Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 26 avril 2017

Super-Kiwi contre Le Diabolique !



Jusqu'où ira-t-on à déconner pour tenter de désennuyer sa progéniture ?

lundi 24 avril 2017

« Une volonté acharnée et bienveillante »


« Brigitte […], sans laquelle je ne serais pas moi. »

Texto, ce dimanche 23 avril vers vingt-deux heures vingt, issu de la gueule de cette pis que risible lope qui s'est empressé de préciser (causait-il cependant encore d'elle, s'en souciait-il, la vouvoie-t-il socialistement ?) :
« Vous avez donné vos jours ; et quand ils ne suffisaient pas, vous avez donné vos nuits. »

Et juste avant (mais connaît-il seulement le sens du mot « contrepèterie » ?) :
« C'est une joie grave, lucide, qui m'habite. »

Emmanuel Macron et sa femme Brigitte posent au Touquet le 22 avril 2017

« En route vers le règne de la macron-économie ! »
s'exclame-t-on en sortant de chez le coiffeur ou le marchand de wassingues

« Nous n'aurons de cesse de marcher », disait en substance Aristote (j'ai appris ça lors de l'oral d'entrée à Normale Sup' de Raphaël Enthoven, c'était la conclusion de sa confondante Leçon)…
D'où les valeureuses péripatéticiennes, quoi qu'en aient d'aucun(e)s.

Mais à bien y réfléchir, puisque les initiales de ce monsieur ont suggéré à un quelconque brainstormer le nom du Parti à construire, pourquoi ne pas abonder, poursuivre cette passionnante aventure (hem !) ?

« Et Merde ! »

video

Et tout le reste est littérature

mardi 18 avril 2017

Aborder La Borde


Rediffusée dans la nuit de vendredi à samedi, une émission du 21 avril 1974 sur la clinique de La Borde.
Une demi-heure avec Jean Oury, il y a quarante-trois ans.



lundi 17 avril 2017

Un nanar ? Des anars !


Arte a diffusé mardi 11 avril un documentaire de Tancrède Ramonet sur l'histoire de l'anarchisme de 1840 à 1939, en deux parties.
La voix off est parfois grandiloquente mais le film parvient à embrasser les multiples aspects de l'Idée et retrace le fil des tentatives historiques d'avènement du communisme libertaire.
Ça fourmille d'archives qu'on ne voit pas souvent.



jeudi 13 avril 2017

Debord au poste

Les chemins de la philosophie ont salué cette semaine un trésor national : Guy Debord.









Patrick Marcolini intervient allègrement dans le deuxième épisode et Gérard Berréby boucle la série.

Mais tout cela ne manque-t-il pas un peu de légèreté et d'humour, Adèle Van Reeth ?

lundi 3 avril 2017

Your night is stayed alive...










Un coffret de quatre vinyles trente-trois tours, trente-trois ans après,
toujours aussi stupéfiant !

vendredi 24 mars 2017

Léthé : dèche à rogne ?




« J'avais rencontré Lou quelques mois auparavant et sentant venir la catastrophe, la tragédie, j'effaçais mes souvenirs comme on nettoie les vitres.
Le premier jour elle était sur le trottoir d'en face et la vie lui sortait par tous les pores.
Elle avait vraiment besoin de vivre elle, elle était pas comme nous à traverser l'existence bêtement en s'appuyant sur sa tristesse pour se contenir, à se hisser sur ses malheurs pour atteindre le regard des autres.
Elle était pas comme ça elle en voulait Lou, elle était prête à tout pour en avoir encore des secondes. Elle m'a mangé comme un requin.
J'ai surpris sa féminité, ce que je pensais être la féminité lui faire exécuter tout un tas de gestes [sic].
C'étaient des cheveux en l'air, des sourires en coin, des déhanchements vertigineux et des brassières deux tailles en dessous, et un rire à amadouer les démons.
Sa vie c'était un maléfice, elle était bridée comme un cheval par une famille trop malheureuse et cumulait les privations, tout ce qui aurait pu la définir se retrouvait interdit. Elle vivait en délire sous les coups du sortilège dans une puissante hystérie, j'ai vite appris une chose avec Lou, il ne faut pas enfermer les gorilles.
Alors quand elle arrivait le lundi dans son pull trop noir et trop grand comme un deuil de coton, on filait s'enfermer aux toilettes pour qu'elle se rhabille le moins possible et laisse courir sa peau dans les yeux des autres, ça déclenchait des cataclysmes.
Elle se peignait les paupières en noir et m'emmenait lui trouver des sous-vêtements, il fallait que ça tape droit dans le cœur. Elle rugissait de plaisir comme un Lion quand elle s'enfilait dans de la dentelle et moi je souriais de la voir si heureuse pour un string bon marché.
On s'apprenait la vie comme on apprend l'anglais en faisant des maladresses, ça nous faisait briller les dents de rire, ça faisait une galaxie à deux bouches entre les poteaux de fer et le vieil asphalte.
La Terre a tremblé dans mon crâne quand elle m'a dit son prénom.  »
 Simon Johannin, L'été des charognes, Allia, Paris, 2017

C'est un premier roman, c'est un pain dans la tronche (mais sans mie, que la croûte, et salement rassie !), un chien de sa chienne qui cause peu d'amour et qui nous vient du Tarn (et gare aux nœuds !)

Innocence (?) et beauté — mais façon chat.

L'auteur a causé à plusieurs reprises sur France Culture, notamment ici :


vendredi 17 mars 2017

La colonisation du savoir



Passionnant entretien avec Samir Boumedienne diffusé lundi matin dans La fabrique de l'histoire.

Comment l'invasion de l'Amérique par les Espagnols a aussi servi à extorquer aux Indiens leurs secrets médicinaux, en même temps que les colons apportaient avec eux des maladies qui allaient exterminer les indigènes tout aussi sûrement que les massacres perpétrés par les conquistadors.

Très pédagogue, l'auteur avait captivé l'auditoire du café-librairie Michèle Firk le 9 décembre dernier, lorsqu'il était venu y présenter le fruit de ses recherches sur ce sujet très pointu en apparence, et tout aussi inexploré jusqu'alors que la forêt vierge, mais d'une richesse tout aussi profuse.


jeudi 2 mars 2017

C'est moral, hein, régner…


© Jane Evelyn Atwood, 14 juin 2016

Un sacré mec — même si dans son angoisse permanente il l'ignorait sans doute —, droit dans ses béquilles, à qui je dois entre autres la vie.
Salut !

mardi 28 février 2017

Petit pays

L'Atelier Fiction du 21 février dernier, enregistré les 18 et 19 janvier à la Maison de la poésie, à Paris.
Gaël Faye est accompagné à la guitare et au chant par Samuel Kamanzi.
Aussi poignant que glaçant.

(si le lecteur ne fonctionne pas, on peut écouter l'émission ici)

jeudi 19 janvier 2017

Plutôt Aurousseau que la rousse, ho !



Un chouette entretien avec Nan Aurousseau dans le Mauvais genres de samedi dernier, qui nous restitue l'atmosphère d'une enfance parisienne dans le vingtième, vers la porte de Montreuil, voici un demi-siècle...


dimanche 8 janvier 2017

Jean Ray était-il « genré » ?



Certes, c'était de la « littérature de genre » — disait-on à l'époque — mais le sens des mots change plus vite, souvent ! que le cœur d'un mortel…


Jean Ray examinant la pertinence d'un récit genré