Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 9 mai 2013

Militanticipateur


Lorsqu'on sait que Tolstoï s'adonnait volontiers aux contrepèteries, le titre de son chef d'œuvre (« guère épais », disait Proust) témoigne à l'évidence qu'il fut un fieffé partisan par anticipation de la loi sur le mariage pour tous…

323 commentaires:


  1. L'art de la contrepèterie ne s'acquiert point.
    Il faut naître l'ayant.
    Comme disait Jean-Sol Partre.

    RépondreSupprimer
  2. Yale entraîne folie.

    Si l'existence précède l'essence, les choses existent avant qu'elles soient, ce que Jean-Pierre Brisset aurait sans doute formulé ainsi : « Les chauds sexistes hâves encaissent l'oie. »

    RépondreSupprimer
  3. En Pologne, sur les chantiers navals de Gdansk, Lech : haut, sec (sista !) vanne : quel sot, ah !

    RépondreSupprimer
  4. Lèche au sexe, Ys ! T'as vent ? Qu'elles soient !

    RépondreSupprimer
  5. En Pologne, sur les chantiers navals de Gdansk - et comme il était aussi dans l'export de chaussures - Lech chaussait (ce ... iste !) à fond Quessoy.

    RépondreSupprimer
  6. Lait chaud ?
    J'exige c'tas : vends !
    Quelle soie…

    RépondreSupprimer
  7. En Pologne, sur les chantiers navals de Gdansk, Lech ose, excite, avant quel soir !

    RépondreSupprimer
  8. C'est la seule impatience du chancelier Adolf Hitler qui le faisait s'exprimer ainsi, lorsqu'on l'interrogeait sur la difficulté éventuelle qu'il y aurait à conquérir enfin les îles normandes qu'il convoitait :

    " Les Chausey ? Sieg ! Ach ! Wankel, sot ! Ach ! "

    (On notera l'injustice faite ici à l'ingénieur en chef du Reich, pourtant dévoué corps et âme au projet de son maître.)

    RépondreSupprimer
  9. Pauvre Wankel, en effet…

    N'oublions pas qu'un ivrogne libidineux s'exclama aux vêpres devant ses compagnons, Xavier et Hank :
    "Les chauds sexes (hic !), Xav', Hank !
    Et le soir…",
    avant de s'écrouler dans un coma éthylique.

    RépondreSupprimer
  10. En Pologne, sur les chantiers navals de Gdansk, les chacals rôdent, à l'affût de quelque bonne affaire immobilière :

    Lech’s house ?
    - exit !
    À vendre ?
    - Casse’oi !

    RépondreSupprimer
  11. Cet indien a beau être une bête de sexe, je n’arrive pas à déterminer s’il méprise juste les femmes, ou s’il pourrait se révéler carrément psychopathe :

    Louche ou sexiste, havant Quechua ?

    RépondreSupprimer
  12. Comme me le confiait hier encore un grand spécialiste, sortant tout juste d’une belle exposition à la BNF, les situationnistes se revendiquaient volontiers de tous les grands hooligans de l’histoire, à commencer par Jan Zizka, qu’ils invoquaient fréquemment avec nostalgie. Hélas pour lui, ce spécialiste, mâchonnant un sandwich tout en parlant, demeurait parfois inintelligible, au moment de citer les situs :

    - " L’ ihèche ose ! Et que Zizka vienne, casse, ouais !"

    RépondreSupprimer
  13. Ces footballeurs égyptiens font vraiment merveille en attaque :

    Hâlés, chauds Hégazy ! C’t’avant : qu’est-ce !!! Ouah !!!

    RépondreSupprimer
  14. On enjoignait encore récemment en Bretagne le répugnant passeur des morts d'attraper au moyen de la langue l'écharpe soyeuse de ses victimes :
    "Lèche, ose, ex-kyste, hâve Ankou ! Hèle soie !"

    RépondreSupprimer
  15. Pathétiques spectacles que ceux donnés ici par ce site, et ailleurs par d'autres, échouant dans leur quête de délivrer des billets intéressants, ce dont ils ont parfaitement conscience :

    Laids shows ! et qu'c'site a vent qu'échoua...

    RépondreSupprimer
  16. Les chaussettes de soie suscitent à la fois l'admiration quant au travail qu'exige leur confection et une certaine interrogation sur la nature exacte de leur tissu :

    "Les chaussettes : hi ! c'taf !… En quelle soie ?"

    RépondreSupprimer
  17. À Biribi, les gardiens les plus redoutés pour leur cruauté étaient les britanniques, surnommés " oeuf " (ou "crâne d'oeuf") par les prisonniers, du fait de leur crâne rasé. Ceux-là allaient souvent jusqu'à torturer à coups de lame rouillés, extraites de toutes sortes d'instruments de bricolage antédiluviens ! D'où ce chant cynique, populaire parmi les détenus, et écrit en un sabir à peine compréhensible :

    " Le Chaouch-eggs is to have uncle's saw "

    RépondreSupprimer
  18. Tandis que de vers le Val de Susa, certains partisans gamahucheurs (mais hydrophobes) de la lutte "NO-TAV" ont souvent entendu ce vœu :
    "Lèche au sec, si c'TAV t'encule ! (souhait)"

    RépondreSupprimer
  19. Le pâle Hank proposa à Josette de fonder avec ses sœurs un groupe de rock, mais celle-ci, cupide, lui demanda aussitôt s'il y aurait un intérêt pécuniaire :

    "Les Josette's Sisters, hâve Hank ? Quels sous, hé ?"

    RépondreSupprimer
  20. Les mafieux n'ayant pas le sens de l'humour, ils promettaient - menaçants - d'enterrer vivant le premier imbécile (par ailleurs, un peu rondouillard) qui oserait se moquer d'eux :

    Les chaux, sec ! si c'tas vanne, quel sot !

    RépondreSupprimer
  21. Interdire la circulation dans un petit centre-ville breton à tout marcheur chaussé, mais enfin, qu'est-ce que cela signifie ? C'est scandaleux !
    Car du coup :

    Les shoes hésitent à Vannes, qu'est-ce, ça ?

    RépondreSupprimer
  22. Le boulanger fait remarquer au chanteur Dave que la colère de ses petits choux établis ne porte guère à conséquence :

    "Les chouquettes sises, Dave, engueulent ? Soit !"

    RépondreSupprimer
  23. Pratique barbare que celle consistant à massacrer nos amis félidés pour en faire des descentes de lit ou tout autre instrument de confort, prétendument esthétique :

    Les chats-housses (aigres) gisent, tas vaincu, soit !

    RépondreSupprimer
  24. À l'aube des années 80, le projet d'enlaidir davantage la commune de Chooz par un deuxième réacteur nucléaire suscita de violentes manifestations qui se prolongeaient souvent aux vêpres par de joyeuses agapes :

    "Laid Chooz excita banquets le soir"

    RépondreSupprimer
  25. Charlus se vit un jour intimer par un certain Keith de lui pomper le dard, alors même que ledit Keith était affairé à pédiquer un autre personnage de La Recherche… :

    — Lèche !
    — Où ça, hé, Keith ? Toi, t'encules Swann !

    RépondreSupprimer
  26. Quand le grand-maître Li Chao déchaînait la puissance de ses arts martiaux, on ne pouvait guère qu’encourager le pauvre Octave, son sparring-partner habituel, à tenter d’en prendre le moins possible dans la tronche :

    Li Chao s’excite, ’ctave ! Encaisse ! Ouaïe !

    RépondreSupprimer
  27. Alors que Sir Walter Scott, fin lettré, vantait un jour les vertus diététiques du chou, il s'entendit rétorquer par un betteravier peu amène :

    "Les choux, c'est qu'kystes, savant d'Kelso, ha !"

    RépondreSupprimer
  28. Sur les chantiers navals de Gdansk, de retour d’Afrique (où il s’était enfin remarié), l’ancien tombeur du régime stalinien, ultra-catholique fervent, élève avec bonheur sa nombreuse progéniture :

    Lech Haoussa-Guisiste a vingt que choya.

    RépondreSupprimer
  29. Le barman renseigne un client sur le coût en euros (modique, selon lui) d'une boisson chaude mais au vu du billet qu'il exhibe se met à rêver sur la fortune supposée de son interlocuteur :

    "Laid chaud ? C'est qu'six.
    T'as vingt ? Quels sous, ah…"

    RépondreSupprimer
  30. Il y aurait tant à dire sur certaines raideurs idéologiques propres au guévarisme, lequel déclenche par ailleurs, aujourd’hui encore, des raideurs de toutes sortes :

    Le Che, oh ! sexy stal vaincu suave…

    RépondreSupprimer
  31. À Gdansk, Walesa était toujours vêtus de fripes polonaises minables.
    Lors de son accession au pouvoir suprême, un diplomate distrait voulut l'inciter à porter des jean's de marque mais s'extasia aussitôt devant la qualité de ceux qu'exhibait désormais l'ex-ouvrier :

    "Lech, ose Levi's !
    T'as Wranglers ? Ouah…"

    RépondreSupprimer
  32. Pendant la guerre civile en Russie, l’argent étant plus que jamais le nerf de la guerre, les armées blanches faisaient inlassablement le tour de leurs riches soutiens, afin de leur extorquer, à chaque fois, de très grosses sommes, en échange d’une bonne publicité…

    " Les chauds chèques – six – t’as ? Wrangel saura ! "

    RépondreSupprimer
  33. Attablé au restaurant et rond comme une queue de pelle, l'ami Han apprend du serveur que le plat qu'il déguste est notoirement aphrodisiaque. Stupéfaction. Sa colère éclate et il balance le plat à la volée :

    "Les sauces excitent ?!
    Ah, vlan !", gueule, saoul, Han.

    RépondreSupprimer
  34. Je me souviens encore de Tony Gatlif, pris sous cette horrible averse, et tentant de mettre à l’abri sous une grange son unique exemplaire d’ « Au pays de la cloche fêlée », sous les bravos de ses camarades :

    Latcho : au sec ici !!! T’as Van qu’est d’sous ? ah !

    RépondreSupprimer
  35. Un banquier suisse alcoolique voulait s'enrôler dans l'armée guévariste mais il était communiste et inféodé à toutes sortes d'idéologies et d'"-ismes".
    On lui conseilla :

    "Laisse au Che ces "-istes", ta banque et le foie !"

    RépondreSupprimer
  36. En Pologne, sur les chantiers navals de Gdansk, Lech continue à venir en aide à des ouvriers souvent incapables de remplir leur formulaire de demande de crédit à la consommation, en leur expliquant par exemple comment (et où) justifier de leur revenus réguliers :

    Lech (haut, sic) :
    - Si c’taf encaisse !!!
    Sous « ahrres » !

    RépondreSupprimer
  37. On tentait de convaincre la jeune Isabelle de se donner au beau Franck sous des draps de de luxe :

    "Les jeux d'sexe, Isa ! T'as Franck ! Et la soie…"

    RépondreSupprimer
  38. Un promoteur du nord de la Russie cherchait à convaincre le propriétaire d'un chalet de bois de le lui vendre afin d'édifier à sa place un carrefour routier, mais il demeurait évasif sur le prix de la transaction :

    "Les chaussées, qu' c'tt' isba ! Vends !
    Quels sous ? Ah…"

    RépondreSupprimer
  39. Le nouveau maître de Hisse l'avait renommé Médor mais se désolait de constater que le chien, alcoolique, refusait toute nourriture solide :

    "Lèche os, ex-Hisse ! Ta langue, elle boit."

    RépondreSupprimer
  40. Il ne t’appartient pas de mettre en doute cette croyance des transsexuels opérés, dont Erwann est le saint patron, et selon lesquels l’icône de leur cœur verserait, en certaines occasions miraculeuses, des larmes de sang :

    Laisse aux ex-zigues d’Erwann qu’elle sua !

    RépondreSupprimer
  41. Si, dans ce restaurant branché, au moment où la serveuse te propose le plat du jour, tu tires une tronche de six pieds de long, pourquoi s’en prendre à cette pauvre employée, et non à la bonne copine qui aura insisté pour te traîner ici ?

    - « Litchis aux algues », sista ?!!! - Va ! engueule Souad !

    RépondreSupprimer
  42. Moi, Dave le timoré, je craignais les abrutis, surtout les étrangers, mais on m'a heureusement rassuré :

    "Les sots, c'est queutchi (tsss !), Dave : Anglais, Souabes…"

    RépondreSupprimer
  43. Arrivé au barbecue pour faire griller la cochonnaille, je m'aperçus immédiatement que la montagne de saucisses ne pouvait provenir (comme il était convenu) de l'excellente charcuterie de mon ami Yves, tant ça puait. Je m'insurgeais :

    "Les saucisses d'Yves, c' tas ? Vaï ! En quel choix ?!"

    RépondreSupprimer
  44. Ma grand-mère avait beau réussir de succulentes confitures lactées, elle ramenait tout à elle, aux dires de mon grand-père, rude marseillais ne mâchant pas ses mots :

    - « Lait chaud-cassis ! » té ! ‘a vante que soi !

    RépondreSupprimer
  45. Mon ami ne pouvait rien refuser à son harem de fiancées ; il suffisait que ce dernier le sifflât pour qu’il accourût comme le dernier des larbins…

    Les chieuses exigent : t’vas ? Vain gueux que ça !!!

    RépondreSupprimer
  46. Maria se riait d'un soupirant moche comme un pou qui ne cessait de lui prodiguer des avances :

    "Laid José insiste à fond : quel zouave !"

    RépondreSupprimer
  47. Le collectionneur de bandes dessinées se rit d'un margoulin qui essaie de lui vendre un prétendu sixième album de la série Jo, Zette et Jocko — qui comme chacun sait n'en compta que cinq :

    "Le Jo, Zette… 6, ta bande ?
    Quel sot, ah !"

    RépondreSupprimer
  48. Les pratiques SM douteuses tolérées par ce proxénète achevaient de nous stupéfier :

    Laisse aux zgègues ? Hi ! c’t’hareng qu’asseoit !

    RépondreSupprimer
  49. Ma Dalton retint son fils énervé qui s'apprêtait à dézinguer Lucky Luke au moyen d'un fer à souder, juste avant un duel entre ledit Lucky Luke (que Ma considérait comme un gros tas) et Phil Defer :

    "Laisse, Joe. C'est qu' si c' tas vainc qu'on le soudera".

    RépondreSupprimer
  50. Je dois avouer une appétence assez peu courante, que partage cependant mon ami Hank : la vue de répugnants boutons blafards nous fait saliver, au point qu'il m'arrive de m'écrier :

    "Léchons ces kystes hâves, Hank !
    Ils suent, aaaah…"

    RépondreSupprimer
  51. C’est pour sa santé que nous l’avons mis au régime. Mais lui semble ne pas le comprendre, et passe sa journée à murmurer, pour nous faire culpabiliser :

    Les sauces, exit ! ah : viennent caisses d’oie…

    RépondreSupprimer
  52. Les diarrhées épouvantables de notre ami anglais s’expliquent peut-être par une forme d’allergie à certaines céréales :

    Lâche au seigle si c’dave encrassa…

    RépondreSupprimer
  53. Mao, s’enquérant, auprès du responsable du goulag numéro B 17 (dirigé par les officiers Tchoua et Vang) de l’endroit exact où était retenu son vieil adversaire de la révolution culturelle, se vit opposer cette réponse désarmante :

    Liu Chao, c’est l’zigue qu’a Vang (et Tchoua) ?

    RépondreSupprimer
  54. Mon amie superposait tant de soutiens-gorges que ses seins étaient toujours trempés de sueur, ce qui m'indisposait un peu. Je lui conseillai de se débarrasser d'une partie de ces effets :

    "Loches au sec, sista ! Vends quelques d'ssous, hé !"

    RépondreSupprimer
  55. Les nostalgiques des Beatles affirment souvent :

    "Hey Jude, ça incite à danser le soir !"

    RépondreSupprimer
  56. Ce type dévore tellement des yeux ses gourmandises préférés qu’il semble, pour ainsi dire, ne plus nous voir…

    Louche ou cécite ? Ah : fan d’cachou, ah ?

    RépondreSupprimer
  57. D'origine italienne comme moi-même, ma meilleure amie, le jour de son mariage, voulut juste avant la cérémonie me refiler son fiancé et le bouquet. Mais je ne lui ai pas mâché ma réplique :

    "Les roses et l' zigue ? Vai fan culo, zou ! ah !"

    RépondreSupprimer
  58. Il est d'usage en Italie de se dire au revoir au premier souffle du vent porteur de vœux :

    "Les Ciao ! s'exigent dès l' vent qu'est le souhait."

    RépondreSupprimer
  59. Les réalisateurs de musique de cinéma s’enrhument toujours suivant le même processus, en trois phases : on discute, on s’échauffe devant une fenêtre ouverte, puis vient un courant d’air malheureux…

    Laï chauds s’aiguisent,
    T’as l'vent…
    … quel Tchhhou !!! ha ! ha !

    RépondreSupprimer
  60. Certains vont jusqu’à inventer de ces histoires, de vrais délires de série Z :

    - Les seaux secs giclent ? T’inventes quel soap ?

    RépondreSupprimer
  61. La vraie raison de l'assassinat du Duc de Guise ?
    Sa grippe chronique, tout simplement, et le fait qu'il était tellement contagieux que des éternuements incessants secouaient tout le royaume, mais aussi un malheureux concours de circonstances : le poignard destiné à seulement trancher son index (ce qui, croyait-on à l'époque, suffirait à le guérir) lui atterrit droit dans le cœur.

    On connaît le célèbre dialogue, entre le chef de la police secrète et Henri III (en pleine crisse d'éternuements), qui détermina cet accident :

    — Les "tchôôô !", c'est Guise.
    — Tchâââ ! tranchez le doigt !

    RépondreSupprimer
  62. Walesa se montrait réticent à fumer du chichon, mais lorsqu'on lui apprit que cette barrette-là avait été dérobée à l'inventeur du moteur à piston rotatif, bien connu pour son exigence en matière de cames (et pas que celles des arbres), il s'inclina :

    — Lech, ose l'ex-shit à Wankel !
    — Soit !

    RépondreSupprimer
  63. Un copain m'avait demandé de lui rapporter une paire de caleçons mais il fut déçu à la vue de ceux que je lui présentais. Il les trouvait rigides comme de la pierre et aurait préféré quelque tissu plus doux :

    "Ces shorts, c'est qu' schiste ! T'as manqué la soie ?"

    RépondreSupprimer
  64. En 1974, il se murmurait dans les milieux du cinéma que Lebovici avait été soudoyé par les situs pour publier leur prose, tellement la chose étonnait :

    "Lebo, c'est qu' l'I.S. t'a flanqué les sous, hein ?"

    RépondreSupprimer
  65. Sur les chantiers navals de Gdansk, le soir venu, Souad, l’amante de Lech, insistait à chaque fois au pire moment pour écouter un morceau de David Bowie :

    - Lech oh ! "ziggy star… "
    - Avant d’ken, Souad ?

    RépondreSupprimer
  66. Cet hématome, consécutif à un vieux coup dans la gueule, je le sens encore, même dans l’air frais du matin :

    Les chocs résistent à vents, quel chtar !

    RépondreSupprimer
  67. Tu pourras utiliser les toilettes écologiques quand l'autre gros lard aura débité les bûches pour en faire de la sciure :

    "Les chiottes sèches ? Si c' tas fendait le bois !"

    RépondreSupprimer
  68. On s'apprêtait à déguster un délicieux foie de veau aux câpres mais cette saleté de cuisinière à gaz ne répond plus aux manettes et chauffe beaucoup trop fort :

    Réchaud laxiste a flambé le foie.

    RépondreSupprimer
  69. Le génocide au zyklon B était hélas ! bien difficile à admettre dans l'immédiat après-guerre, même pour des écrivains pourtant engagés, peu de temps auparavant, dans la Résistance, et donc en principe bien informés :


    " Les schleus, c'est gaziste ? " avance Cassou, " ah ? "

    RépondreSupprimer
  70. Arrivé sur le tournage de Niagara, Joseph Cotten (qui bandait comme un cerf) ne put s'empêcher de murmurer à l'oreille de Marilyn toute mouillée :

    "Les chutes, ça excite à fond ! Quel soir !…"

    RépondreSupprimer
  71. Sur le marché, la mercière se désolait que la pluie eût trempé ses pans de toile grossière : en attendant qu'elles sèchent, impossible de les vendre.
    Son voisin, qui s'efforçait de fourguer des colifichets africains, lui conseilla :

    "Les jutes sèchent, sista ? Vends quelques soies !"

    RépondreSupprimer
  72. Le docteur était catégorique : dégénérescence aiguë des globules blancs de la vessie. Et son air grave laissait entrevoir l'épreuve terrible constituée par la thérapie appropriée :

    - Leuco-cystite... avant quels soins !

    RépondreSupprimer
  73. Pourvoyeur des meilleurs pages de Fluide Glacial, le frère de Carali avait constaté que la chaleur diurne annulait chez lui toute ardeur sexuelle :

    L'échaudé Edika bandait que le soir.

    RépondreSupprimer
  74. Paradoxe : la femme de Sinatra, devenue anti-féministe, croise sur les chantiers navals de Gdansk la maîtresse de Walesa, s'éprend aussitôt d'elle et commence à la draguer :

    L'épouse sexiste à Frank hèle Souad.

    RépondreSupprimer
  75. Sur les chantiers navals de Gdansk, il existe un petit zoo, créé là vers 1978 par les ouvriers en lutte pour se détendre, entre deux charges de police. Lech n'était pas le dernier à s'y rendre, pour observer avec un plaisir mâtiné d'effroi certaines espèces exotiques :

    Lech ose, assista, d'vant Casoar.

    RépondreSupprimer
  76. L'impôt traditionnel indirect belge (et canadien) sur l'alcool révoltait tant le libéral Lech qu'il s'organisa au mieux, avec ses camarades, pour s'y soustraire financièrement :

    Lech, aux accises, invente caisse noire.

    RépondreSupprimer
  77. Le commentateur sportif sur le retour s'insurgeait contre la sélection finale des athlètes olympiques, cette année-là :

    "Les J.O., c'est qu'zigues ! Tsss… enfin, quels zouaves !"

    RépondreSupprimer

  78. Le malheureux Gene Simmons, avec l'ensemble de son groupe de rock, semble voir s'ouvrir devant lui de bien sombres perspectives judiciaires :

    'l'échoue aux Assises, d'avance, Kiss : ouah !

    RépondreSupprimer
  79. Lue sur une affichette sur les hauteurs de Cannes, cette publicité pour une boîte spécialisée dans les peep-shows :

    "Les shows sexy ? C'est à Vence qu'est le choix !"

    RépondreSupprimer
  80. En dépit de ses diplômes brillamment obtenus, M. Li ne maîtrise pas encore totalement les subtilités de la langue française, comme le prouve l'affichette apposée sur la porte de son commerce, et annonçant son départ précipité en Chine, pour fêter l'heureux événement :

    " Li, cause accessit, devons s'casser, là ! "

    RépondreSupprimer
  81. Affriolée par la chaleur et le confort de la literie, elle supplia son amant américain de la pédiquer :

    "L' lit est chaud et sexy… Steve, encule-moi !"

    RépondreSupprimer
  82. L'hygiène n'était pas le souci principal de Debord, ainsi que le constatait, désolée, Michelle Bernstein, prenant pour l'occasion, devant les WC, l'accent théâtral de quelque marseillais de caricature :

    Les chiottes, est-ce Guy, té ? Navrant : cague sale...

    RépondreSupprimer

  83. Tonton Octave ne faisait pas l'unanimité : on décriait volontiers sa condescendance démagogique vis-à-vis des enfants, et sinon, son silence obstiné.

    Lâches, oh ! ces gouzi, c't' 'tave, oncle et coi...

    RépondreSupprimer
  84. Les partisans de la lutte "NO-TAV" tentent de convaincre un paysan retardé de la vallée de Suse :

    "C'est chaud, t' sais, si c' TAV enquille Susa !

    RépondreSupprimer
  85. Après avoir beaucoup pleuré sur son banc, Othello s'essuya le visage à la tombée de la nuit et se leva, mâchoires serrées, minable mais déterminé à aller assassiner Desdémone, son épouse qu'il croyait infidèle :

    Les joues sèches (ksss !), il s'avançait, gueux, le soir…

    RépondreSupprimer
  86. De récentes découvertes archéologiques prouvent que l'ange Gabriel était indubitablement d'origine bavaroise.
    Marie lui demanda sur quel type d'hommes elle devait jeter son dévolu, rapport à l'éducation de son futur fiston :

    "Les Joseph, sista !", vantait le Souabe…

    RépondreSupprimer
  87. Après une traversée de cauchemar, qui le ramenait de Normandie vers sa patrie chérie, Lech, sitôt gagné la passerelle de ce paquebot maudit qui faillit l'engloutir avec lui, s'empare d'un téléphone et appelle sa femme, pour la rassurer :

    Lech, aux exits :
    " C't'Havre-Gdansk... !
    À c'soir ! "

    RépondreSupprimer
  88. Lech, en rût, ne se dépêchait pas de finir sa petite affaire avant d’arriver à Keys Swann, bravant ostensiblement cette région très conservatrice du Delaware, où de tels agissements demeuraient extrêmement mal vus :

    Lech (chaud) s’excite, affronte Keys Swann.

    RépondreSupprimer
  89. En 1925, lors des répétitions de son opéra, Alban Berg fut effaré des premières propositions du metteur en scène, qui voulait murger le héros et couvrir la scène d'une vaste marquise :

    "Le Wozzeck ivre ? C't auvent ? Quel zoo, argh !"

    RépondreSupprimer
  90. Ton pote les brise d’une seule main, ces navires pour mômes. Tu ne pourrais en dire autant…

    Les sous-esquifs, Raf en casse, toi…

    RépondreSupprimer
  91. J'avais fumé un gros bédo sur le débarcadère et j'étais complètement dans les choux.
    Mes amis me rassurèrent en attribuant le phénomène à la qualité du shit et au vent particulièrement violent :

    "Les choux ? C'est c' kif ! T'as l' vent qui soûle, ah !"

    RépondreSupprimer
  92. Mon pote Joe se mit à suer de tous ses pores à la vue d'un extra-terrestre gluant qui déboula sans crier gare.
    Mais je le rassurai aussitôt :

    — Laisse, Joe, c'est qu' E.T., ça !
    — Ah bon ? Quelle suée !…

    RépondreSupprimer
  93. Fin gourmet mais piètre pâtissier, je complimentai un jour le marmiton qui mettait la dernière main à une pièce montée :

    "Les choux exquis, enfant, quelle joie !"

    RépondreSupprimer
  94. J'adore les sports d'hiver : les descentes en ligne droite, la brise glacée qui vous fouette le visage, tout ça…

    Les schuss en ski : t'as c' vent… quelle joie !

    RépondreSupprimer
  95. Robert Shaw et toute sa famille avaient beau dénigrer en choeur ceux qu'ils rencontraient, personne autour d'eux ne leur accordait plus aucun crédit :

    Les Shaws lazzistes : un flanc que ça !

    RépondreSupprimer
  96. Était-ce l'influence d'un visionnage récent de " Bambi " ?
    Toujours est-il que les chasseurs avaient la main qui tremble au moment de faire feu sur leur proie....

    Leur chasse hésite : " ah ! c'faon que ça ! "

    RépondreSupprimer
  97. Je concoctais un remède de cheval pour soulager la gueule de bois maousse de mon ami A., tout en pestant in petto contre son ivrognerie chronique :

    "Lait chaud, ces six zestes… : Avale ! (Quel saoul, A. !)"

    RépondreSupprimer
  98. En 1998, Aimé Jacquet se vantait auprès de Laurent Blanc d'avoir sélectionné Zinedine Zidane, auteur de tous les buts :

    "Les shoots, c'est qu' Zidane, Laurent : quel choix !"

    RépondreSupprimer
  99. Lech Walesa présente à sa maîtresse son bouillonnant ami Gustave mais se fait aussitôt rabrouer :

    "L'est chaud, ce Gustave !", engueule Souad.

    RépondreSupprimer
  100. Ces femmes navajos (d'origine tsigane) n'entendaient épouser que des amateurs de félidés :

    Les squaws (ex-gypsies) n'en veulent qu'à chats.

    RépondreSupprimer
  101. Ces deux géologues avaient l'air pénétrés, au cours d'une discussion pourtant vibrante d'incompétence :

    Lascaux, c'est gypse ?
    - À fond : karst, ouais !

    RépondreSupprimer
  102. Mon ami portugais avait les plus grandes difficultés à dresser ce pur-sang fougueux :


    - Lasso, Zé ! glisse-t'y ?
    - Ah ! veine que c'chval !

    RépondreSupprimer
  103. Certes, on devrait pouvoir éliminer librement tous les imbéciles du monde, mais alors, ce serait l'Anarchie, non ?



    - Lier sots exige...
    - Un fond d'chaos, c' ça ?

    RépondreSupprimer
  104. Mary Anna Randolph Custis ayant adopté la méthode Ogino, elle demandait régulièrement à son général de mari quels soirs il envisageait de la pénétrer elle plutôt que le front sudiste :

    "Lee, chou sexy, tu fonces quel soir ?"

    RépondreSupprimer
  105. Les bambins s'apprêtaient à faire un bataille de polochons mais les parents exigèrent qu'ils se déshabillent un peu, pour ne pas risquer de déchirer de précieux vêtements :

    "Les gosses, hé ! qu'y s' tapent en caleçon !"

    RépondreSupprimer
  106. On ignore généralement que Hassan II décéda en réalité du chagrin que lui causait l'étrange folie de son fils Mohammed, qui ne rêvait que de convertir tout le Maroc à la religion soufi. Tous les jours, le blasphémateur harcelait son père :

    "Les jours soufi, Hassan, quelle joie !"

    RépondreSupprimer
  107. Pourquoi le maquis s'est-il principalement concentré au centre de la France, durant l'Occupation, pour accueillir ces ahuris de parachutistes venus d'Angleterre ?
    Mais pour cette bonne raison :

    Les Causses suffisent à planquer les zouaves !

    RépondreSupprimer
  108. Le majordome se sentit la gorge sèche lorsque son maître, le magnanime Lord T.Z., lui enjoignit d'éduquer les impétrants domestiques à la bonne franquette :

    "Les coacher, Sir T.Z., à franquette ?!
    Soif…"

    RépondreSupprimer
  109. Les greffiers des casinos ont remarqué que ceux qui lâchent le plus d'oseille à la nuit tombée ne sont pas les droitiers :

    Les gauchers insistent à banquer le soir.

    RépondreSupprimer
  110. Quelle joie d'être enfin en liberté, pour ce couple de chimpanzés !
    Cependant, les choses se gâtent au moment de trouver quelque paillasse pour s'étendre…
    La guenon suggère d'aller dormir mais s'entend aussitôt répliquer :

    "Aller s'coucher, sista ? Dans quel zoo, hein ?"

    RépondreSupprimer
  111. Fort de ses études d'ingénieur, le cantonnier du village se piquait d'édifier un système complexe de fossés pour fluidifier le drainage des eaux de pluie, mais ça foirait toujours, tout s'écroulait de chaque côté du chemin et les villageois avaient beau jeu de rigoler :

    "Les fossés : si savants… qu'ils choient !"

    RépondreSupprimer
  112. On s'étonnait que dans cette recette de foie aux haricots verts j'ajoute l'enveloppe fibreuse des fèves.
    La raison en est pourtant toute simple :

    Les cosses excitent à manger le foie !

    RépondreSupprimer
  113. Je veux bien que mon pote Joe se livre sur moi à des pratiques sexuelles assez hard, mais faut quand même pas que ça dure :

    "Hé, Joe ! C't Fist-fuck m'encule… Zou, hein !"

    RépondreSupprimer
  114. Katsuya Okada, le célèbre politicien japonais, n'est qu'un enfant de choeur face au vieux roublard Liu Chao Chi (toujours vivant, contrairement à ce qu'affirment les rumeurs) :

    Liu Chao, c'cacique, évince Katsuya.

    RépondreSupprimer
  115. Certains trouvaient même le parti ultra-catholique français trop conciliant, aux temps des guerres de religion :

    Salauds ces Guise, té ! Navrants cossards...

    RépondreSupprimer

  116. On ne pouvait qu'admirer la tendance profondément philosophique de notre ami, lorsqu'il tançait ses amis aristocrates, au sujet de leurs quotidiennes rodomontades culinaires :

    Sa sauce, est-ce Sire ? Ta mangue est-ce toi ?

    RépondreSupprimer
  117. Le mistral leur ramenait en pleine face les émanations putrides que vous imaginez :


    Laide fosse septique : ah ! l' Vent, qu'c'est sale !

    RépondreSupprimer
  118. En arrivant à la clinique capillaire de Jérôme Cahuzac, le visiteur était aussitôt orienté vers un secrétaire, chargé de les installer en salle d'attente :

    Les chauves, c'est c'type ! (au fond, qu'assoit)

    RépondreSupprimer
  119. Apaisée de son torticolis du matin, épanouie, ruisselante sous la pluie, la belle Souad rentra chez son amant de Gdansk après une séance de massage au cabinet de Gustave — chaud lapin mais bon kiné :

    "Lech, oh, c'est… Si tu savais : quels soins !"

    RépondreSupprimer
  120. QU... Excusez-moi pour ce toc ! Qu... En tout cas les ventes du dernier épisode de dracula, qu... et de son célèbre héros chasseur de monstres décollent ! qu... :

    Qu...Chaudes statistiques qu... qu'a Van q...Helsing ! Ah !

    RépondreSupprimer
  121. Souad n'avait rien contre une petite partie fine, de temps à autre, avec Lech, Gustave et d'autres étalons de son choix, qu'elle décorait de surnoms évocateurs :


    Les chauds "Zguège-visse" à fond cassent Souad.

    RépondreSupprimer
  122. Correction du précédent :

    Il fallait bien entendu lire " zguègues-visses ".
    La balle au centre, George.

    RépondreSupprimer
  123. Les hooligans anglais se groupaient autour de lui, lorgnant son portefeuille après avoir dépouillé du leur les autres passants. Mais lui, goguenard, et provocant, leur souhaitait bon courage...


    - Let's hold next his !
    - Have fun, Casuals !

    RépondreSupprimer
  124. Le regretté Pierre Mauroy accompagnant souvent le président Mitterrand dans ses longues marches, insistait sur le fait que la solidarité exemplaire - seule - permettait de les accomplir, avant d'exploser en de tonitruantes et exaltées démonstrations d'allégresse.


    Latché : haut ! ça exige ! Ah : Front ! Kiss ! Hourrah !

    RépondreSupprimer
  125. J'ignore comment l'ami Tony Gatlif est tombé sur ce fil de commentaires, mais toujours est-il qu'il m'a fait part du fait qu'il méprise profondément Hank et les Souabes, souvent évoqués ici-même et qu'il a bien connus :

    Latcho se rit d' ces caves, Hank et le Souabe.

    RépondreSupprimer
  126. La tension était palpable dans la salle de judo lorsque tu défias le champion du club au cours du tournoi annuel :

    L' dojo se hérisse : t'affrontais l'espoir !

    RépondreSupprimer
  127. Condamnés à la déportation, les compagnons de Babeuf se souviennent avec émotion de ce puissant tribun qu'était leur camarade :

    Les Égaux s'exilent… Babeuf, quelle voix !

    RépondreSupprimer
  128. Ce fils de tzigane est pourtant une crème d'enfant : allez savoir pourquoi il a cette fâcheuse tendance à ratonner certains Bavarois !

    Gadjo, délice tapant quelques Souabes.

    RépondreSupprimer
  129. Le nouveau venu nous contait que ses maîtresses fondaient devant l'éclair de lubricité qui animait son regard sitôt franchi le seuil de la chambre d'hôtel, mais nous savions bien pour notre part que rien ne vaut la bonne vieille banquette arrière d'une bagnole :

    L'œil chaud ? C'est qu' s'il savait… : en caisse, ouah !

    RépondreSupprimer
  130. Contrairement à une idée répandue, l'entreprise Tafanel ne livre pas que des fûts de bière ou des caisses de sodas. Ils s'y connaissent aussi, par exemple, en sakés à base de cerises :

    Les cerises chaudes ? Tafanel sait !

    RépondreSupprimer
  131. N'ayant pas froid aux yeux, j'allais consulter mon ophtalmo pour lui demander si ce n'était pas risqué de poursuivre sur cette pente. Il me répliqua aussitôt qu'à persister ainsi je risquais l'aveuglement :

    "L'œil chaud ? Cécité à fond ! Quel souhait !…"

    RépondreSupprimer
  132. Parvenu au sommet du pouvoir, Walesa se piqua d'établir des plans d'urbanisme façon Le Corbusier mais son amante Souad s'inquiétait de leur tristesse désolante :

    "Lech, oh… ces cités suaves ont quelle joie ?"

    RépondreSupprimer
  133. Comme je m'apprêtais à saisir une part de l'appétissante tarte salée tout juste sortie du four, mon ami cuistot me mit en garde :

    "L'est chaude, cette quiche !
    Tu tends quels doigts ?"

    RépondreSupprimer
  134. Contrairement à une idée répandue, l'entreprise Tafanel ne livre pas que des fûts de bière ou des caisses de sodas. Ils s'y connaissent aussi, par exemple, en sakés à base de cerises :

    Les chaudes cerises ? Tafanel sait !

    (désolé, je m'étais emmêlé les pinceaux hier à 16 h 13)

    RépondreSupprimer
  135. On les a retrouvés en pleine orgie, au fond d’une grotte propriété de la compagne de Walesa : un homme mystérieux et ces dissimulatrices bien connues de nos services :

    Les fausses et ce type, à l’aven que Souad a.

    RépondreSupprimer
  136. L’homme avait beau être formellement un militant politique, c’est surtout la baston qui l’intéressait. Il disait ainsi publiquement défendre :

    les causes exquises à fond de castagne.

    RépondreSupprimer
  137. Si je comprends bien, tu refuses certains aliments et tu en as perdu d’autres ? Mais que diable allons-nous manger et boire si :

    Les sauges excitent, et avoine cassa.

    RépondreSupprimer
  138. Ah, ces grandes multinationales qui nous gouvernent ! Si vous voulez causer au pétrolier, allez voir le gars assis là-bas. Moi, je suis dans le militaire, le drone pour être plus précis ;

    Esso, c’est guiguite ! Harfang, qui est-ce ? Moi !

    RépondreSupprimer
  139. Quand sonna l’alarme, devant l’épouvantable naufrage qui s’annonçait, avec ses centaines de victimes probables, le vieux vétéran nord-américain ne put s’empêcher de relier, en imagination, ce maudit transatlantique New York-Le Havre, aux plus terribles images de la guerre du Vietnam :

    L’SOS !!!! Hiii ! c’t’Havre !!! (en Khê Sahn…)

    RépondreSupprimer
  140. Un peu lyrique tout de même, ce mot de l’ami P. m’intimant de ne pas aller m’excuser, pour l’heure, dans son pays, auprès de celui que j’avais offensé :

    Laisse aux exils l’affront qu’il reçoit...

    RépondreSupprimer
  141. J’étais en compagnie de Lech et de sa douce, ce soir-là, et qu’est-ce que nous avons pu boire !
    J’enchaînais bière sur bière, envoyant Lech lech Hergé (les chercher, quoi !), et quand je demandais son avis à Souad, elle abondait dans mon sens :

    - Lech, aux aqueux ! Sista ?
    - À fond que re-soif !

    RépondreSupprimer
  142. L’ancien garde-chiourme ayant été littéralement acheté par nous, et se faisant le plus discret qui fût, à quoi servait donc qu’elle protestât de manière aussi véhémente contre sa présence ?

    L’Chaouch acquis s’terre : au fond qu’elle croasse !

    RépondreSupprimer
  143. Nous traquions notre victime, fort corpulente, dans les bois quand, soudain, nous aperçûmes une des chaussures qu’il avait abandonnées, probablement parce que celles-ci n’étant pas à sa taille, il avait dû les déchirer, purement et simplement :

    La shoes est vide, c’tas-là fend quel poids !!

    RépondreSupprimer
  144. J’étais scandalisé. Mettez-vous à ma place : depuis des mois, la compagne de Lech insistait pour se procurer cette œuvre, à n’importe quel prix, et voilà que cette mégère s’en allait la proposer ailleurs ? Je n’hésitai pas à la menacer :

    Là, c’est chaud ! J’exige qu’a’vende qu’à Souad !

    RépondreSupprimer
  145. Devant l’état minable de ma pellicule, je me retournai, désemparé, vers Alban, mon ami photographe professionnel :

    - La tof est grise ! Alban, qu’est-ce, ça ?

    RépondreSupprimer
  146. Elle faisait des remarques vraiment pénibles, pleines d’un ressentiment à la Marine Le Pen. Je l’insultai, en lui faisant comprendre qu’il valait mieux qu’elle se tire à présent (au journal chof « Présent ») :

    - La chof aigrie ! C’te torve ! Allons : casse-toi !

    RépondreSupprimer
  147. Hé bien, cher Moine, quelle avalanche !

    Pour ma part, je ne dispose pas de tout-à-l'égoût et il m'arrive de jeter des abats avariés dans les toilettes,

    les fosses septiques happant quelques foies.

    RépondreSupprimer
  148. Ils ont une bonne tête, ces gitans anglophones qui font merveille dans les bals nocturnes :

    Les beaux gypsies savent danser le soir.

    RépondreSupprimer
  149. Je comprends, Georges. Cela me donne faim. Et d'ailleurs, les guerres d'à-peu-près, ou de religion, c’est bien joli. Mais est-ce que ça nourrit son homme ?

    Les zozos, ces Guise, té ! Offrant caisses d’oie ?

    RépondreSupprimer
  150. Les Juifs s'étaient libérés du joug de Pharaon mais ne savaient quel monarque se choisir :

    L'exode d'Égypte attend quel roi ?

    RépondreSupprimer
  151. Quelle merveille d’innocence, cette petite fille allemande ! s’extasiant devant de vulgaires pigeons, en demandant avec ses mots à elle si c’étaient des oiseaux de paradis, comme aperçus dans son beau livre d’images :

    Les « zozios » (Else dixit !) « avons quetzal » ?

    RépondreSupprimer
  152. À l'heure de la fermeture, le barman refusa d'offrir sa tournée de bières aux clients qui avaient bu à crédit toute la soirée :

    "Les chopes, c'est qu' si t'as banqué le soir !"

    RépondreSupprimer
  153. Souad appréciait, au moment suprême, de sentir quelques irrégularités et rugosités dessus le membre viril qui la pénétrait. Gageons alors que son mari, Lech, devait avoir d’autres qualités…

    Lech aho ! sexe lisse ! navrante queue, ça !

    RépondreSupprimer
  154. Le chien de Hank avait pourtant une urgente envie de sortir, mais hélas ! son maître venait juste d’avoir une visite, ce dont le toutou se plaignait :

    Est-ce : « no exit » ? Ouaf ! Hank reçoit !

    RépondreSupprimer
  155. On ignore souvent que c'est d'abord à Adam que le serpent offrit de croquer le fruit défendu, et que le premier homme refusa. Frustré, le serpent s'enivra et se tourna vers Ève :

    "La pomme, Ève ! (hips !) Adam me déçoit…"

    RépondreSupprimer
  156. On se demande quelles muses inspirent les disc-jockeys quand ça commence à vraiment chauffer dans la salle :

    Les chauds D. J.'s entendent quelles voix ?

    RépondreSupprimer
  157. Je ne crois pas à la spéculation sur le long terme, concernant ce matériau-là. Tu devrais te dépêcher d'écouler tes stocks, ça vous ferait de la maille, à toi et à Lech :

    Les hausses de ce gypse, tatata ! Vends, encaisse, Souad !

    RépondreSupprimer
  158. Je te promets que sur cette montagne, il fait froid, surtout le soir. Tu devrais donc sérieusement préparer la garde-robe adéquate, si tu décides de t’y rendre :

    La-haut, c’est gggg… si si ! Taffetas ? et l’vent qu’il y a , le soir ?

    RépondreSupprimer
  159. Dans sa jeunesse, David Bowie s'inquiétait de ce que sa langue acérée pût rompre le fragile tissu de la culotte de ses partenaires lorsqu'il s'activait dessus, mais elles l'encourageaient, au contraire :

    "Lèche, oh Ziggy ! Ça fend quelle soie ?"

    RépondreSupprimer
  160. Les carrières de plâtre réverbèrent généralement mal la voix, la pierre étant trop molle, mais la chose se produit parfois :

    L'écho des gypses s'entend quelquefois.

    RépondreSupprimer
  161. C’est le modèle « baiser qui tue », ta voiture, c’est bien cela ? Et tu l’as customisée avec le diable et l’enfer, en toile de fond ? Superbe !

    « Hell shows » écrit, sur ta « One kiss », soit ?

    RépondreSupprimer
  162. Lee van Cleef ne comprenant pas que Steve McQueen puisse se faire si aisément obéir dans une célèbre série TV, on dut lui expliquer :

    "Lee, Joss exige au nom d' la loi !"

    RépondreSupprimer
  163. Nous étions déjà attablés au bar, à prendre les commandes :

    Les Suze-cassis, toi ? Erwann, qu’est-ce : kawa ?

    RépondreSupprimer
  164. C'est bon, les chips, mais il ne faut pas en abuser : ça peut abîmer les dents et même les cordes vocales :

    Les chocs des chips cassent dents et voix.

    RépondreSupprimer
  165. Un compère des frères Dalton, qui leur amenait un plan de braquage, ne leur inspirait pas confiance. Averell exprima ses doutes :

    Laï-laï, Joe ! Cézigue avance quels sous, hein ?

    RépondreSupprimer
  166. Mon ami végétarien me vantait avec enthousiasme les vertus des céréales :

    "L'épeautre et l' mil, c'est bon : quelle joie !"

    RépondreSupprimer
  167. Boire une seule bière par 40 degrés rendrait maussade n’importe qui, alors imaginez !

    L’air chaud l’aigrit, c’t’have Hank, qu’est soûlard…

    RépondreSupprimer
  168. Au cours d'une discussion à propos de fringues, un copain me vanta certain pantalon soi-disant de marque qu'on lui avait décrit mais rien qu'à l'entendre je m'empressai de le détromper :

    "L'est faux, ce jean's ! T'attends de le voir ?"

    RépondreSupprimer
  169. Je m'inquiétais auprès de mes collègues de l'incroyable capacité urinaire du patron, à faire froid dans le dos :

    "Le boss, y pisse à flanquer le froid !"

    RépondreSupprimer
  170. Contrairement à une idée répandue, les babas-cools ne répugnaient pas toujours à la bagarre, surtout les plus mignons,

    les beaux hippies s' battant quelquefois.

    RépondreSupprimer
  171. Cet épicier avait un système de rangement très particulier. Ses marchandises étaient indexées sur les rayonnages selon un système manuel : "Index 1", "Majeur 2", etc.
    Lorsqu'un bambin venait acheter des poudres particulièrement relevées, il demandait :

    "Les chauds épices, enfant ? Quel doigt ?"

    RépondreSupprimer
  172. Désireux de me convertir à l'Islam, j'hésitais cependant entre plusieurs sectes. L'imam fut catégorique :

    "Les salafistes, enfin ! Quel choix !"

    RépondreSupprimer
  173. Au moment du rachat de L'Aurore, Marcel Dassault se plaignait au futur empereur de la presse française de la réelle lâcheté des journalistes les plus vindicatifs en apparence :

    "Les polémistes, Hersant… Quels couards !"

    RépondreSupprimer
  174. Une pénurie de lait à l’échelle mondiale n’est désormais plus considérée comme une hypothèse absurde par les économistes :

    Lactose : et si, d’avance, crisait ? hein ?

    RépondreSupprimer
  175. Marx fut écœuré lorsque Engels lui rapporta que les hégéliens pris à partie dans La Sainte Famille et ulcérés de cette attaque invoquaient sans cesse leur maître :

    "Les choqués citent à fond Hegel ? Pouah !"

    RépondreSupprimer
  176. Bizarrement, on s'étonne souvent d'apprendre que José Marti, dans sa prime jeunesse, était un fervent lecteur du collaborateur de Karl Marx (même si cela explique en partie la suite de son existence) :

    "Le José, disciple enfant d'Engels ? Ouah !"

    RépondreSupprimer
  177. L'accident fut évité de peu. Ce camion s'était littéralement jeté sur nos amies :

    les zouzes esquivent un van casse-doigts.

    RépondreSupprimer
  178. On sait que sur les questions cléricales, Ret Marut n'avait pas la langue dans sa poche :

    " Lâcheuse Église ! " Traven cassa.

    RépondreSupprimer
  179. J'interrogeai un médiéviste bien connu sur les mouvements de population à travers toute la France :

    " Aux Causses (ex-gîte), l'Arverne crécha ? "

    RépondreSupprimer
  180. Cette araignée-loup tue ses proies à l'aide d'un venin qu'elle sécrète, non ?

    Lycoses aiguisent dard (au ventre), qu'elles sortent, 'as ?

    RépondreSupprimer
  181. Certaines pratiques homosexuelles extrêmes ne sont pas à la portée de tout le monde. Mais enfin, si cela te tente... :

    Échoues-y (fist)... À fond : quel souhait !

    RépondreSupprimer
  182. Debord aimait toute l'Asie du Sud-est. C'est dire l'état de son rapport au Laos...

    L'Laos et Guy, c't'à l'avenant que ça !

    RépondreSupprimer
  183. Cet enfant a peut-être soif de savoir étymologique, mais enfin il commence à m'agacer avec ses questions incessantes :

    " Névrose ", est-ce scythe ?
    " Affres " en quechua ?

    RépondreSupprimer
  184. Le pauvre Armand est à l'hosto, rongé par une maladie qui le couvre d'ulcères dégueulasses, tu peux le croire ?

    Nécroses et kystes, Armand !
    T'crois ça ?

    RépondreSupprimer
  185. Quelle est cette arme étrange avec laquelle il l'a ainsi massacré ? À base de fruits, dis-tu ?

    Il l'explose ! Qu'ça gicle ! Armes en quetsche, ah ?

    RépondreSupprimer
  186. Écoute, je suis militant au Parti socialiste depuis vingt-cinq ans :

    Les roses " hérissent " ?
    T'as le front d'croire ça ?

    RépondreSupprimer
  187. Un social-démocrate insistant sur cette revendication prolétarienne du strict respect patronal des temps de pause, on croit rêver !

    " Les pauses s'exigent " ?
    Toi, vr'ment ? qu'est soc. ?
    ah ! ah !

    RépondreSupprimer
  188. À l'époque des guerres catholico-protestantes, certains des principaux protagonistes de celles-ci constituaient de véritables bandes de délinquants organisés, et spécialisés. Certains détroussaient, pendant que d'autres se prostituaient sans vergogne :

    "- L'larf, oh ! C'est Guise !
    - Taffe ! Encule-ça !"

    RépondreSupprimer
  189. Ah là, là, cher Moine, ça en vient à me faire relever la nuit, cette chaude sexiste affaire-là !
    Allez, je vous propose qu'on s'arrête à 202 commentaires, puisque deux d'entre eux ne comptent pas, et puis on tente d'un commun accord d'en extraire un florilège.
    D'accord ?

    L'assassin du régicide regrettait amèrement son acte mais ses comparses s'employaient à le réconforter :

    "Les causes expliquent qu' t'as vengé le roi !"

    RépondreSupprimer
  190. Les prétendus intellos du F.N. s'étonnaient de ce que les gros bras du service d'ordre eussent été les seuls à pouvoir évoquer un glorieux passé contre-révolutionnaire :

    "Le S.O. seul citait la Vendée, les Chouans, ah…"

    RépondreSupprimer
  191. Celui-là qu'on savait timoré se mit d'un coup à sortir de ses gonds, non sans provoquer un sacré bordel :

    — L'ex-chochotte s'excite…
    — Ah bon ? Quel souk !

    RépondreSupprimer
  192. Lech se trouvait trop maigre, au point de n'accepter de dévoiler ses charmes que dans l'intimité, pour sa chère et tendre :

    Lech - os ! - s'exhibe à fond qu'à Souad.

    RépondreSupprimer
  193. L'un des plus grands généraux de la jeune République n'en était pas pour autant un brillant géographe :

    Hoche, aux ex-scythes :
    " Larbins crétois ! "

    RépondreSupprimer
  194. Je ne comprends pas comment tu entends au juste te servir de cet ustensile de cuisine :

    Louche creuse, ici ?
    Touillant comme ça ?

    RépondreSupprimer
  195. Lech adorait les films où jouait Judy Garland. Sur les chantiers navals de Gdansk, il poussait ses camarades en lutte à n'en passer, en vidéo, ne fût-ce que les extraits les plus courts :

    " C'est beau, Oz (et c'te zique !). Envoies-en qu'ça..."

    RépondreSupprimer
  196. " La chaleur des voyous, qu'elle soit nôtre ! " hurlait Souad avec lyrisme.
    Lech, ne perdant pas le Nord, l'incita aussitôt, ainsi que Hank, le bon copain de service, à la sodomie.
    Tout cela en anglais, bien sûr.

    " Let's owe thug's heat !
    - Have Hank's hole, Souad ! "

    RépondreSupprimer
  197. Li Chao, très calme, quoique sa religion extrême-orientale le portât pour ainsi dire aux transes, se moquait des convenances, et allait par les rues quasi-nu :

    Li Chao, zen (et que ça hisse), t'brave en caleçon, ouah !

    RépondreSupprimer
  198. " Tu ne t'intéresses donc qu'aux grosses bagnoles et au trafic de drogue ? " lançait Souad, moqueuse, à son fils. Lech l'encourageait à se foutre sa gueule :

    " Mercos et biz, té ! Vanne encore, Souad ! "

    RépondreSupprimer
  199. Souad, dévorant des yeux le membre de Hank, insistait auprès de son mari pour qu'ils le ramenassent tous deux au logis, insistant - pariant même là-dessus deux dizaines d'euros - que tous les deux, étant donné la bisexualité à tendance passive de Hank, ils y trouveraient leur compte :

    " Lech, faut ce zguègue-ci, t'vois ? Ah ! Vingt qu'il r'çoit ! "

    RépondreSupprimer
  200. Les films d'horreur à la "Saw ", ça me fatigue...
    Tu dis pourtant qu'ils sont retournés plusieurs fois au cinéma voir ces horreurs ?

    Les "Saw", qu'ça gicle ! Ah ? z'vont quatre soirs ?

    RépondreSupprimer