Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

lundi 18 janvier 2010

Peintres en bâtiment…

C'était plein à craquer, des maçons, des peintres en salopettes prenaient le pousse-café au comptoir où nous attendions que se libère une table. Le menu était affiché à la craie sur un des miroirs, ce jour-là c'était une blanquette de veau. Papa portait une veste en velours et un béret serré comme celui d'Auguste avec bien évidemment une chemise à carreaux. On ne dépareillait pas du tout dans le restaurant où, très vite, on avait trouvé à s'asseoir. Les deux ouvriers à la table à côté ont regardé les mains de Papa, tachées de couleurs diverses, ces mains dont il disait souvent qu'elles étaient imprégnées jusqu'à l'os. Il avait alors plus de soixante-dix ans, mais avec son allure énergique et l'impression de puissance qui émanait de lui, il pouvait très bien passer pour un peintre en bâtiment.
— Vous avez un chantier dans le coin ? demanda l'un d'eux.
— Je refais un plafond à l'Opéra, répondit mon père, attaquant son œuf dur mayonnaise.

David McNeil, Quelques pas dans les pas d'un ange, Gallimard, 2003.
(Auteur-compositeur-interprète et romancier, David McNeil est le fils de Marc Chagall).



15 urbanités attiques:

thé a dit…

Un ange

George WF Weaver a dit…

Mieux, en effet.
Vous en êtes un parfois, à votre grand dam, savez-vous ?
Merci.

thé a dit…

Damnation !

Pop9 a dit…

Je savions pas qu'ils étaient père et fils, ces deux-là. Je savions juste que je me suis jamais remis de la première écoute d'"Hollywood", y a longtemps ("tout Gershwin sur des verres à moutarde").
You made my day, m'sieur George.

Anonyme a dit…

Un ange zailé ;-) Joli billet, merci.
ArD

thé a dit…

encore mieux

Corinne a dit…

Si vous n'y voyez pas d'inconvénient majeur, je reviendrai souvent par ici, Mr George.

George WF Weaver a dit…

Mais voyons, Corinne ! aucun inconvénient, ni majeur, ni mineur.
Installez-vous et prenez vos aises : ce n'est pas la place qui manque, vu la maigreur du tourisme dans ces contrées, malgré nos installations de luxe entièrement gratuites et l'amabilité de nos autochtones…

l'Anonyme admiratif de ce blogue a dit…

Si je puis me permettre, j'invite Corinne à explorer aussi les archives du blogue: qu'on les parcoure méthodiquement (il y a quelques mois, j'ai relu dans l'ordre la totalité des notes postées par notre cher George, et les commentaires afférents) ou bien que l'on picore dans leur sommaire, elles forment à présent un véritable magasin d'éducation et de récréation (comme dirait feu Monsieur Hetzel).

thé a dit…

Etais à 20 000 lieues de m'en douter

George WF Weaver a dit…

Merci, cher Anonyme : vous m'emplissez de confusion.
Je rappelle que c'est vous qui nous avez transmis ces morceaux de David McNeil, dont j'ignorais tout jusqu'alors.

George WF Weaver a dit…

thé, c'est ainsi qu'on saoule les mères.

Corinne a dit…

Merci George, et l'Anonyme. Education récréative...je ferai de vous mon quatre heures donc.

George WF Weaver a dit…

Attention aux cinq ascètes, néanmoins.

thé a dit…

que Maître Yang Cheng Fu appelle les cinq voleurs

Enregistrer un commentaire