Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

samedi 4 avril 2009

Sieg Heil !

L’INTERVIEWER — Mais croyez-vous que vous devez être d’accord avec ce que la plupart des gens autour de vous pensent ?
RUTH — Eh bien, c’est-à-dire que, quand je ne le suis pas, je me retrouve toujours à l’hôpital.

Ceci était rapporté en 1964 par Ronald D. Laing et A. Esterson dans Sanity, Madness and the Family (L’équilibre mental, la folie et la famille, Maspero, 1971, p. 183, tr. Micheline Laguilhommie). En 1971, Ken Loach donnera des études de Laing une impeccable illustration cinématographique : Family Life.
Aujourd’hui, c’est directement en prison que vous conduit la moindre déviance par rapport à la norme spectaculaire marchande. Julien en fait encore les frais, mais ce n’est qu’un parmi tant d’autres. Et pour ceux qui sont sortis de la détention provisoire, le contrôle judiciaire n’est pas tellement plus rose. Benjamin est assigné à résidence en Normandie, chez sa mère, où il se morfond, à des centaines de kilomètres de tous ses amis. Il comparaissait hier en appel pour le rejet de son énième demande d’allègement de ce contrôle, afin d’obtenir l’autorisation de reprendre son travail à l’épicerie de Tarnac.
Dans l'affaire des arrestations de janvier 2008 consécutives à la construction policière de la «MAAF» (voir Mauvaises intentions), peu après la libération d’«Isa» et la réincarcération de «Farid», cela a été vendredi 27 mars au tour de Damien de sortir de prison, au bout de sept mois et demi de détention provisoire, lui aussi sous contrôle judiciaire et assigné à résidence. Il témoignait hier par téléphone au micro de L’Envolée (Fréquence Paris Plurielle, 106.3 MHz, rediffusion mardi 7 avril de 08 h à 09 h 30) : la juge antiterroriste qui a signé sa demande de libération a pris soin de lui préciser qu’il ne pouvait sortir de chez lui que pour se rendre à son travail ou aux convocations judiciaires, pas même pour faire ses courses : « Vous les ferez en rentrant de votre travail, comme la plupart des Français ! »

6 urbanités attiques:

thé a dit…

Crier ne sert à rien ?

thé a dit…

"Tu es à Paris chez le juge d'instruction
Comme un criminel on te met en état d'arrestation"

Anonyme a dit…

Avant d'entrer dans ma cellule
Il a fallu me mettre nu
Et quelle voix sinistre ulule
{Julien} qu'es-tu devenu

Le Lazare entrant dans la tombe
Au lieu d'en sortir comme il fit
Adieu adieu charmante ronde
O mes années ô jeunes filles

...

J'écoute les bruits de la ville
Et prisonnier sans horizon
Je ne vois rien qu'un ciel hostile
Et les murs nus de ma prison

Le jour s'en va voici que brûle
Une lampe dans la prison
Nous sommes seuls dans ma cellule
Belle clarté Chère raison

birahima2 a dit…

Guillaume Apollinaire même !

George WF Weaver a dit…

thé, comment ne pas être las de ce monde ancien ?
Anonyme, bira : à votre Santé ! Je trouve au dernier quatrain cité un côté très Aragon/Éluard, période "poèmes de la résistance". Plagiat par anticipation ?

thé a dit…

oui, bergère

Enregistrer un commentaire