Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

lundi 14 novembre 2016

Un autodidacte nous fait son cinéma



Ah mais, tonnerre ! on ne s'en gardera donc jamais assez, des préjugés ?

L'ami Lémi avait consacré à ce réflexe des œillères un chouette papier naguère, dans Article XI.

Ce gars-là, René Chateau, n'est pas né au château et pourtant je m'en tenais bien à l'écart, vu que je l'associais aux daubes de Bébel des années 70 et de plus le confondais avec Christian Fechner (qui bien plus tard a tout de même permis à Carax de terminer Les amants du Pont-Neuf).

Bref, là on est en 2013, une série de cinq émissions d'À voix nue organisée par Matthieu Conquet rediffusée dans Les nuits de France Culture la semaine passée et c'est fichtrement intéressant…

Un sacré pan de la mémoire de l'histoire du cinéma français !



1 urbanités attiques:

Will a dit…

Je me souviens que René Château avait même été suspecté un moment d'être le commanditaire de l'assassinat du producteur Gérard Lebovici en 1984… c'est dire où peuvent aller les préjugés.

Enregistrer un commentaire