durant quatre décennies…
Cependant, alors que j'en suis encore à attendre des nouvelles d'enregistrements enfouis, Henry ne s'arrête pas là : il récupère auprès d'un des musiciens de l'époque un ensemble de quatre morceaux détournés par Guy Peterman et me l'adresse obligeamment en précisant :


« D’après l’un des musiciens de ces enregistrements faits au studio Saravah en 1974, on trouve Francis Lemonnier au sax, Michel Muzac à la guitare, Olivier Zdrzalik à la guitare basse. Ces trois musiciens ont fait partie du groupe de rock progressif Komintern (Le Bal du rat mort, 1971).
Le chanteur et le batteur sont inconnus. Guy Peterman donne la réplique dans le premier titre. »


Henry — qui ne manque pas de relever que Francis Lemonnier avait composé en 1973 certains des morceaux de Pour en finir avec le travail — a identifié les versions originales des trois premiers titres :

Syndicats Blues est détourné de Summertime Blues (Eddie Cochran, 1958)

Émeutes sur Watts, Motor City, Harlem, de I Can’t Control Myself (The Troggs, 1966)

Les flics arrivent, de Surfin’ Hootenanny (Al Casey & the K-C-Ettes, 1963, chanté en français par Johnny Halliday en 1969 sous le titre Les guitares jouent).

Et Jules (de Dans l'herbe tendre) a fini par trouver celle du dernier morceau, Quand je crache : His latest flame (Elvis Presley, 1961).

En attendant de prochaines exhumations…

16 commentaires:

  1. Bien joué, Georgie.
    Par ailleurs, on a beau chercher des traces du sieur Peterman, la seule occurrence sur le ouèbe nous renvoie... à une pierre tombale. Dont la date ne colle pas.
    Pas plus d'indices dans l'abondante littérature sur les situs.
    Henry en sait peut-être plus.
    Salud !

    RépondreSupprimer
  2. Ravi d'avoir participé par une simple remarque et une question à cette exhumation de rocks détournés !
    Ça nous change des rappeurs qui nous balancent des tas de saloperies sur les homos et les femmes et qui vantent le capitalisme et son fric.

    RépondreSupprimer
  3. Quant à Abattoir à domicile ? Un rapport avec Peterman ?

    RépondreSupprimer
  4. Patience, Blezel, recherche en cours…

    Francis, merci, mais il y a aussi de mauvais rocks et de bons raps !

    Jules, la stèle dit vrai et j'ai rectifié, sur l'insistance notamment d'Henry : cinq ans de rab, c'est pas mal, surtout pour une vie si brève !

    RépondreSupprimer
  5. L'amie Lola ? Admirez sa paire de lunettes et écoutez-la raconter son bouquin de sa voix de rogomme par ici :
    https://www.youtube.com/watch?v=dbc3CDuDLj0
    Plus jeune, vous pouvez la voir dans cette vidéo des Garçons Bouchers
    https://www.youtube.com/watch?v=4i8XbUdlyvs

    RépondreSupprimer
  6. Ouarf ! Sacrée Lola (je parle de la vidéo).

    RépondreSupprimer
  7. Ouaipe ! Merci à Hardipetit pour ce partage !

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour à tous,

    Je viens d'apprendre la publication du livre de Jean Louis Winkopp « Sur un air de rive gauche » (aux Éditions de l'Harmattan) qui relate ses souvenirs sur Debord, Michèle Bernstein et le bar La Méthode à la fin des années cinquante. Par ailleurs, Benoît Duteurtre a consacré en juin dernier sur France Musique une émission sur les cabarets de la rive gauche avec comme invités Serge Korber et Michèle Bernstein.

    RépondreSupprimer
  9. A l'auteur du premier post : Pourrais-tu me donner le lien Guy Peterman / pierre tombale, je ne le trouve pas. Il pourrai s'agir de Guy Peterman, situationniste également, qui s'est suicidé dans les années 70, comme nombres de nos amis. Je serai heureux de retrouver sa tombe, si c'est lui...
    Merci d'avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Guy n'était pas membre de l'IS, et ne prétendait absolument pas l'être (de toute façon on possède la liste) mais disons, et pour ici reprendre sa façon de parler, qu'il... possédait le contenu.
      Salut et fraternité

      Supprimer
  10. C'est bien lui, évidemment, sinon Jules ne mentionnerait pas cette stèle, qu'on peut voir ici.

    Il est inhumé au cimetière de Montparnasse.

    RépondreSupprimer
  11. Grmmbll ! Ici :
    https://fr.findagrave.com/memorial/185077216/guy-peterman

    RépondreSupprimer
  12. Guytou était un super mec et mon pote. Un mec classe et chic comme tu en rencontres un seul dans ta vie. Plein d'attention et d'amitié. Repose en paix mon frère, là où tu es, au paradis des gentils garçons. Hommage à un pote

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir, Anonyme, et merci pour ce sobre et chouette commentaire.

    Je n'ai pas eu la chance de connaître Guy, à quelques années près, mais voici trois ans que j'essaye de rassembler des bribes sur sa geste.
    Un autre pote à lui, Charles, m'a fourni quelques éléments, mais il me manque encore quelques trucs pour lui rendre ici un hommage à sa mesure.
    Si tu as des photos, des souvenirs pas indiscrets, je suis preneur, ici.

    Sinon, un autre qui s'est fait la malle voici peu, c'est Pierrot, le guitariste à chapeau avec la chemise jaune dans le clip du billet ci-dessus, qui jouait de la gratte à douze cordes. Crise cardiaque pendant son sommeil.
    Hommage à ce gentil garçon-là aussi, et pensées vers Fabiola et tous les proches !

    RépondreSupprimer
  14. J'ai des photos et de la paperasse qui ne me sont pas accessibles pour le moment. À mon prochain passage à Paname, je te contacterai et je verrai comment t'aider dans ta démarche. Pierrot, je sais... Mort aux vaches de rigueur, surtout par les temps qui courent.

    RépondreSupprimer
  15. Tes archives seront fichtrement bienvenues.

    Mort aux vaches et au champ d'honneur, comme disait Péret, mais de nos jours le veau gras vit, vote et vivote, tant le veau d'or est toujours debout !

    RépondreSupprimer