Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 30 novembre 2017

Carfi, c'est fini



Christophe Carfantan, batteur, percussionniste, comédien, inextinguible feu d'artifice vivant, Christophe Carfantan, alias Carfi lorsqu'il jouait au sein des groupes Berlin 38, les Free Martin ou le Cartel del Barrio, puis alias Kerfi lorsqu'il s'installa au fin fond de la Bretagne et créa avec Duke Les ténors de Brest puis avec Scott Taylor L'Atelier Grandélire, puis la compagnie Les pilleurs d'épaves avec Momette et El Kerfi Marcel avec Marcel Jouannaud, etc., etc., mais pour moi toujours depuis trente ans Carfi, né en 1963 à Pierrelatte, est mort vendredi 24 novembre à Douarnenez d'un crabe qui le bouffait depuis un an.

Un article bien documenté ici, un hommage parmi d'autres , mais surtout des montagnes de fabuleux souvenirs, et pas que pour moi...
Quelques exemples, pour les ceusses qui n'ont pas eu la chance de le connaître.

Avec Marcel, dans la roulotte que Carfi avait conçue avec les Rouille-Gorge pour servir à la fois de lieu d'habitation et de scène itinérante :





Et puis sa présentation du Manège Salé fabriqué par les Rouille-Gorge, qu'il animait ces dernières années entre deux tournées :



Enfin, une séquence d'entretien, juste pour montrer comment il était au naturel : exactement pareil qu'en représentation, tel qu'en lui-même enfin l'éternité le change.

vendredi 24 novembre 2017

Un adage de Sémites non-belliqueux, plus traditionnaires que traditionalistes



« Gardons-nous de mettre
la charia avant l'hébreu ! »

dimanche 8 octobre 2017

Décider des idées



France Culture a organisé cette année, sous la houlette d'Arnaud Laporte, une intéressante série d'entretiens publics affreusement intitulée « Les Masterclasses ».

Voici celui où l'on apprend un peu plus sur les lacis de Jean Echenoz, enregistrée le 21 février à la BNF et diffusée sur la chaîne le 12 juillet (sans la demi-heure d'échanges avec le public, allez savoir pourquoi !) :

samedi 30 septembre 2017

Fernand Deligny - Les vies retranchées



Une émission en trois parties datant d'août 1977 rediffusée quarante ans après, fin mai dernier :





mardi 8 août 2017

De la musique au cinéma




Magicien de l'univers sonore, Elie Poicard a façonné la plupart des bandes-son des films de Leos Carax en bidouillant des cassettes audio avec une table de mixage.

Voici ce qu'il avait concocté en 1986 pour Mauvais sang, en assurant à Carax — dit-il — que c'était précisément ce qu'il fallait éviter :



À ce sujet, la troisième partie de l'hommage suivant ne manque pas d'intérêt…



Ci-dessous, les quatre cassettes de préparation aux Amants du Pont-Neuf (1991), dont le tournage rocambolesque fut sérieusement menacé à plusieurs reprises :

Valsez ! Valses :


Phrases violoncelle :


Enfer et contre tout :


Tant qu'il est trop tard :


(Merci à Stéphane D., de la liste ANPR, pour la numérisation !)

dimanche 6 août 2017

Détournements facétieux


Plutôt que de coller de nouvelles paroles sur un air connu, on prend deux tubes et on chante les paroles de l'un sur la musique de l'autre.

Un exercice auquel se livrent avec virtuosité ses inventeurs,  les Frères Jacquard :



samedi 29 juillet 2017

Christopher Brookmyre par la bande



En août 2016, Christopher Brookmyre donnait une conférence d'une heure lors de l'Edinburgh International Book Festival à propos de son dix-neuvième roman, la septième aventure de Jack Parlabane.
Pour ceux qui auront la chance d'être à Edimbourg ce jour-là, il réitérera l'exercice le 23 août prochain, cette fois à propos du dernier en date, Want You Gone (encore un Parlabane).



C'est assez coton à comprendre à cause de ce putain d'accent d'accent écossais mais on finit par s'y faire...

Une précédente intervention du même, en 2013, à l'Edinburgh Central Library, à propos du troisième Jasmine Sharp, Flesh Wounds, et de son ahurissant roman de SF, Bedlam, qui traite entre autres de la conscience de soi des personnages de jeux vidéo :