Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 21 septembre 2016

Science-fiction, double programme




Libre traduction française par nos soins de cette chanson que je n'arrive pas à m'extirper de la tronche malgré l'emploi de quantité de moyens télépathiques…

On trouvera l'explication de la référence à Dana Andrews ici, et pour celle concernant Jannette Scott c'est .
Pour le reste, j'imagine que tout le monde connaît les autres classiques…


Michael Rennie était malade
Le jour où il mit la Terre en rade
Mais il nous a assigné notre place

Flash Gordon était là
Dans ses d'ssous à falbalas
Claude Raines était l'Hoo-mme invisible

C'tait trop beau pour êtr' vrai
Entre et King Kong et Fay Wray
Ils furent pris dans un' sal' marmelade

Puis à un' vitesse commasse
C'est arrivé d'outre-espace
Et c'est comm' ça qu'on a eu le message :

Science-fiction (ooh ooh ooh)
Double séance
Docteur X (ooh ooh ooh)
Créera une semence
Voyez les robots s'battre (ooh ooh ooh)
Janet et Brad
Anne Francis vedette (ooh ooh ooh)
Dans Forbidden Planet (ooh ooh ooh ooh)
Jusqu'au matin
Double séance
Au vieux cinoche

Je sais qu' Leo G. Carroll
A manqué un peu d'bol
Quand il s'est fait choper par cett' mygole
Et j'ai eu les chocottes
Quand j'ai vu Janette Scott
Combattre un Triffid qui crachait de la crotte
Dan Andrews dit qu'une brune
Lui a r'filé les Runes
Pour les piger, faut pas être débile !

« Mais durant la Guerre des Mondes,
A dit George Pal à sa blonde,
Les larmes couleront sous tes cils »
Comme de :

La science-fiction (ooh ooh ooh)
Double séance
Le Docteur X (ooh ooh ooh)
Créera une semence
Voyez les robots s'battre (ooh ooh ooh)
Janet et Brad
Anne Francis, vedette (ooh ooh ooh)
Dans Forbidden Planet (ooh ooh ooh ooh)

Jusqu'au matin
Double séance
Au vieux cinoche
C'était pas moche (ooh ooh oohoche)`
Jusqu'au matin
Double séance
Au vieux cinoche
D'la R.K.O. (ooh ooh ooh)

Jusqu'au matin
Double séance
Au vieux cinoche
Au dernier rang (han han han han han)
Just' qu'on m'attend
Double séan-
ce au vieux cinoche

7 urbanités attiques:

Le Tenancier a dit…

Pour Dana Andrews, pas b'soin de décryptage, mon cher George, du moins pas pour l'amateur de Tourneur...

George WF Weaver a dit…

Je sais bien, cher Tenancier, et il est amusant que je fusse précisément en train de m'échiner sur cette pauvre traduction alors que vous vous demandiez si vous entreriez dans la nuit les yeux ouverts

Cependant, je n'ai, à mon grand regret, toujours pas vu Rendez-vous avec la peur, et j'ai un peu de mal à comprendre le sens de "And passing them used lots of skills" : pourriez-vous m'éclairer sur ce passage du film — pourquoi cette histoire de runes donne du fil à retordre au héros ?

Le Tenancier a dit…

Vous le dire, c'est raconter l'histoire. Tout ce que je puis signaler n'a rien a voir avec votre question mais est un sujet d'angoisse chaque fois que je regarde ce film : le clown et la tempête ! C'est sans nul doute pour moi à ce moment que j'ai rendez-vous avec la peur... Mais où se trouve ce qui vous pose problème ? Je ne vois rien dans votre traduction qui corresponde à cette phrase...

George WF Weaver a dit…

Laissez tomber, mieux vaut donc que je le voie.

J'ai traduit

"Dana Andrews said prunes
Give him the runes

And passing them used lots of skills
"


par

"Dana Andrews dit qu'une brune
Lui a r'filé les Runes

Pour les piger, faut pas être débile !"

Le Tenancier a dit…

Disons que, dans le film, la possession des runes procure quelques pouvoirs...

Florence a dit…

Quel chien, cette voix, je trouve que Judith chante sacrément bien !

George WF Weaver a dit…

Merci pour elle, chère Florence !

Enregistrer un commentaire