Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 4 décembre 2019

Le cœur fou robinsonne à travers les romances




Dis, c'est tant ?
Tant de temps tentant ?

On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
– Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
– On va sous les tilleuls verts de la promenade.

Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !
L’air est parfois si doux, qu’on ferme la paupière ;
Le vent chargé de bruits – la ville n’est pas loin –
A des parfums de vigne et des parfums de bière…

– Voilà qu’on aperçoit un tout petit chiffon
D’azur sombre, encadré d’une petite branche,
Piqué d’une mauvaise étoile, qui se fond
Avec de doux frissons, petite et toute blanche…

Nuit de juin ! Dix-sept ans ! – On se laisse griser.
La sève est du champagne et vous monte à la tête…
On divague ; on se sent aux lèvres un baiser
Qui palpite là, comme une petite bête…

Le cœur fou robinsonne à travers les romans,
– Lorsque, dans la clarté d’un pâle réverbère,
Passe une demoiselle aux petits airs charmants,
Sous l’ombre du faux col effrayant de son père…

Et, comme elle vous trouve immensément naïf,
Tout en faisant trotter ses petites bottines,
Elle se tourne, alerte et d’un mouvement vif…
– Sur vos lèvres alors meurent les cavatines…

Vous êtes amoureux. Loué jusqu’au mois d’août.
Vous êtes amoureux. – Vos sonnets La font rire.
Tous vos amis s’en vont, vous êtes mauvais goût.
– Puis l’adorée, un soir, a daigné vous écrire !…

– Ce soir-là…, – vous rentrez aux cafés éclatants,
Vous demandez des bocks ou de la limonade…
– On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
Et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade.


« La sève est du champagne et vous monte à la tête » est un alexandrin si splendide qu'il m'a fait divaguer à jamais sur les rives de ces dix-sept ans, frappé que je fus par lui et la beauté assise sur mes genoux à moi.

Mais foin de bucolie, on n'oubliera pas que 1974 fut l'année où Franco creva enfin, peu avant Mao, celle aussi où la télé nous annonça en direct la mort du président Pompidou un soir de diffusion de L'homme de Kiev aux Dossiers de l'écran, celle enfin après quoi tout le monde préféra baisser les bras plutôt que brandir le poing comme pourtant si souvent peu auparavant.
La GP avait été dissoute un an avant, le MLF se forcifiait, ça commençait à partir en tout sens.

Mais surtout, SURTOUT — qui s'en souvient ? —, il n'y avait que quatre (QUATRE !) stations de radio à l'époque, que l'on ne pouvait écouter que sur les grandes ondes : France Inter, RTL, Europe 1 et Radio Monte-Carlo.
(Bon, en vrai, il y avait aussi la BBC, et puis sur la FM FIP, France-Musique et France-Culture, mais ça, fallait vraiment vouloir.)

Avant 1981 (date de l'essaimage des radios "libres"), ces quatre stations imposèrent à loisir leur variétoche de merde.
D'où la consécration omnipotente d'un Michel Sardou, d'un Patrick Juvet, d'une Nicole Croisille.

Sylvie Vartan, Nicoletta, Sheila, Frédéric François.
Laurent Rossi !
Et tant d'autres nullités, tandis qu'en vain on aurait espéré y entendre Brassens, Ferré, Barbara, Anne Sylvestre, Ricet Barrier, Jean-Roger Caussimon, Boby Lapointe et qui sais-je ?

Mais le régal des chacals de ces quatre stations monopolistiques, ce fut le dieu qu'elles ont forgé, et dont chacune a fait ses choux gras de sa brutale disparition électronaniste dans une baignoire (un peu à la Marat, en somme, toutes choses égales par ailleurs), savoir un mignon plein d'énergie qui s'est de lui-même livré en pâture : Clo-Clo, qui voulait lui aussi rester adolescent toute une éternité et qui s'y employait énergiquement et férocement.


2 commentaires:

  1. Mon cher George, il est temps de se remuscler la mémoire : l'ordure Franco est crevé en novembre 1975 et cette charogne de Mao le fut en septembre 1976.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette rectification, Al : d'avoir trop écouté Clo-Clo m'a transformé la cervelle en béchamel.

    Mao 76, ça je savais, mais j'ai dû confondre la fin du garroteur de Puig Antich avec la chute de Salazar.
    J'ai rétrospectivement anticipé sa mort d'un an seulement, alors qu'on eût tant aimé qu'il crevât 39 ans avant.

    RépondreSupprimer