Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 25 février 2015

À votre écoute, coûte que coûte !



Ça a duré un peu plus de six mois sur France Inter, de mi-janvier à fin juin 2012, sans prévenir, à une heure de grande écoute (de 12h20 à 12h30), boum !
Indignation immédiate de kilomètres d'auditeurs : « Qu'est-ce que c'est que cette horreur ? C'est inadmissible ! »
Le plus bel objet radiophonique, que je sache, de ces dernières années : À votre écoute, coûte que coûte, tout à fait dans l'esprit foutrement iconoclaste du regretté Hara-Kiri.


107 émissions au total (onze rediffusions au cours de la saison et deux absences, les 8 mars et 18 juin pour cause de grève de la station) : tout n'est pas du même niveau mais c'est toujours de la balle.
Et puis deux supplémentaires, dans la matinale de Patrick Cohen, le 20 décembre 2012 pour cause d'annonce de fin du monde et le 15 mai 2014 pour la sortie du bouquin.
En bonus, trois vidéos (dont un extra de l'émission par François Morel et Sophia Aram dans la matinale du 15 juin 2012) et une intervioue pour Ouest-France du 8 avril 2012.

Merci à Stéphane, de la liste ANPR, pour sa méticulosité !




2012-01-16 — L'homme qui participait à la première émission
2012-01-17 — La femme qui voulait que son fils soit bon en maths
2012-01-18 — L'homme qui avait un enfant blanc
2012-01-19 — La femme qui était maladivement jalouse
2012-01-20 — L'homme qui voulait perdre du poids
2012-01-23 — La femme qui voulait épouser un Arabe
2012-01-24 — L'homme qui voulait une place dans le train
2012-01-25 — La femme qui condamnait les signes religieux
2012-01-26 — L'homme qui était de la jaquette
2012-01-27 — L'homme qui voulait pardonner à son père
2012-01-30 — La femme qui ne voulait pas d'une garde alternée
2012-01-31 — La femme qui était défigurée et l'homme qui voulait toujours avoir raison
2012-02-01 — L'homme qui était pour le mariage gay
2012-02-02 — L'homme qui voulait un rein
2012-02-03 — L'homme dont le fils avait un phimosis
2012-02-06 — L'homme qui s'interrogeait sur le bio
2012-02-07 — La femme dont la petite fille montrait sa petite culotte
2012-02-08 — L'homme qui ne comprenait pas la chasse
2012-02-09 — L'homme qui voulait aimer Gaufrette
2012-02-10 — La femme qui hésitait à faire une amniocenthèse
2012-02-13 — L'homme qui s'était fait eu
2012-02-14 — La femme qui avait vu une voyante
2012-02-15 — La femme qui voulait pardonner au violeur de sa fille
2012-02-16 — La femme qui voulait en placer une
2012-02-17 — La femme qui voulait un quart temps
2012-02-20 — Le couple qui voulait une machine à laver le linge
2012-02-21 — La femme qui avait été dans une secte
2012-02-22 — L'ado qui voulait se débarrasser de son acné
2012-02-23 — L'homme qui était apopatophobe
2012-02-24 — L'amie de la femme qui était battue
2012-02-27 — La femme qui hésitait à s'installer en Israël
2012-02-28 — L'homme qui était hyponcondriaque
2012-02-29 — La femme qui n'osait pas lire le journal intime
2012-03-01 — La femme qui voulait remonter le moral aux détenus
2012-03-02 — La femme qui hésitait à donner des sous aux mendiants
2012-03-05 — L'homme qui voulait euthanasier son père
2012-03-06 — L'homme qui se sentait capable de conduire avec 3 grammes dans le sang
2012-03-07 — L'homme qui voulait raconter la vraie histoire de Bambi
2012-03-09 — La femme qui ne voulait que sa fille ait certaines pratiques
2012-03-12 — L'aveugle qui voulait qu'on parle d'autre chose
2012-03-13 — La femme qui avait peur pour sa chatte
2012-03-14 — La mère dont l'enfant faisait de la danse classique
2012-03-15 — L'homme qui était en fin de droit
2012-03-16 — L'homme qui voulait confesser des meurtres
2012-03-19 — L'auditrice qui était contre l'émission
2012-03-20 — L'homme qui ne pesait pas lourd dans l'éternité
2012-03-21 — Le papa de la petite fille qui avait perdu son doudou
2012-03-22 — La femme qui avait un nodule
2012-03-23 — La femme qui était harcelée sur son lieu de travail
2012-03-26 — L'homme qui ne voulait pas être délocalisé
2012-03-27 — L'homme qui avait été gardé à vue
2012-03-28 — La fille qui voulait arrêter de fumer des joints
2012-03-29 — L'homme qui avait un Gilles de la Tourette
2012-03-30 — La femme séropo qui voulait avoir un enfant
2012-04-02 — L'homme qui adorait le Maroc
2012-04-03 — La femme dont le voisin était parano
2012-04-04 — L'ado qui en avait marre d'être transparent
2012-04-05 — L'homme qui vivait dans un trop petit meublé
2012-04-06 — L'homme qui avait une pyodermite
2012-04-09 — La femme qui avait peur d'avoir tué Mozart
2012-04-10 — La femme qui avait peur pour sa P.I.P
2012-04-11 — L'homme qui était prof de S.V.T
2012-04-12 — L'homme qui se prenait pour un meuble TV
2012-04-13 — La femme dont le père avait oublié qu'il était français
2012-04-16 — La femme qui comdamnait les signes religieux (Rediff du 2012-01-25)
2012-04-17 — L'homme dont le fils avait un phimosis (Rediff du 2012-02-03)
2012-04-18 — L'aveugle qui voulait qu'on parle d'autre chose (Rediff du 2012-03-12)
2012-04-19 — La femme qui voulait que son fils soit bon en maths (Rediff du 2012-01-17)
2012-04-20 — L'homme qui voulait aimer Gaufrette (Rediff du 2012-02-09)
2012-04-23 — L'auditrice qui était contre l'émission (Rediff du 2012-03-19)
2012-04-24 — L'homme qui avait un enfant blanc (Rediff du 2012-01-18)
2012-04-25 — L'homme qui voulait raconter la vraie histoire de Bambi (Rediff du 2012-03-07)
2012-04-26 — L'homme qui voulait euthanasier son père (Rediff du 2012-03-05)
2012-04-27 — L'homme qui voulait perdre du poids (Rediff de 2012-01-20)
2012-04-30 — L'homme qui avait fait sa première année de médecine avec Philippe
2012-05-01 — La femme qui devait payer pour la vieille
2012-05-02 — La femme dont la fille avait peur d'aller à l'école
2012-05-03 — La femme qui avait des verrues plantaires
2012-05-04 — La femme qui n'embrassait pas
2012-05-07 — L'homme qui avait aimé Gaufrette
2012-05-08 — La femme qui s'était coupé le doigt
2012-05-09 — L'homme qui se demandait s'il devait pratiquer une vasectomie
2012-05-10 — La femme qui n'était soi-disant pas égoïste
2012-05-11 — L'homme qui était en transition
2012-05-14 — La femme qui ne sucait pas que de la glace
2012-05-15 — L'homme qui trouvait que c'était mieux avant
2012-05-16 — La femme qui n'habitait pas vraiment Cannes
2012-05-17 — La femme qui avait des poils morts
2012-05-18 — La femme qui n'avait pas de problèmes avec son problème
2012-05-21 — La femme qui s'occupait trop des autres
2012-05-22 — L'homme qui regrettait l'armée
2012-05-23 — L'homme qui s'inquiétait pour Simone
2012-05-24 — L'homme qui devait dénoncer sa collègue à la sécu
2012-05-25 — L'homme qui voyait des choses
2012-05-28 — L'homme qui se souvenait de son enfance
2012-05-29 — L'homme qui aimait le vieux contemporain
2012-05-30 — Le jeune homme qui retrouvait le rire
2012-05-31 — La femme qui avait encore deux ou trois choses à faire ici
2012-06-01 — La femme qui disait que c'était même pas vrai
2012-06-04 — La femme qui avait quelque chose de dégoutant
2012-06-05 — L'homme qui était aussi beau que son île
2012-06-06 — La femme qui ne voulait pas torturer les animaux
2012-06-07 — L'homme qui voulait une place dans le train (Rediff du 2012-01-24)
2012-06-08 — La femme connue qui avait un problème d'haleine
2012-06-11 — L'homme qui re-aimait Gaufrette
2012-06-12 — Un homme et une femme
2012-06-13 — La femme qui avait une fille
2012-06-14 — La femme qui était passionnée par son travail
2012-06-15 — L'homme qui avait une résidence secondaire
2012-06-19 — L'homme qui était soi-disant mythomane
2012-06-20 — L'homme qui n'avait pas d'humour
2012-06-21 — La femme qui avait mal à la tête
2012-06-22 — Le couple qui n'avait pas l'habitude d'appeler le couple qui n'avait pas l'habitude de présenter l'émission
2012-06-25 — L'homme qui avait peur de se retrouver à la rue
2012-06-26 — L'homme qui oubliait trop vite qu'il était un homme
2012-06-27 — La femme qui ne voulait pas souffrir
2012-06-28 — L'homme qui n'était pas vraiment à l'écoute
2012-06-29 — À bon entendeur…


Les deux émissions en sus :



La parodie de François Morel et Sophia Aram, le 15 juin 2012 :









Et l'intervioue pour Ouest-France du 8 avril 2012 :



En prime, pour les vrais fêlés masochistes, l'interprétation volontairement abominable de cette horreur d'Alain Barrière et Noëlle Cordier de 1978, Tu t'en vas :



Bon, le gros problème en suspens, c'est de retrouver le nom des comédiens interlocuteurs pour chacune des émissions.
Pour quelques unes, c'est sûr :

L'homme qui avait un enfant blanc... : Omar Sy
La femme séropo qui voulait avoir un enfant : Karin Viard
La femme dont le voisin était parano : Valérie Bonneton
L'homme dont le fils avait un phimosis : Dominique Pinon
La femme qui avait un nodule : Natalie Dessay
La femme qui n'habitait pas vraiment Cannes : Victoria Abril
L'homme qui regrettait l'armée : Charles Berling ?
Dominique Besnehard : L'homme qui voyait des choses
L'homme qui était soi-disant mythomane : François Berléand
L'homme qui oubliait trop vite qu'il était un homme : Élie Semoun
L'homme qui avait fait sa première année de médecine avec Philippe : Alexandre Astier

Lors de la dernière, le 29 juin 2012, Zabou et Laurent Lafitte ont cité une quarantaine de noms — ce qui est peu au regard du nombre d'épisodes — par ordre alphabétique et qu'il reste à assigner à chaque date :

Karim Adda
Pascale Arbillot
Liviu Badiu
Marina Carrère d'Encausse
Patrick Catalifo
Antonin Chalon
Aymeric Cormerais
Michel Cymès
Clotilde de Bayser
Jennifer Decker
Marianne Denicourt
Mélanie Doutey
Léa Drucker
Judith El Zein,
Guillaume Gallienne
Caroline Gonz
Sam Karmann
Valérie Keruzoré
Gilles Lellouche
Alain Lenglet
Leslie et Lise Boyer
Nicolas Lormeau
Guilaine Londez
David Migeot
Christiane Millet
Sandrine Molaro
Valérie Nègre
Julie-Anne Roth
Michel Sebag
David Talbot
Delphine Théodore
Cyrille Thouvenin
Véronique Vella
François Vincentelli
Elisabeth Vitali

samedi 7 février 2015

LE RATTRAPEUR



Elle a failli partir : alors il est offrande, amour, bonne volonté, il aime et parle le matin, il parle à midi, le soir il parle encore, et tard la nuit, prend la parole puis la donne, il la reprend, la rend et veut du bel échange, il parle et sort et quand il sort : je reviens à l'instant ! Il l'aime, il l'accompagne, vient la chercher, s'applique et veut qu'on l'aime, qu'on offre de le dire, il parle, attend, questionne, n'ignore pas ses torts, il reconnaît, il remanie et puis : réponds ! Il veut des gages, avec du rire, il met la table, il sert la soupe, il porte la moitié du ciel, connaît les mots qu'il faut, connaît la vie, peut en parler, d'ailleurs on repart à zéro et puis dorénavant, et puis il parle, elle doit rester, un jour elle part, c'est qu'elle est folle, elle revient, il parle, il se sent mal, elle est ses yeux, il veut son bien, elle le rend fou, ou veut sa mort, elle se tait, il parle, et veut faire un enfant ou refaire la maison, il refait la maison, il faut parler, elle ne veut pas, c'est une malade ! Il a raison puisqu'il en parle, elle ne dit rien, alors il parle, et cogne, et cogne, et tu comprends le maximum, j'ai fait le maximum, elle n'est jamais contente, à la fin qu'elle s'en aille !


Hédi Kaddour, in La chaise vide, Obsidiane, 1992, p. 25

vendredi 6 février 2015

À l'Écluse, du temps qu'on éclusait et qui a coulé sous les ponts…







Merci aux copains de Dans l'herbe tendre qui m'ont remis ce chouette duo en tête…

mercredi 4 février 2015

mardi 3 février 2015

On déballe tout ou on se déballonne ? (24)
[Ah non ! c'était déjà le 22, gaspe !]



« Res quæcunque potest esse per accidens causa lætitiæ, tristitiæ vel cupiditatis. »
Spinoza, Ethica, III, prop. 15

mercredi 28 janvier 2015

Noue garrots pour Michka !



MICHKA JOUE À COLIN-MAILLARD ET AU BUSINESSMAN

ou

L’ESPOIR FAIT MOURIR

(Saynète en un acte et moult didascalies)


La scène se situe quelque part en Belgique.
Engoncé dans un drap, au milieu d’une compagnie qu’il imagine nombreuse mais composée en fait uniquement de sa mère, l’ours Michka se dandine lamentablement, mollement, essayant à tâtons de deviner qui se cache derrière les protubérances qu’il palpe. Mais cet ahuri ne reconnaît même pas les parties du corps qui se présentent à ses attouchements.

— Hein ? Joues, reins ?

Comprenant qu’il n’y arrivera jamais, Michka tente de se réfugier dans les replis de son imagination : s’il avait devant lui un sanglier, quel serait ce membre qu’il vient d’attraper ?

— Joue, ours : est-ce hure ?

Soudain excédé, Michka arrache cette toile qui l’empêtre. Le tissu jusqu’alors quasiment immobile semble ainsi s’animer comme par magie, dévoilant un ourson fort bronzé mais aussi une odeur pestilentielle, car chacun sait que sous l’action prolongée des rayons du soleil, les bajoues des plantigrades émettent des phéromones semblables à ceux du putois (ce qui n’est pas faire aumône aux nez sensibles). L’asphyxie bouleversant sa syntaxe, le récitant commente :

— Revit un drap. Hâle : joues r’puent.

S’apercevant qu’il est seul avec sa mère (qui est muette), Michka décide d’en profiter pour chercher une solution à leurs problèmes financiers, aigus comme dans la plupart des foyers monoparentaux. D’un tour d’horizon, il fait un rapide inventaire de leurs maigres biens : un drap, et un buffet vide complètement pourri, défoncé, mangé aux vers, bancal, et abîmé (un souvenir de famille, que sa mère ne peut regarder sans dégoût ni mépris, qu’elle exprime chaque fois par le seul son qu’elle parvient à éructer : « Peuh ! »). Brusquement, Michka se souvient avoir lu récemment, à la une du quotidien national, qu’un meuble s’est vendu très cher à une vente aux en-très-chères. Une idée géniale lui vient. Il ne peut cacher sa joie, non plus d’ailleurs que ses origines slaves :

— Relis, M’man, ce « Jour » ! Da ! Vends-le tant, le « Peuh ! » !

Tandis que sa mère, dubitative, parcourt l’article, Michka — à qui l’immonde bahut apparaît désormais comme une bonne nourrice — tente une petite sortie philosophique sur la joie que procure, au cœur de l’adversité, la vision d’un avenir souriant :

— Pleut maux ? Ris : bon, ce lait !

Mais Maman se montre intraitable. Michka a oublié qu’elle est adepte du stoïcisme le plus pur, et que leur pauvreté est volontaire. Elle le chapitre sur son désir de richesse, lui expliquant par gestes que quand on aime l’argent, on n’en a jamais assez, que par conséquent le fait même de souhaiter la fortune est déjà une forme d’avarice, etc., etc. Michka se résigne :

— Vœu radin ? Bon.

Stoïque, mais pas insensible, Mamouchka, constatant le flagrant dépit de son fils, tente de le consoler en lui rappelant par pantomime sa grande richesse intérieure, visible au degré de perfectionnement quasi-artistique qu’il a atteint dans l’élevage des mammifères océaniens à queue velue. Car Michka a un dada : la mutation artificielle des macroures, qu’il s’efforce, en modifiant leur codage génétique, d’affubler d’une barbe, pour rétablir une symétrie dédaignée par la Nature. Hélas, l’amertume de Michka ne fait que croître à cette évocation gestuelle, car c’est bien le cruel manque de pépètes qui lui interdit de parachever son grand-œuvre, dont la valeur esthétique eût été éclatante au regard de ses pâles tentatives passées :

— Art, mes dasyures ? J’eusse, codant, …

Michka s’interrompt, car il réfléchit à toute vitesse : une fois la mutation accomplie, il aurait fallu modifier le nom du marsupial… Pour satisfaire sa modestie naturelle et au canon de la simplicité, le plus élégant eût été, puisqu’il ajoutait une barbe à l’animal, de retirer celle qui dépassait de son nom d’origine, donc virer le y … Un prêté pour un rendu… Oui : DASURE, tel était le nom incomparable de sa créature à jamais avortée…

Foudroyé par l’évidence tant de cette découverte que de l’impossibilité de sa réalisation, sentant confusément qu’il aurait déjà dû, à tout prix, employer ce néologisme, Michka s’écroule sur la scène, raide mort.


Rideau