Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 25 novembre 2010

« À la saveur délicate de l'ananas, joindre le plaisir glacé du mal des ardents »


Les éditions Allia ont complètement reconstruit leur site et proposent désormais de télécharger sur cette page, au format PDF, différents documents d'archives relatifs à l'Internationale Lettriste et à la fondation de l'IS.
Par exemple cette métagraphie de Debord, Fragiles tissus, réalisée en hommage à Jacqueline Harispe en mars 1954 :



J'en profite pour signaler (merci à Alexis) deux publications récentes relatives au même sujet, sans compter le volume zéro de la Correspondance de Debord chez Fayard : les Enregistrements magnétiques (1952-1961) patiemment retrouvés et restaurés par l'infatigable Gérard Berréby des éditions Allia, mais dont la veuve abusive a préféré confier le patronage à Jean-Louis Rançon chez Gallimard (ce volume s'ouvre sur un texte splendide intitulé Les environs de Fresnes) ; et puis ce Visages de l'avant-garde, publié chez Jean-Paul Rocher par les soins du même Rançon, dont l'éditeur nous dit que « chronologiquement, il prend place après le numéro 2 de la revue Internationale lettriste (février 1953) et aurait dû être ensuite enregistré à trois voix, rythmé par des poèmes et chœurs lettristes. »



3 urbanités attiques:

l'Anonyme évanoui de ce blogue a dit…

… a une pensée pour Jacqueline "Kaki" Harispe, morte à vingt ans le 28 novembre 1953. Patrick Modiano lui a donné une sœur imaginaire, Louki, dans son beau roman Dans le café de la jeunesse perdue.

l'Anonyme évanescent de ce blogue a dit…

Hum, il faut lire évidemment: "l'Anonyme évanoui de ce blogue a une pensée…", sans tenir compte de la formule suppléée par Blogueur.

Le titre de cette magnifique métagraphie de Debord, Fragiles tissus, est éclairé par quelques lignes d'un récit de Patrick Straram: "Le lendemain matin les journaux avaient annoncé la mort de Kaki, qui s’était jetée par la fenêtre. Un moment son amant la retint par son slip, mais le fragile tissu céda."

George WF Weaver a dit…

Merci, cher Anonyme, pour ces précieuses précisions.

Lorsqu'on lance une requête Gougueule sur le nom de cette jeune femme, on tombe en effet vite sur des propositions d'achat de journaux de l'époque — France-Soir, notamment.

Enregistrer un commentaire