Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 28 janvier 2009

CARESSES DE HOULE (chanson spontex)

Le communisme surviendra / Quand personn’ ne s’y attendra
Chantons dès lors quelques octaves / Sur ce mond’ de maîtr’ sans esclaves
Ah ! ah oui vraiment, le communisme est épatant !

L’aliénation disparaîtra / Avec la destruction de l’État
Et chacun, de soi, pourra jouir / Dans ses ouvrages s’épanouir
Ah ! ah oui vraiment, le communisme est excitant !

Plus personn’ ne travaillera / Mais tout le mond’ s’activera
Rien n’aura plus d’utilité / Seul’ régnera la gratuité
Ah ! ah oui vraiment, le communisme c’est tentant !

Vomissant avoir et paraître / On se dilatera dans l’être
Oui nous serons ces joyeux drilles / Ceux qui produisent et qui gaspillent
Ah ! ah oui vraiment, le communisme est emballant !

La subversion continuera / Dans la fête elle s’exprimera
Et dans la valse des conflits / On s’aimera à la folie
Ah ! ah oui vraiment, le communisme c’est bandant !

Ni ennui ni propriété / Libres jusqu’à l’ébriété
Quand les beaux jours seront venus / On dériv’ra nus dans les rues
Ah ! ah oui vraiment, le communisme est enivrant !

Finie la famille étouffante / Les enfants f’ront ce qui leur chante
Les parents s’échang’ront leurs drôles / Qui se départiront des rôles
Ah ! ah oui vraiment, le communisme est fécondant !

Les passions enfin déchaînées / Se frotteront sans aliéner
Nos corps sont à ceux qui nous aiment / Qui ne seront jamais les mêmes
Ah ! ah oui vraiment, le communisme est excellent !

A tout instant on pourra s’dire / En concrétisant nos désirs
« Je veux fair’ ça encore une fois / Et encor’ d’innombrables fois »
Ah ! ah oui vraiment, le communisme est stupéfiant !

Il n’y aura plus d’habitudes / Nous vivrons dans l’incertitude
Le mond’ redeviendra énigme / On dans’ra au bord des abîmes
Ah ! ah oui vraiment, le communisme est turbulent !

Pour construir’ ce mond’ réjouissant / Faut tout foutre à feu et à sang
Mais faudrait qu’ça s’fasse assez vite / Pasqu’on en a marre des limites
Ah ! ah quel panard, le communisme c’est bonnard !

15 urbanités attiques:

birahima2 a dit…

vains dious
c'est pas une chanson de pédé !

George WF Weaver a dit…

Mais pourquoi pas ? Les communistes ne sont pas tous hétérosexuels (enfin, j'imagine).

George WF Weaver a dit…

D'ailleurs, ces paroles ont été écrites par un certain Tom Pinoku, pour votre gouverne.

birahima2 a dit…

c'est osé
un nom féodal je présume

George WF Weaver a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
George WF Weaver a dit…

Je ne crois pas. Et pas fait au DAL, non plus.

birahima2 a dit…

sans-logis alors

en free style sur la Houle

thé a dit…

C'est pas une chanson hermaphrodite, quoi.

George WF Weaver a dit…

Erre, MAAF redite !
Dans la société communiste, tout le monde sera hermaphrodite, afin que cesse cette scandaleuse ignorance du plaisir de l'autre.
Hum, je sens que pédés et gouines genre "tasse de thé" vont encore s'offusquer…

birahima2 a dit…

là où est votre place, George

cherchez bien

thé a dit…

Comme les escargots ? Ou comme le raconte Ovide ?
"Au même instant, sous une seule tête, les deux corps se sont unis. Tels deux jeunes rameaux, liés l'un à l'autre, croissent sous la même écorce, et ne font qu'une tige."

birahima2 a dit…

Totalité
et nez te thé

yeah

George WF Weaver a dit…

Ce sera plutôt un hermaphrodisme tel que le décrit Platon dans je ne sais plus quel mythe du Timée, avant que les êtres humains ne soient coupés en deux dans le sens de la hauteur, séparés en misérables hommes et femmes.

thé a dit…

ça ?
"Alors il coupa toute cette composition en deux dans le sens de la longueur, et croisant chaque moitié sur le milieu de l’autre en forme d’un x, il les courba en cercle et unit les deux extrémités de chacune avec elle-même et celles de l’autre au point opposé à leur intersection. Il les enveloppa dans le mouvement qui tourne uniformément à la même place et il fit un de ces cercles extérieur et l’autre."
Si c'est cela, c'est sur la sphère, forme parfaite

thé a dit…

Leucippe, dit-on, était femme.

Enregistrer un commentaire