Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 15 juillet 2009

Questions stupides et cruciales

Les livres qu'on veut lire importent-ils moins que ceux qu'on a lus ?
Les litres qu'on va boire importent-ils moins que ceux qu'on a bus ?

8 urbanités attiques:

Filegoude a dit…

Qu'importe la couverture, pourvue, conne et livresque.

thé a dit…

"Mais, ô mon coeur, entends le chant des matelots!"

George WF Weaver a dit…

Lâchez, reîtres ! Ys, t'es lasse ?

Joli, Filegoude, surtout ce "et livresque". Bizarre, je ne me souviens pas vous avoir vu donner dans cette veine…
Moins approprié, et dans un registre plus sodomite :
Qu'importe le plat con, pourvu qu'on ait les fesses !

George WF Weaver a dit…

Égée lutte, ou les livre.

l'Anonyme historique de ce blogue a dit…

J'avais depuis longtemps le remords de n'avoir pas répondu à cette enquête. En y revenant un mois après, je m'aperçois que personne n'a cherché à y répondre sérieusement; et pourtant j'ai l'intuition, cher George, que la première question est pour vous au moins aussi cruciale qu'elle est stupide.
Pour ma part, en prenant de l'âge, je suis sans cesse tiraillé entre le désir de découvrir de nouveaux livres, et le besoin de revenir vers certains de ceux que je connais déjà, pour les retrouver tels que je crois me souvenir d'eux, ou pour les réévaluer. Et c'est un véritable dilemme, étant donné le nombre d'heures de lecture, inconnu mais hélas fini, que j'ai encore devant moi -- je le sais bien désormais.
Face à cet impossible choix, je pourrais certes décider, tel l'âne de Buridan, de ne plus lire ni les uns ni les autres et de passer ma vie sur Internet en lieu et place; mais non.
En fait, j'ai choisi, pour un part non négligeable de mes lectures, de m'en remettre au vent de l'éventuel, et à mes trouvailles chez les bouquinistes: je programme le moins possible, je me laisse tenter par ce qui se présente, en partant du principe que les livres sont mes amis (ils me l'ont prouvé) et viendront à moi dans l'ordre qu'il faudra.
Quant à la seconde question, il paraît plus facile d'y répondre: de toute façon, on ne se noie jamais deux fois dans le même verre.

George WF Weaver a dit…

Si j'entends bien Le livre de sable, Borgès dirait également qu'on ne se noie jamais dans le même livre… Mais vous avez raison : la deuxième question est purement rhétorique.
Je comprend parfaitement votre dilemme, puisque je le partage. Pour ma part, en général, je lis (ou relis) ce qui me tombe sous la main. Le problème est qu'il y a beaucoup trop de livres qui me tombent sous la main. Toujours une préférence pour le dernier venu, mais ils viennent en nombre. Et toujours, en même temps, des regrets de lectures chaque fois reculées : Dostoïevski, Proust, Balzac, tant d'autres… Le temps déborde, comme disait Éluard. J'ai parfois l'impression d'accumuler des livres pour une impossible seconde existence. Une seule règle immuable : toujours lire par désir, jamais de façon utilitaire.
Merci d'avoir pris le temps de répondre si soigneusement.

l'Anonyme historique de ce blogue a dit…

Oui, moi aussi j'accumule "en vue de plus tard, ou de jamais". J'achète beaucoup plus de livres que je n'en lis; même si j'en lis quand même, ou en survole, un assez grand nombre. J'ai comme vous d'invraisemblables problèmes de place et une bibliothèque éclatée en divers lieux, avec jamais sous la main les livres dont j'aurais besoin, ou envie sur le moment…
Mais je ne suis pas d'accord avec votre dernier point. Autant je dois avouer, avec un peu de honte, lire très rarement les livres que des amis me conseillent à toute force, ou même ceux qu'ils vont parfois jusqu'à m'offrir (par esprit de contradiction, sans doute), autant je lis beaucoup "de façon utilitaire"… et ça me plaît. La contrainte force à sortir de soi-même, c'est assez souvent l'occasion de découvrir des auteurs et des œuvres vers lesquels on ne serait pas allé spontanément, de passer outre certaines préventions infondées, de réviser d'anciens jugements hâtifs, etc. Quand on a déjà beaucoup lu, c'est finalement ainsi qu'on a le plus de chance d'être vraiment étonné par ce qu'on lit. C'est enrichissant -- même lorsque l'on tombe sur des textes pour lesquels on n'a pas d'affinités, et qu'on ne relira sans doute jamais: ça ouvre l'horizon.

George WF Weaver a dit…

Il me semble que nous n'accordons pas le même sens à "de façon utilitaire". Pourriez-vous me donner un exemple de ce genre de lecture "contrainte" ?

Enregistrer un commentaire