Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

vendredi 18 juin 2010

Préambule de la « Constitution sinistre » d’Abel Tiffauges

Toute ma gratitude à l'ami Pop9, qui a pris la peine de retrouver ce dessin, de le scanner et de me l'envoyer.

1. La sainteté est le fait de l’individu solitaire et sans pouvoir temporel.

2. Inversement, le pouvoir politique relève intégralement de Mammon. Ceux qui l’exercent prennent sur eux toute l’iniquité du corps social, tous les crimes qui sont commis chaque jour en son nom. C’est pourquoi l’homme le plus criminel d’une nation est celui qui occupe la position la plus élevée dans la hiérarchie politique : le Président de la République, et, après lui, les ministres, et après eux tous les dignitaires du corps social, magistrats, généraux, prélats, tous serviteurs de Mammon, tous symboles vivants du magma boueux qui s’appelle l’Ordre établi, tous couverts de sang des pieds à la tête.

3. À ces effrayantes fonctions, les organes répondent par un ajustement parfait. Pour satisfaire au plus abject des métiers une sélection à rebours se charge de trier sur le volet des équipes qui constituent le sublimé d’ordure le plus quintessencié que la nation puisse offrir. Il est établi que d’un conseil ministériel, d’un conclave, d’une conférence internationale au sommet se dégage une odeur de charogne qui fait fuir même les vautours les plus blasés. À un niveau plus modeste, un conseil d’administration, un état-major, la réunion d’un corps constitué quelconque sont autant de ramassis crapuleux qu’un homme moyennement honnête ne saurait fréquenter.

4. Dès l’instant qu’un homme fait la loi, il se place hors la loi et échappe du même coup à sa protection. C’est pourquoi la vie d’un homme exerçant un pouvoir quelconque a moins de valeur que celle d’une blatte ou d’un morpion. L’immunité parlementaire doit faire l’objet d’une
inversion bénigne qui en fera le droit pour chaque citoyen de tirer à vue et sans permis de chasse sur tout homme politique se présentant au bout de son fusil. Chaque assassinat politique est une œuvre de salubrité morale, et fait sourire de félicité la Sainte Vierge et les anges du paradis.

5. Il conviendrait d’ajouter à la constitution de 1875 un article aux termes duquel tous les membres d’un gouvernement renversé seront passés par les armes sans recours ni délai. Il est inconcevable que des hommes auxquels la nation vient de retirer sa confiance puissent non seulement rentrer chez eux impunis, mais encore poursuivre leur carrière politique auréolés de leur faillite frauduleuse. Cette disposition aurait le triple avantage d’éponger la sanie la plus cadavéreuse de la nation, d’éviter le retour des mêmes têtes dans les gouvernements successifs, et d’apporter à la vie politique ce qui lui manque le plus : le sérieux.

6. Tout homme doit savoir qu’en revêtant volontairement un uniforme quel qu’il soit, il se désigne comme créature de Mammon et encourt la vengeance des honnêtes gens. La loi doit compter au nombre des bêtes puantes qu’on peut chasser en toutes saisons flics, prêtres, gardiens de square, et même les académiciens.


Michel Tournier, Le Roi des Aulnes, Gallimard, 1970 ;
rééd. coll. « folio » n°656, pp. 121-123

3 urbanités attiques:

thé a dit…

C'est facile ; et, je vois pas ce que ça apporte ; ça sent les combats d'arrière-garde
Comme je ne comprends pas plus vos collections
Les jaune noir, jetés, vous l'avais dit, mais après avoir lu
10/18, gardés par contre
en ai quelques uns, car certains prêtés et jamais rendus, mais lus et relus par quelques uns
et ce cela
qui importe
Où va une collection si elle n'est lue que par quelques un
s ?
Elle est antiquité qui se monnaye

George WF Weaver a dit…

Facile, peut-être, mais plaisamment tourné, à mon sens. Quant au reste, je ne collectionne rien : j'établis des recensions et des bibliographies, ce qui me semble normal vu mon activité. Et votre remarque sur les collections peu lues me consterne (mais je dois mal vous comprendre) : vous croyez qu'il avait des centaines d'abonnés, Cravan, pour Maintenant ?

birahima2 a dit…

ah non, j'apprécie pas
quelqu'un a traité Nadia de caissière de chez Lidl

je vais encore devoir planquer une feuj dans ma cave
merde à la fin !

Enregistrer un commentaire