Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 31 janvier 2013

Les dix commandements

Mars 1995. Le duo Les poissons solubles, constitué de Sandrine et Henri, rescapés des Free Martin, commet un deuxième album, un an après Les sept péchés capitaux, toujours sur des textes de Guetch — de moins en moins sociétalement corrects, notamment dans le deuxième morceau…
Le sixième morceau, Mordu de rock et de F1, accueille en outre le chanteur d'un groupe encore antérieur, Berlin 38 : Michel Ancilotti.

Comme le précédent, cet album n'a alors circulé que sous forme de cassettes, à quelques exemplaires.

J'avais déjà proposé voici quelques semaines le cinquième morceau, L'âne pour avoir du son, suivi d'une laborieuse retranscription des paroles, mais on pourra lire ci-dessous la totalité des textes originaux.
Et il est judicieux de le faire au fil de l'écoute, vu la médiocre qualité sonore de la plupart des morceaux et surtout la malice avec laquelle Henri s'ingénie à essayer de masquer vocalement les obscénités les plus outrancières de l'ami Guetch — dans L'oiseleur ou dans Jeune homme à sa toilette, par exemple…

Parmi les nombreuses allusions et praillevètes djoques qui parsèment cet ensemble, je relève une adresse à Paris, dans Le génie : 57 rue de l'Aqueduc, où censément Mo habite. C'est tout simplement celle de l'immeuble où Henri et moi partagions alors un appartement…
Et très curieusement, bien des années plus tard, je me retrouve à converser chez des amis avec une jeune inconnue qui m'apprend après quelques instants qu'elle vient de déménager du quartier de Stalingrad. Il m'a suffi de quelques questions pour réaliser qu'elle habitait non seulement à cette adresse précise, mais l'appartement même où j'avais vécu et qui a servi d'écrin à l'éclosion du présent album.



1) LE GÉNIE
(Quatrième commandement : « Tes père et mère honoreras, tes supérieurs pareillement »)


2) LE VAUDOU
(Premier commandement : « Un seul Dieu tu aimeras et adoreras parfaitement »)



3) DIX ANS D'EXPÉRIENCE
(Septième commandement : « Le bien d'autrui tu ne prendras, ni retiendras injustement »)


4) L'OISELEUR
(Sixième commandement : « La pureté observeras, en tes actes soigneusement »)


5) L'ÂNE POUR AVOIR DU SON
(Huitième commandement : « La médisance banniras et le mensonge également »)


6) MORDU DE ROCK ET DE F1
(Deuxième commandement : « Son saint nom tu respecteras, fuyant blasphème et faux serment »)


7) LE P'TIT CHIEN DU CUISTOT
(Cinquième commandement : « Meurtre et scandale éviteras, haine et colère également »)



8) PLAIGNEZ LE PAUVRE JEAN-LUC
(Dixième commandement : « Bien d'autrui ne convoiteras pour l'avoir malhonnêtement »)

9) DURA LEX SED LEX
(Troisième commandement : « Le jour du Seigneur garderas, en servant Dieu dévotement »)



10) JEUNE HOMME À SA TOILETTE
(Neuvième commandement : « En pensées, désirs veilleras à rester pur entièrement »)


4 urbanités attiques:

Le Marquis de l'Orée a dit…

oreilles

http://leblogduforgeron.blogspot.fr/

George WF Weaver a dit…

Merci, cher Marquis: j'en avais déjà été averti par l'ami Serge, mais je ne puis hélas me rendre à Rouen mercredi.
L'autoportrait du forgeron vaut son pesant d'enclumes !

Le Moine bleu a dit…


Siegfried, toujours, décidément.
Cela vaut bien les dix commandements.

George WF Weaver a dit…

Wotan en emporte le vent, cher Moine…

Enregistrer un commentaire