Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

vendredi 18 novembre 2016

Exponentialisation de la misère en milieu étudiant


Sans commentaires, c'est même pas la peine.

Daniel Joubert se retourne sans cesse dans sa tombe, mais qu'en est-il d'André Bertrand ?















11 urbanités attiques:

bertrand a dit…

Et qu'en dit aussi Mustapha Khayati ?

Gaël a dit…

Tiens, c'est marrant, Gérard Berréby participe à cette mascarade !

Anonyme a dit…

Mustapha Khayati s'en moque!

Frédéric a dit…

Cinquante ans plus tard, les étudiants, à Strasbourg comme ailleurs, sont toujours aussi demeurés, tout juste bons à voter Macron ou Mélenchon, ou même Le Pen pour se donner le frisson d'un prétendu chamboule-tout… C'est toujours et encore plus la misère en milieu étudiant : les situs avaient raison !

Josie a dit…

En couverture de leur programme, ils ne savent même pas écrire le mot étudiant !

George WF Weaver a dit…

Exact, Josie, même si votre pseudo laisse à penser quelque perfidie.

Comme l'antépénultième Anonyme, je pense que Khayati s'en tape — est-il seulement au courant ?

Et qui pourrait s'étonner de la participation de Berréby à cette palpitante aventure ? Contrairement à d'autres, il ne s'est jamais targué de posture révolutionnaire ni n'a retourné sa veste, ce me semble…

Gaël a dit…

Berréby n'est certes pas un révolutionnaire mais comme il aime poser au spécialiste des situs sa présence à cette pantalonnade est ridicule, tout simplement.

Leandro a dit…

Il paraîtrait qu'André Bertrand et André Schneider ont protesté le 21 novembre en distribuant un tract contre la tenue de ces journées commémoratives. L'avez-vous lu ?
Par ailleurs, les mêmes annoncent un livre à paraître à l'Insomniaque sur "Le Scandale 'situationniste' de Strasbourg mis à nu par ses célibataires même", mais rien n'est annoncé sur le site de l'éditeur. Bizarre.

George WF Weaver a dit…

Le livre en question est bel et bien programmé, mais le site de L'Insomniaque n'est pas toujours à jours.

Quant au tract, en voici le texte :

Strasbourg, le 21 novembre 2016

Il y a 50 ans, la brochure « De la Misère en Milieu étudiant » faisait scandale en dénonçant l’Université comme « organisation institutionnelle de l’ignorance ». Les professeurs, mais aussi les partis politiques, les prêtres et tous ceux qu’ils abêtissent, humilient et empêchent de penser y étaient livrés à un mépris universel et sans appel. Ceux qui opportunément cherchent à prendre une position contestataire et gentiment sulfureuse, en s’appropriant la mémoire et la postérité de ce scandale, essayent de faire oublier que ce que critiquait la Misère..., c’est précisément ce qu’ils sont et font aujourd’hui. Leur souhait d’« exprimer ce patrimoine immatériel souvent méconnu des strasbourgeois eux-mêmes et de leur communauté universitaire » exprime avant tout une très grande confusion : l’ambition grotesque qui les anime, les oblige à taire que leurs pauvres qualités de sociologue, artiste, militant syndical, comédien, poète, critique, intervenant en musiques actuelles, performeur, photographe-auteur, conférencier, table-rondiste, éditeur-pseudo-contestataire ou « politiste » (sic !) représentent tout ce sur quoi ce scandale crachait.

Illustrant leur inculture, les animateurs de ces journées commémoratives consensuelles laissent entendre qu’en « toile de fond » de cette contestation radicale des pouvoirs bureaucratiques, de l’aliénation marchande et des vies perdues en travail salarié, « on trouve aussi le Parti communiste et la Ligue communiste révolutionnaire » — une « ligue » qui à l’époque n’existait pas ! Il faut apparemment le rappeler : les acteurs de ce scandale considéraient toutes les variantes politiques, doctrinales, organisationnelles et répressives issues du stalinisme ou du bolchevisme actives à l’époque, comme des crimes, des mensonges ou des chimères d’étudiants.

Vivre sans temps morts, jouir sans entraves, certes... Mais d’abord guerre aux cuistres, aux usurpateurs et aux falsificateurs qui entretiennent la confusion spectaculaire pour y faire carrière sans scrupules !

André Bertrand, réalisateur du Retour de la Colonne Durutti
André Schneider, Président de l’A.F.G.E.S. en 1966

Leandro a dit…

Merci pour le texte du tract.
Mais programmé pour quand ce livre ?
Je me suis laissé dire qu'il n'était pas achevé et qu'il suscite quelques désaccords dans le proche entourage de l’éditeur.

Gaël a dit…

L'éditeur-pseudo-contestataire vilipendé par les deux André (Bertrand et Schneider) serait donc Gérard Berréby ? Pas mal vu !

Enregistrer un commentaire