Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 25 février 2009

Avant Grecs et Nègres, mais bien après eux


Démocrite, Empédocle, Héraclite et Toussaint-Louverture.
Épicure, bien sûr, et Simon Bolivar.
Up you banners, Homère, Malcolm X !
La négritude intense des bacchantes de Nietzsche… Et les bites immenses de notre désir hellénique, et ta mère à nous tous, la térébrante, immarcescible, inquiétante et ténébreuse Lilith…
Rappelez-vous, il y eut ce temps-là : tout ce temps d'attente vitrée, entre Grèce et Antilles, l'exacerbation enfin visible du désir millénaire, et puis la tornade finale balayant le spectacle qui manigançait le monde et annulait nos vies depuis quelques décennies, depuis tous ces temps-là qu'il ne sert à rien de se remémorer…

Bref, on se souvient soudain connement que l'amour existe, qu'il vit toujours — qu'il vît sans voile, évidemment que toujours cela fut impossible : l'aliénation régnait encore, alors, malgré les vits d'amants.
Mais c'était déjà pas mal, que l'amour survécût, que parfois il survînt.

Pour les amateurs d'archives, voici quelques échos journalistiques d'un fait-divers survenu voilà déjà quelques années, bien après que le monde d'avant eût perdu de son amplitude — en plein monde de maintenant, en fait — mais que tous les consommateurs d'alors avaient bien sûr aussitôt oublié, immédiat effacement mémoriel oblige. Bien après 1984, et d'autant.
C'était peu avant que chacun ne s'avise enfin (enfin !) que la propriété privée pompait tant et tant le chou d'une vie qu'on n'avait vraiment pas le temps de perdre à s'occuper de ces bêtises-là : propriété, autorité, marchandise, hiérarchie… et que le problème de la répartition des biens par nature rares était proportionnellement si infime qu'il cessa aussitôt d'apparaître comme tel : mieux valait oublier les Monte-Cristos et le caviar, que se tuer à les obtenir ou à en produire (qui, même dans l'ancien monde du Capital, aurait jamais songé à acquérir de l'Ambroisie ?), et quant aux Châteaux-Margaux, leur tirage au sort est aujourd'hui plus plaisant que l'ancien nauséeux Loto, non ? [Loto : non pas retour à Homère, mais ce truc qui avait d'abord été institué en plein giscardisme, au milieu des années 70, les débuts de l'informatique et du flicage généralisé, bien avant les tests ADN].
D'autant que les gagnants partagent gaiement leurs lots avec tous, depuis qu'ils ont compris (tout comme nous, qui souvent sommes eux) l'absurdité qu'il y avait à rapporter l'avoir à l'être.
Comme dans les sovkhozes des années quarante, vous vous souvenez ? Enfin, ces années quarante-là, bien sûr.



Cette année-là avait bien commencé, pour sûr…

0 urbanités attiques:

Enregistrer un commentaire