Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

vendredi 27 mars 2009

L'amour fou est éternel



Le son étant assez faible sur cette copie où se trouve le passage qui nous intéresse, voici la retranscription partielle des propos échangés entre Pandora Reynolds et Hendrick van der Zee dans l'extrait qui nous importe :

— There’s something beyond my understanding, something mystical in the feeling I have for you.
I feel as if I’d loved you always, not only in this life, but in lives I’ve lived before and do not remember. It’s as if everything that happened before I met you didn’t happen to me at all, but to someone else. […]
You have no idea the things I’ve imagined myself saying to you…
Jeffrey once said that the measure of love is what one is willing to give up for it.
It was when Stephen destroyed his car for me : it was a wonderful gesture, but then he took it back. Stephen doesn’t realize it, but when he recovered his car, I felt that he’d set me free…
— And you… what would you give up ?
— I’ve asked myself that question…
— Your life, for instance ? Would you give up your life ?
— Yes, I would : I’ll die for you without the least hesitation.
I know that sounds extravagant, but I thought about it.
I mean it : I give up my life for you. That’s the measure of my love. And you, what would you give up ?
— My salvation.


Ayant répondu cela après un terrible silence, Van der Zee se met aussitôt à œuvrer à la perte de son salut en déversant sur Pandora énamourée d'odieux reproches sur sa conduite et en l'assurant de son complet mépris pour son attitude et la « confession choquante » qu'elle vient vient de lui faire.

7 urbanités attiques:

thé a dit…

L'amour fou n'est pas éternel. Il n'a rien à voir avec le temps. C'est une constante dont il n'a que faire

George WF Weaver a dit…

C'est pourtant le propos de ce film : après que les amants se sont enfin rejoints par-delà les siècles, on a l'image de ce sablier où le sable soudain cesse de s'écouler. Et au même moment, Hendrick et Pandora échangent leur dernier dialogue:
Hendrick :
— How long do you think it’s been since you came in here ?
Pandora :
— Oh, I don’t know, not very long. It seems timeless.
— Yes, timeless, as if we were enchanted. All my centuries of solitude when my despair was so great I’d pray to die, it’s as if they’d never been. In a moment you’ve erased the memory of so many years, so many cruel years. This joy is so deep. I’ve almost forgotten what went before… Because yesterday and all that went before was imperfect, unfulfilled, unreal. But our love is real, has no sense of time…
— It is as if we were under a spell, outside of time, unending.


On trouve un thème semblable (victoire de l'amour sur l'inexorable succession temporelle) dans le roman de Matheson, Le jeune homme, la mort et le temps.

Anonyme a dit…

J'aime les hommes qui sont ce qu'ils peuvent
Assis sur le bord des fleuves
Ils regardent s'en aller dans la mer
Les bouts de bois les vieilles affaires
La beauté d'Ava Gardner

Ça met dans leurs yeux un air
De savoir que tout va dans la mer
La jeune fille adoucie des soirs de verre
Les bateaux les avions de guerre
La beauté d'Ava Gardner

Les murs écroulés du monde
Filez nos belles enfances blondes
Edith Nylon les nageuses à l'envers
Les odeurs dans les chemins de fer
La beauté d'Ava Gardner

J'aime les regretteurs d'hier
Qui trouvent que tout ce qu'on gagne on le perd
Qui voudraient changer le sens des rivières
Retrouver dans la lumière
La beauté d'Ava Gardner

Retrouver les chose premières
La beauté d'Ava Gardner

birahima2 a dit…

Alain Souchon même !

thé a dit…

Je voulais dire le temps qui s'écoule, George ; le temps, quoi. Et si le sablier s'arrête, le temps aussi. Ce n'est pas l'éternité, mais un présent toujours résucité
Les exemples semblent innombrables, la littérature en fourmille

George WF Weaver a dit…

Mais qu'est-ce d'autre que cela, l'éternité ?
Il me semble que les exemples littéraires ne manquent pas, en effet, pourtant il ne m'en vient pas d'autre à l'esprit.

thé a dit…

Les rosiers qui poussent en s'enlaçant sur la tombe des amants enfin réunis, et le reste, George

Enregistrer un commentaire