Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

lundi 11 janvier 2010

Une ontologie de la puissance*


À la sinistre question de Leibniz, « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? », Spinoza aurait rétorqué par anticipation :
« Pourquoi tout le réalisable ne se produit-il pas ? »
Telle est du moins l'une des questions qui se posent à la lecture de la proposition XVI de la première Partie de l'Éthique :

Ex necessitate divinæ naturæ, infinita infinitis modis (hoc est, omnia, quæ sub intellectum infinitum cadere possunt) sequi debent.

De la nécessité de la nature divine doivent suivre une infinité de choses d'une infinité de manières (c'est-à-dire tout ce qui peut tomber sous un intellect infini).
(tr. B. Pautrat)
* On doit cette expression à Alexandre Matheron.

7 urbanités attiques:

thé a dit…

Des bouts de phrases ne font pas une philosophie.

La question de Leibniz est plutôt optimiste que sinistre, puisqu'il y a quelque chose, d'après lui. Et il y aura toujours même en divisant à l'infini

La question de Spinoza est d'un autre ordre. L'infini ne semble pas le même

George WF Weaver a dit…

Ne font pas une philosophie, certes non, mais permettent d'en indiquer la teneur.
Ici est résumé le cœur de l'opposition entre deux "grands rationalistes", dont l'un est chrétien, l'autre "athée" (au sens chrétien, justement).
En divisant à l'infini, on retombera toujours sur « la volonté de Dieu, cet asile de l'ignorance » (Éthique, I, Appendice).

thé a dit…

En divisant à l'infini, on ne tombe sur rien. Rien.

George WF Weaver a dit…

Vos propres termes, thé : « il y a quelque chose, d'après lui. Et il y aura toujours même en divisant à l'infini. »

thé a dit…

Pour le moment, je fais pas encore dans la confusion

l'Anonyme de ce blogue, qui préfère souvent rester en puissance, a dit…

Cher George, connaissez-vous l'essai de Giorgio Agamben Bartleby ou la création, où le héros de Melville est présenté comme une sorte de personnification de la puissance à l'état pur, refusant de se réaliser? Je n'ai pas le livre sous la main (paru chez Circé il y a une dizaine d'années), mais dans mon souvenir il y est aussi beaucoup question de Leibniz.

George WF Weaver a dit…

Non, je ne connais pas ce texte, susceptible de m'intéresser à plusieurs titres : merci, je vais aller voir cela. D'après ce que vous en dites, il s'agirait de la puissance au sens aristotélicien, par opposition à l'acte. Si c'est le cas, on est aux antipodes de Spinoza, pour qui tout ce qui est concevable (tout ce qui peut être conçu par un entendement/intellect infini) est réel, en acte.

Enregistrer un commentaire