Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 19 mars 2009

On y revient (TP, V, §4)

Ayant remis la main, après moult manipulations et déplacements de cartons, sur la traduction de Sylvain Zac (Vrin, 1968), ayant ressaisi sa beauté dont nous conservions un vague souvenir, nous la livrons ici.
Quasiment oublié aujourd'hui, comme presque tout ce qui relève de l'intelligence, Sylvain Zac fut un patient et pertinent commentateur de Maïmonide, avant de consacrer à Spinoza sa thèse à présent introuvable, L'idée de vie dans la philosophie de Spinoza, qui fut la première pierre, peu avant la rafale Gueroult-Deleuze-Matheron, du renouveau des études spinozistes, officialisé dix ans plus tard par les colloques organisés à l'occasion du 350ème anniversaire de la naissance du polisseur de verres de lunettes.
D'une cité, où les sujets, empêchés par la crainte, ne prennent pas les armes, on doit dire seulement qu'elle n'est pas en guerre, mais non qu'elle est en paix*. […] Du reste une cité dont la paix dépend de l'inertie des sujets et qu'on conduit, par conséquent, comme un troupeau, afin de les dresser à l'esclavage, on peut l'appeler avec plus de raison « solitude » plutôt que « cité ».
* Zac explique en note contre quoi Spinoza prend soin d'écrire ce passage : « Hobbes définit, au contraire, la paix par l'absence de la guerre ». Et de renvoyer à De cive, I, XII (« Bellum enim quid est præter tempus illud, in quo voluntas certandi per vim, verbis factisve satis declaratur ; tempus reliquum Pax vocatur. »). De même, toujours pédagogue, il mentionne que la dernière phrase fait allusion au discours de Calgacus dans Tacite, Vie d'Agricola, 30.

1 urbanités attiques:

ubifaciunt a dit…

Yessssss, ça c'est la méga-classe et ça me plait comme tradal...


(Et chuis content que le monsieur Zac ait aussi relevé l'allusion Tacitienne, ouh ouh....)

Enregistrer un commentaire