Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 15 octobre 2009

Le renversement de perspective



On a beaucoup épilogué — précisément depuis les surréalistes — sur la disparition de certains rapports idylliques comme l'amitié, l'amour, l'hospitalité. Qu'on ne s'y trompe pas : la nostalgie de vertus plus humaines dans le passé ne fait qu'obéir à la nécessité future d'aviver la notion de sacrifice, par trop contestée. Désormais il ne peut plus y avoir ni d'amitié, ni d'amour, ni d'hospitalité, ni de solidarité où il y a abnégation. Sous peine de renforcer la séduction de l'inhumain. Brecht l'exprime à la perfection dans l'anecdote suivante : comme exemple de la bonne manière de rendre service à des amis, M. K., pour le plus grand plaisir de ceux qui l'écoutaient racontait l'histoire suivante. Trois jeunes gens arrivèrent chez un vieil Arabe et lui dirent : « Notre père est mort. Il nous a laissé dix-sept chameaux et dans son testament il ordonne que l'aîné en ait la moitié, le cadet un tiers et le plus jeune un neuvième. Nous n'arrivons pas à nous mettre d'accord sur le partage. A toi de prendre la décision. » L'Arabe réfléchit et dit : « Je constate que, pour pouvoir partager, il vous manque un chameau. J'ai le mien, je n'ai que celui-là, mais il est à votre disposition. Prenez-le, faites le partage et ne me ramenez que ce qui restera. » Ils le remercièrent pour ce service d'ami, emmenèrent le chameau et partagèrent les dix-huit bêtes : l'aîné en reçut la moitié, ce qui fit neuf, le cadet un tiers, ce qui fit six, et le plus jeune un neuvième, ce qui fit deux. A leur étonnement lorsqu'il eurent écarté leurs chameaux il en restait un. Ils le rendirent à leur vieil ami, en renouvelant leurs remerciements. M. K. disait que cette manière de rendre un service d'ami était bonne, parce qu'elle ne demandait de sacrifice à personne. L'exemple vaut d'être étendu à l'ensemble de la vie quotidienne avec la force d'un principe indiscutable.

Il ne s'agit pas de choisir l'art du sacrifice contre le sacrifice de l'art, mais bien la fin du sacrifice comme art. La promotion d'un savoir-vivre, d'une construction de situations vécues est partout présente, partout dénaturée par les falsifications de l'humain.

Raoul Vaneigem, Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations (1967)

On trouvera d'autres textes intéressants dans la bibliothèque assemblée ici.

39 urbanités attiques:

thé a dit…

"Toute la famille de George se trouve dans une ferme, on dénombre alors 30 têtes et 104 pieds. Combien y a-t-il donc de vaches et de personnes ?"
Je sors

thé a dit…

L'encyclopédie en dix volumes de George est rangée dans l'ordre sur une planche de bibliothèque. Chaque volume est épais de 4,5 cm pour les feuilles et de deux fois 0,25 cm pour la couverture. Un vers né en page 1 du volume 1 se nourrit en traversant perpendiculairement et en ligne droite la collection complète et meurt à la dernière page du dixième volume.

Quelle distance aura-t-il parcourue pendant son existence ?

thé a dit…

Parabole : Ne soyez pas indivisible par 2, par 3, par 9. Amen.

George WF Weaver a dit…

Vous comprenez bien, thé, que la beauté de la parabole de Brecht "citée" par RV (je ne me souviens plus si elle figure effectivement dans les Histoires de monsieur Keuner, mais je crois que oui) ne tient pas à l'ingéniosité mathématique.

George WF Weaver a dit…

N'oubliez pas que le plus grand nombre premier n'existe pas, puisque nul ne peut le définir.

Sinon, l'histoire du vers me paraît beaucoup plus simple que celle des chameaux : simple multiplication, je ne vois pas l'astuce (à condition d'entendre "2 x 0,25 cm" pour la totalité de la couverture de chaque volume)
10 x (4,5 + 0,5) - 0,25 - 0,25 = 49,5 cm.

Filegoude a dit…

Y' a un piège : Thé a écrit "un vers" et non "un ver".
Elle parle de poésie et pas d'helminthes.

thé a dit…

Non
Vous n'avez pas réfléchi, comme toujours. Il est né après la 1° couverture puisqu'il est né né à la 1° page et est mort avant la dernière couverture. Donc 40,5

Non, j'ai pas compris. Je trouve que ce sont des enfantillages. C'est de la vulgaire arithmétique

thé a dit…

Fil, c'était une faute

thé a dit…

G 17:54,
C'est pas parce qu'on peut pas le définir, tout nombre premier a la même définition, c'est parce qu'ils sont infinis

George WF Weaver a dit…

thé 18h12,
Alors détaillez-moi votre calcul, je vous prie. Car c'est précisément parce qu'« il est né après la 1° couverture puisqu'il est né [une seule fois, sinon ça fausse tout] à la 1° page et est mort avant la dernière couverture » que j'ai retiré 2 x 0,25 cm : une fois pour la première et une fois pour la dernière. Je maintiens mon résultat.
Quant au plus grand nombre premier, je voulais dire que personne ne peut l'énoncer, et c'était pour sortir des maths.
Enfin, nul nombre n'est infini : les nombres premiers sont en nombre infini.

George WF Weaver a dit…

Très belle planche, docteur, et merci pour ce terme. Je me suis d'ailleurs moi aussi fait avoir, à cause de la proximité, dans le champ paradigmatique, entre vers et livre.

George WF Weaver a dit…

Ah, thé, je comprends comment vous arrivez à 40,5. Mais il faut alors préciser que les volumes sont rangés dans l'ordre croissant de gauche à droite. Dans le cas inverse, on arrive à 49,5.
Et votre explication aurait dû être :
il est né à gauche de la première de couverture du premier volume puisqu'il est né à la 1° page et est mort à droite de la quatrième de couverture du dernier volume.
Enfin, non, pour moi il ne s'agit pas d'enfantillages, mais de savoir envisager un autre point de vue que celui qu'incite à adopter la situation, et tel est aussi le sens de l'extrait du film.

thé a dit…

Finalement, vous voulez dire que vous savez pas ranger. Vous, vous les rangez de droite à gauche comme les Arabes ? Pour Ibn Khaldoum, en trois tomes, votre calcul aurait été juste.
Pour le reste, je refuse de prendre au sérieux une argutie qui s'appuie sur le fait qu'on ne donne que 17/18° de son héritage. Tout Bretch qui l'aurait dit.

birahima2 a dit…

George ?
j'espère que vous êtes bien revenu à votre cathédrale.

George WF Weaver a dit…

C'est marrant, thé, vous orthographiez Brecht avec la même coquille qu'on trouve dans le Traité.

thé a dit…

Il est important de ne pas être d'accord...
J'arrête pas, chez vous, les fautes.

George WF Weaver a dit…

La faute à qui ?

thé a dit…

Mea culpa
Moi aussi, suis allée au caté

thé a dit…

Pour Brecht, vraiment la 1° fois que je l'écrivais ainsi. Docteur ?

George WF Weaver a dit…

Vérification faite dans l'édition nrf (p. 118), la coquille n'y est pas : seulement dans la version numérique disponible à plusieurs adresses sur le Net.

thé a dit…

Un coloriage ?

birahima2 a dit…

quand t'entends nique
y'a ta mère qui va avêqueu

Chr. Borhen a dit…

N'était votre titre - quoique... -, merci, par ce billet, d'avoir tout remis à l'endroit.

George WF Weaver a dit…

Oh, mais je ne fais rien, moi… je regarde les nuages, les merveilleux nuages, c'est tout…
(Marrant, j'étais justement en train de me balader chez vous. Incidemment, merci de m'avoir permis de découvrir Yves Letort et ses Feuilles).

thé a dit…

Y a finalement que les orthodoxes qui voient des perspectives inversées.

Quadruppani a dit…

Ah tiens, mais je me réveille: je découvre que notre exomaniaque est revenu dans la blogosphère. Je trinque à cette bonne nouvelle, Weaver, en espérant te voir un de ces quatre.
Envoie-moi un mail, qu'on se voit en chère et en hausse (et rappelle-moi pour la millième fois l'adresse de la librairie)

birahima2 a dit…

faut qu'on vous dise tout, George

dans une semaine, c'est la parution des Nouvelles de Thierry Marignac
et c'est chez vous qu'on a rendez-vous avec l'auteur.
En plus, ça correspond avec mon retour de Suzhou où je présente actuellement l'Anthologie Pollutions.
Le gros sera sûrement revenu de la Réunion, en plus
Alors n'hésitez pas.
Pas de cachoteries, hein George
Pourquoi être seulement le souteneur de thé ?
Soutenez-nous tous !
à bientôt

George WF Weaver a dit…

Bon, je vais tâcher d'installer un ring à peu près aux normes.

birahima2 a dit…

vous êtes génial

je préviens le commissaire.

birahima2 a dit…

comme vous savez, son blog est modéré

attendons
enfin je veux dire
tout le monde aux abris
mais je pense que Thierry Marignac sera d'accord
je lui ai fait prendre un élixir avant.

thé a dit…

Moi, je jette léponge

birahima2 a dit…

bonne nouvelle, George
si j'ai bien compris
votre présence n'est pas du trou de le sécu obligatoire
Chat d'aiguille en passant
vous feriez mieux de vous envoyer Miss Elle.
N'allez surtout pas en faire une scène, alors que la question est chlore.

thé a dit…

Oh, comme j'ai écrit !
A moins que ce ne soit du Parti pris

George WF Weaver a dit…

thé, je vais devoir vous passer un savon.

thé a dit…

Bira 15:35, au fait,
George c'est à la moutarde ou au vin blanc ?

thé a dit…

G
jusqu'à la disparition complète, épuisement du sujet

birahima2 a dit…

George !
j'ai mis une devinette chez Thierry Marignac :

qui a dit ?
"un bon divan est souvent ce qu'il y a de plus efficace pour meubler une conversation."

et thé a répondu :
un chant persan

je n'ose étaler ma culture
à vous
après je vous demanderai quelques conseils en amour.

birahima2 a dit…

un chat persan

ron !

Vincent a dit…

C'est lui qui l'a dit.

Enregistrer un commentaire