Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

dimanche 10 juillet 2016

Fatuité ?
Outrecuidance ?
Stupidité incommensurable ?
Non : 275 séances et 550 heures de modestie.


Vous en aviez marre de la soit-disant « Contre-histoire de la philosophie », depuis treize ans, tellement emplie d'un ahurissant amoncellement de contre-vérités et de simplismes de cour d'école primaire (y'a des méchants, moi y'en a être du côté des bons) ?

Vous étiez soulagés d'apprendre, l'été dernier, qu'à France Culture, dorénavant, on fraierait plus avec notre fameux Vychinski de par chez nous, qui s'est notamment rendu célèbre par sa géniale analyse libertaire (un peu comminatoire, à la réflexion — et d'ailleurs un abruti qui ne connaît même pas l'orthographe du mot « luddisme » mérite-t-il seulement le mépris, le pal ou le pilori ?…) au sujet d'un embarras ferroviaire survenu le samedi 8 novembre 2008 ?

Hé bien non, désolé, le triste sire qui se targue avec tant de panache de son enfance prolétaire envahit de nouveau les ondes estivales — et sans déconner, il démarre presque illico ainsi :

« Je pensais que finalement trois ans, trois ou quatre ans, j'aurais fait le tour de vingt-cinq siècles d'histoire des idées, d'histoire de la philosophie… »

samedi 9 juillet 2016

Re — comme Manset, toujours…


Ben ouais, 27 ans après, il n'a pas perdu la fibre — du moins dans le même paradigme perdu : bien des relations entre ces deux morceaux, toutes choses égales par ailleurs…



mardi 5 juillet 2016

Testament (provisoire ?) d'un génie pas ingénu — Jean Echenoz



Les masochistes qui fréquentent imprudemment ce blogue connaissent bien sûr le chef d'œuvre du regretté Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur — fantastique hommage aux Lecteurs et aux Lectrices s'il en est — dont la table des matières se lit évidemment ainsi :

« Si par une nuit d'hiver un voyageur
En s'éloignant de Malbork
Penché au bord de la côte escarpée
Sans craindre le vertige et le vent
Regarde en bas dans l'épaisseur des ombres
Dans un réseau de lignes entrelacées
Dans un réseau de lignes entrecroisées
Sur le tapis de feuilles éclairées par la lune
Autour d'une fosse vide,
Quelle histoire attend là-bas sa fin ? »

On pourrait prétendre assez artificiel — presque un exercice de style — pareil semblant de coquetterie intellectuelle.
Sauf que c'est le parachèvement d'un roman impeccable, savamment sophistiqué, dont le sujet n'est autre que l'acte de l'écriture en même temps que celui de la lecture eux-mêmes, rien que cela.

(On retrouve, toutes choses égales par ailleurs, semblable cerise sur le gâteau dans le roman du trop discret et méconnu Charles Harness, L'anneau de Ritornel, dont la table des matières est elle aussi très judicieusement pensée et met en évidence, circulairement, l'éternel retour du même — comme nous y invitent aussi Spinoza dans son Éthique ou Debord dans In girum imus nocte et consumimur igni.)

Plus difficile serait de bâtir une ample œuvre romanesque dont la suite chronologique des titres se lirait comme un poème semblable à la table des matières du Calvino susmentionné, et qui dévoilerait finalement la clé toujours fuyante de l'œuvre totale : cela demanderait une ambition, une folie, une ténacité précoce dont on ne trouve guère la trace — toujours dans le domaine romanesque, d'ailleurs — que chez le Bartlebooth du roman inachevé (? oui, il manque un chapitre, à charge au lecteur de le reconstituer) de Georges Perec, La vie mode d'emploi.

Après avoir savouré concupiscemment le dernier opus de Jean Echenoz, Envoyée spéciale, je me suis demandé si ce loustic-là —un des meilleurs écrivains du siècle — n'avait pas justement ourdi ainsi son œuvre.

Las, non : à relire la liste des titres publiés chez Minuit, cela ne semble pas faire sens :

Le Méridien de Greenwich
Cherokee
L'Équipée malaise
L’Occupation des sols
Lac
Nous trois
Les Grandes blondes
Un an
Je m’en vais
Jérôme Lindon
Au piano
Ravel
Courir
Des éclairs
14
Caprice de la reine
Envoyée spéciale

Même si en tarabiscotant l'ordre chronologique, on peut obtenir quelque chose du genre :

« Caprice de la reine (envoyée spéciale) :
Je m'en vais un an courir au piano — nous trois : Cherokee, Jérôme Lindon, Ravel — les grandes blondes, le méridien de Greenwich :
l'équipée malaise, l'occupation des sols, lac.
Des éclairs ?
14. »

Mais revenons au dernier ouvrage publié.

Déjà le titre cligne furieusement à l'echenozophile de base : Envoyée spéciale, c'est comme une spéciale dédicace envoyée à celles et ceux qui auraient tout lu de l'écrivain malicieux.

Et de fait, ce roman est un pétulant feu d'artifice, qui concentre en accéléré tous les ingrédients (évidemment renouvelés, on y trouve même des petites annonces immobilières, des papillons et des éléphants dont la cohabitation finit par s'expliquer, en Creuse ou en Corée — mais j'en passe) de la veine antérieure à ce que j'appellerais la trilogie biographique (Ravel, Courir, Des éclairs), comme pour clouer le bec définitivement à tous ceux que cette trilogie (mais n'oublions pas, un peu plus tôt, le magnifique Jérôme Lindon) dérouta passablement.

L'intrigue fourmille de coïncidences ahurissantes, de barbouzes à la ramasse, d'inquiétantes menaces de violences, de tentatives de dézingage géopolitique, d'amours naissantes s'effondrant aussitôt dans la routine, de détails vestimentaires sophistiqués, d'exotisme de pacotille, de litotes sexuelles, de précisions très manchettiennes à propos de marques publicitaires ou de modèles d'armes, de remarques pertinentes concernant le métro à l'instar d'Au piano, etc., bref, l'ensemble se présente comme un incroyable remix de toute l'œuvre antérieure à Jérôme Lindon.

Sans omettre, évidemment, l'inévitable citation de la dramaturgie classique, comme on lisait dans Cherokee, en fin de je ne plus quel chapitre « Sa vaine inimitié n'est pas ce que je crains » (Racine, Phèdre, I, 1), ici p. 42 : « Rome n'est plus dans Rome, elle est toute où je suis » (Corneille, Sertorius, III, 1), à propos d'une station de la Régie Autonome des Transports Parisiens (!)
Sans omettre non plus les déroutantes trouvailles qu'on ne saurait du tout qualifier, comme ce parachutage au détour de l'intrigue de Pierre Michon, proche de l'auteur en amitié et dans la perfection stylistique.

À bien y réfléchir, Envoyée spéciale s'avoue avec fard comme un décalque des Grandes blondes — la femme [re]trouvée par miracle et expédiée au bout du monde, avant son retour embué d'amour éventuel — mais pas que, tout de même mâtiné de tas d'éléments antérieurs, issus des deux ahuris de L'équipée malaise qui se transmuent ici en Jean-Pierre et Christian, ou de Jouve devenu Objat ; et enrichis d'autant en emportait le souffle des romans irrigués depuis 1979.

Bref, passons.

Non, non, à bien y réfléchir, ne passons pas, surtout pas : attardons-nous un peu, au contraire, sur ces corrélations éventuelles.
Par exemple, nul n'est besoin d'être averty comme feu Jean-Christophe pour s'apercevoir que le début du chapitre 20 d'Envoyée spéciale s'amuse à parodier celui du chapitre 3 des Grandes blondes : étonnante intrusion de l'auteur (le narrateur ?) parmi ses ouailles.
Mais si, passons, finalement, et précisons, tant que faire se peut un tantinet.

Juste un exemple de renvoi, une broutille, à propos de variétoche :

Alors, dit-il enfin, c'est qui, cette fois ? Puis il secoua négativement la tête après que Salvador eut prononcé le nom d'une femme. Ma foi non, dit-il, je crois bien que ça ne me dit rien. Jetez quand même un œil là-dessus, dit Salvador en lui tendant une liasse de coupures de presse et de clichés représentant la même jeune femme, toujours en train de sortir de quelque part et légendée sous le nom de Gloria Stella.



Les Grandes blondes, Éditions de Minuit, 1995, rééd. collection « double », 2006, p. 9


Excessif, Tausk l'a en effet réalisé seul : composé, écrit, produit, interprété à la va-vite et à tout hasard par Constance qui venait d'arriver dans sa vie, qui n'avait jamais rien chanté de la sienne et l'avait enregistré en un après-midi sous le premier pseudonyme — So Thalasso — venu à l'esprit de Tausk. Puis : triomphe, contre toute attente, d'abord en version originale puis en profuses reprises — Gloria Stella, Boz Scaggs, Coco Schmidt, tant d'autres.


Envoyée spéciale, Éditions de Minuit, 2015, pp. 85-86

On en reparlera, car il y a à dire, mais à bien peser les mots, je ne connais pas d'écrivain qui fasse autant jouir le lecteur du bonheur qu'il prend à écrire…

On connaît Le magicien d'Oz, on connaît l'excellent traducteur de Westlake qu'est Jean Esch,
Mais Jean, est-ce Noz ?

Ce pétulant feu d'artifice sonne assez comme un glas, qui me rappelle la périlleuse situation de Manchette après La position du tireur couché (titre qui désignait tellement l'impasse dans laquelle se retrouvait l'auteur !) : que ruminer et pondre, après ?

Envoyée spéciale : un testament, peut-être, mais un testament d'or fait — ce qu'un coq tôt eût chanté.
Hem.

jeudi 30 juin 2016

« Dantesque », ou « immense » ?




On y lit notamment ceci, sous la plume hâtive d'Hubert Prolongeau (c'est moi qui graisse et italise) :

« On y avait cru pourtant, à l’immense écrivain de genre, à l’héritier de Manchette, à celui qui allait abolir toutes les barrières entre les littératures, au créateur immense né dans les cendres d'une série noire qu'il revitalisa et habilla des oripeaux de la SF. Quand paraît en 1995 Les Racines du mal, le choc est immense. »

Pour Hubert, le choc s'est à l'évidence immensément prolongé…
A-t-elle seulement un nom, la pauvreté imaginative en matière d'épithètes ?

Au fait, je me hâte de préciser qu'autant je tiens pour des sommets les deux premiers romans du défunt — La sirène rouge est un splendide conte de fées pour adultes avertis, Les racines du mal (déjà beaucoup plus verbeux et trop littéronaniste, pas assez scalpé — les éditeurs n'osant déjà plus corriger l'Auteur) une terrifiante machine à désastre —, autant la suite est tout juste bonne pour le vide-ordures : d'abord ça tombe des mains, ensuite ça pue à mille kilomètres à la ronde — au moins jusqu'en Uruguay, comme le chantait naguère Gainsbourg.

vendredi 10 juin 2016

Hé non, « Phèdre » ne rime pas avec « merde »…



… à moins que l'on s'y perde
— comme aurait dit Cambronne
(« c'tte conne ! », eût plus tôt dit Œnone…)

Une excellente interprétation de la pièce de Racine, diffusée sur France Culture sans le cadre de « Théâtre et compagnie » le 29 mai dernier :

jeudi 9 juin 2016

Direction porte-Maillot ?
Quoi qu'on en a à fout'e :
qu'est-ce qu'on s'gondole, à Venise !



Entendu cet après-midi dans l'émission de Marie Richeux Les nouvelles vagues, ce « Choix des maillots » (sur cet air-ci), un morceau de l'album Chants des négociations issu du projet GONLEG Footbol Allemagne-France mené par le groupe Gongle :


Encore plus stupéfiant que le célébrissime « Allez les Verts ! » de Monty !



Et du coup, un autre tube de l'époque :

dimanche 22 mai 2016

Révolutionnaire, certes — et en diable ! — mais un cœur de roi



Pas souvent qu'on entend causer au poste d'Ernest Cœurderoy, et encore plus surprenant sur une radio d'État.

Cette émission-là fut diffusée le 14 juillet 1978 sur France Culture grâce aux bons soins d'Hubert Juin, qui invitait notamment Jacques Le Glou à l'occasion de la réédition chez Plasma de Hurrah !!! ou la révolution par les Cosaques, aux flonflons évidemment — chose inouïe jusqu'alors à la radio — d'extraits conséquents de l'album produit quelques années auparavant par le même Le Glou, Pour en finir avec le travail (volume 1).

Entendue avec jubilation dans la nuit du 19 au 20 mai, avant un très chouette Mardis du cinéma de 1996 consacré à James Stewart.