Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 21 mai 2015

L'I. S. en 1952



Rare exemple de préfiguration d'un mouvement politico-artistique bien connu des habitués de ce blogue foutraque, ce « Roman de Contre-Espionnage » achevé d'imprimé le 30 novembre 1952 — concomitamment à la fondation de l'Internationale Lettriste — sur les presses de l'imprimerie « Les petits-fils de Léonard Danel » (sic) à Loos-lez-Lille.

On remarque en couverture Guy D. rampant désespérément vers la tête d'Alice B.-H. sous le regard effaré de Michèle B.

Une méthode efficace pour tout foutre en l’air



Ces  « Humains » — c’est ainsi qu’ils s’étaient nommés — étaient très inventifs. Au fil des siècles, ils inventèrent tout un tas de trucs sympathiques : la roue et l’agriculture, les bêtes de trait et les villes, les leviers et les navires, le moteur à combustion interne et les cartes de crédit, le radar et le vaisseau spatial. Certes, ils n’inventèrent pas tout cela d’un seul coup. Et toutes ces inventions ne se révélèrent pas un avantage absolu, car ils inventèrent en même temps les massues et les épées, les flèches et les catapultes, les canons et les missiles nucléaires. Ces Humains avaient vraiment le chic pour tout bousiller.
Par exemple, un grand nombre de leurs inventions semblaient a priori devoir produire un effet précis, mais en réalité elles produisaient un effet tout à fait différent. Prenez tous leurs gadgets de « maintien de la paix », aucun d’entre eux ne la maintenait ! Leur « médecine » également était un autre exemple. Ce que ces Humains nommèrent la médecine était en réalité une pratique consistant à faire toutes sortes de choses bizarres aux gens qui avaient le malheur d’être patraques. Officiellement, ces choses avaient pour but d’améliorer l’état du malade. Mais assez souvent, elles produisaient l’effet inverse. Au mieux, l’état du patient demeurait stationnaire. L’homme qui était en train de mourir de malaria pouvait à la rigueur être reconnaissant envers son médecin pour avoir mis le masque du diable et avoir dansé tout autour de son lit, mais il décédait quand même. À l’époque à laquelle la médecine humaine atteignit un stade où les chances de guérison d’un malade étaient plus grandes avec l’aide d’un médecin que sans — et cela prit environ quatre cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cents de ces cinq cent mille années —, les Humains avaient trouvé le moyen de mettre au point une méthode encore plus efficace pour tout foutre en l’air.
Ils avaient inventé l’argent.

Frederik Pohl, À travers la grande porte (The Gateway Trip, 1990), trad. Bernadette Emerich, J'ai Lu, 1992, pp. 10-11

(Merci à Jacques de m'avoir signalé ce passage !)

vendredi 8 mai 2015

J'en rosse tant…



Une intéressante et récente publication du Comité invincible sans nul caractère zoophile, quoi qu'il puisse sembler aux esprits pervers

vendredi 1 mai 2015

Un autodidacte parle (bis)



Hé ben voilà qu'il nous faut remettre en circulation la première partie de l'autobiographie sonore de Fred Deux, À vif, publiée en 1998 par André Dimanche en un coffret de vingt-quatre cédés, puisque les liens fournis sur le billet de février 2009 sont devenus inopérants.
Y'en a marre, de ces conneries informatiques, même si c'est bien pratique tant que ça marche encore…

jeudi 23 avril 2015

Fred Deux : fonds de tiroirs (quater)



Grâce à un certain « Anonyme à l'ouest », on a pu récupérer quelques brimborions résiduels radiophoniques de l'ami Fred dont je ne connaissais pas du tout l'existence, et c'est une sacrée bonne pioche !

D'abord un triplé d'épisodes d'une série produite par Jean Couturier au printemps 2000, Fiction 30 (mais… attention, c'est du raide !)

Et puis une des premières interventions (à ma connaissance, du moins) de Fred sur France Culture, en 1986, dans la défunte émission Agora : une série de cinq entretiens avec Michel Camus, intitulés « Monsieur mon double » dont malheureusement manquent ici le premier et le dernier — que je ne désespère cependant pas de récupérer un jour ou l'autre :

samedi 11 avril 2015

On déballe tout ou on se déballonne ? (24)





Le récit de l'organisation des Etats-Généraux, c'était ici, celui de la cohabitation avec Henri , l'histoire avec la petite Cati ici, celle avec Hélène et celle avec Elodie .

Quant au Cartel del Barrio, on peut en écouter quelques morceaux ici.
 
J'en profite pour signaler qu'actuellement DivChère pédale complètement dans la choucroute, au point que la plupart des fichiers que j'ai mis à disposition ici ne sont plus audibles pour l'instant, pas plus pour moi que pour les malades qui suivent ce blogue. Ceux du coffret A vif, par exemple, ce qui m'énerve pas mal -- mais heureusement le reste de l'autobiographie sonore de Fred Deux est toujours disponible.

Du coup, j'ai dû me rabattre momentanément chez SoundCloud, désolé.

vendredi 10 avril 2015