Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

lundi 28 juillet 2014

samedi 26 juillet 2014

Un modeste artisan de la cinéphilie parisenne







Désolé, grosse fatigue, c'était — comme dirait Cléo — entre cinq et sept  heures ce matin, je me suis embrouillé à plusieurs reprises.

Armand Tallier a créé après-guerre non pas une… section (!), mais la Fédération Internationale des Cinémas d'Art et d'Essai.

Le dernier film de Gainsbourg, celui dont j'ai malencontreusement ravagé une copie, s'intitule Charlotte for ever — j'ai confondu avec la chanson Lemon Incest.

Et la galette de film, c'est évidemment à la verticale qu'on la bascule du plateau pour la caler contre le genou, pas à l'horizontale !

jeudi 24 juillet 2014

Pas sciés face aux huissiers ?
— Hé bé si, finalement…




Une excellente parodie d'un morceau tragique à souhait du deuxième albome de Téléphone :



(Pour rappel, la première partie de cette passionnante saga est ici)

lundi 21 juillet 2014

Impératif catégorique quasi-kantien pour cet été



« Comporte-toi en permanence comme Clint Eastwood dans un film de Sergio Leone — ou à la rigueur Lee van Cleef, ou même chez Elio Petri [merci, Florence !], comme tu veux, pourvu que ce soit avec Ennio Morricone en bande-son.
Mais bon, sinon, tu fais comme tu veux, hein, on n'est pas chiens, plutôt sceptiques que cyniques…
… Mais vas-y, fais-le, va, fais l'effort ! »



Et le tube de l'été, indubitablement (sans vouloir paraître grossier) — et même de plusieurs :

dimanche 20 juillet 2014

Manset… tout de même pas croyable, tant d'estime de soi !



À l'occasion de la sortie de son dernier album, Un oiseau s'est posé, essentiellement composé d'auto-reprises de chansons plus ou moins anciennes et parfois en compagnie d'autres artistes, Gérard Manset a donné le 14 mai dernier une intéressante interviouve à la Radio Suisse Romande, très finement menée par Karine, dont on pourra entendre l'intégralité sur cette page (désolé, pas de lecteur exportable proposé par la RTS).
L'émission qui a été diffusée est audible ici.

Bien qu'il s'y montre parfaitement imbu de lui-même tout en s'en défendant (mais peut-être à juste titre, non ?), Manset, entre deux coups de fourchette et trois quintes de toux, délivre de très intéressants aperçus (enfin, à mon sens du moins) sur tout un tas de sujets.

Le début de l'émission donne le ton, c'est complètement désarmant :
— « Gérard Manset, bonjour.
— Oui, bonjour.
— Comment allez-vous ?
— Euh… raisonnablement, euh… dans quel sens, cette question ? Parce qu'il y a tellement de personnalités chez moi… certaines peuvent aller, d'autres un peu moins mais… non, non, ça va très bien. »



Mais faut se dépêcher, va bientôt falloir que l'artiste se pose, en effet, car il atteindra bientôt la limite d'âge qui a déjà frappé… Alain Veinstein, entre autres…

— Tiens, à propos de ce dernier et de la suppression guillotinante de Du Jour au Lendemain, un morceau de l'album Le langage oublié (2004) qui tombe à pic :


vendredi 18 juillet 2014

Euh… Hé ben, en fait, euh… voilà…
Bon, d 'accord !


Les remembrances d'un Weaver idiot, deux versions (la deuxième, même entrecoupée de préparations culinaires, est meilleure, il me semble) :



Qui peut faire de l'avoine sans vendre ?
Qui peut raquer sans drame ?