Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

samedi 1 août 2015

Soyons des héros de la classe ouvrière !




« Ils haïssent l'intelligence
Et ils méprisent les ahuris. »

Nous qui sommes ahurissamment intelligents, 
on est mal barrés…

On va pas commencer les
discussions théoriques !


video

« Et merde ! »

jeudi 30 juillet 2015

Beau comme la rencontre d'un Autrichien et d'un Français sur la dernière phrase d'un Traité…



« Ce dont on ne peut parler, il Voltaire. »


Le roué Voltaire en pleine lecture du Tractatus logico-philosophicus

Une banalité de base de Niki de Saint Phalle à Tinguely



« Tant qu'y aura de l'art, Jean,
y'en aura jamais assez pour tout le monde ! »

Samedi est à vous


























samedi 25 juillet 2015

Le creux d'un rouleau



Je me souviens.

Tout a commencé dans le jardin des délices.

Nous étions allongés nus côte à côte sur la touffe d'herbe au-dessus de la moule, et, comme j'étais un peu en avant de toi, je pouvais remarquer, de temps à autre, le regard de Hiéronymus.

Avec des gestes fous, il essayait de me faire comprendre que tu avais une tête d'airelle bleue. Je le détaille alors avec insistance, mais je ne vois que tes yeux plus clairs que l'airelle.

Et puis, fixant au travers de mes cils, tes yeux et ton visage se fondent et je vois maintenant l'airelle bleue.

Mes doigts et mes lèvres contournent en effleurant ta peau douce et colorée et s'enfoncent dans ce bleu, entraînent mon corps à pénétrer dans la vague ; je me retrouve être le creux d'un rouleau, balancé par le mouvement de la mer.
Tu te laisses aller à mon rythme, je te soulève et t'enveloppe d'écume.

Robert Pagès, manuscrit trouvé dans son exemplaire de
La divine comédie (éd. Masseron, Club français du livre, 1964)