Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

lundi 4 février 2013

Et que là apparaisse la paresse…


Juillet 1994.
Irruption fracassante des Poissons Solubles dans le paysage musical français, hélas confinée à quelques happy fews.
Guetch écrit, Henri compose et Sandrine chante.
Le premier album s'intitule Les sept péchés capitaux, mais évidemment Guetch ne va pas se mettre à écrire des bondieuseries : tout en respectant la contrainte originelle, il organise le thème central de l'album autour de ce charmant phénomène tout féminin qu'on dénomme « menstrues » — le genre de truc qui emmène aux gogues
Sept morceaux, donc, illustrant chacun une anecdote à propos de demoiselles aux prénoms divers en même temps qu'ils déclinent des variations ragnagneuses autour des sept péchés (« Pô glacé » : tel était jadis le moyen mnémotechnique pour se souvenir des initiales d'iceux : Paresse, Orgueil, Gourmandise, Luxure, Avarice, Colère, Envie).
Voici La Paresse, dont Paul Lafargue, entre autres, fit l'éloge :

0 urbanités attiques:

Enregistrer un commentaire