Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 16 novembre 2011

La beauté n'a pas d'âge, sauf moyen…

René Zosso : Dessus la mer il y a un pré



… et moins d'un jour plus tard on est en mesure de proposer ceci, grâce à certain Anonyme plus mutin que mutique — quoi qu'il en dise :



Addendum du 18 novembre : enfin, voici la version a capella du même Grand vent de Laïs, signalée en commentaire par ledit Anonyme et qu'il a eu l'obligeance de nous transmettre. Elle est en effet  nettement supérieure :

19 urbanités attiques:

Chanson et variété a dit…

Comme je suis un âne, je ne pensais pas trouver ça chez vous.
PS : sans flatterie ni vilenie

l'Anonyme mutique de ce blogue a dit…

Il y a une dizaine d'années, Gabriel Yacoub, un des fondateurs de Malicorne, s'est librement inspiré du début de ce chant traditionnel pour composer un titre destiné un trio de chanteuses flamandes, Laïs. C'est aussi très beau, je trouve, dans un autre genre. On peut écouter ici.

Il me semble d'ailleurs que Gabriel Yacoub était le directeur artistique de la grande anthologie de la chanson française (une mine) pour laquelle a été réalisé l'enregistrement de René Zosso.

George WF Weaver a dit…

Merci pour ce très joli morceau malicornien en diable, cher Anonyme pas si mutique que ça : Laïs trouve que j'ai accès à "Dix heures" mais ce n'est pas si fréquent.
Gabriel Yacoub, dans mon souvenir, n'était pas seulement "l'un des fondateurs", plutôt le fer de lance de Malicorne. J'ai longtemps écouté avec délices tous ces albums mais René Zosso (découvert hier, grâce à un ami qui passait par là) dépasse tout cela de loin.

@ "Chanson et variété" : votre PS est inutile, car je suis rien moins que susceptible. Mais vu la ligne générale de ce fichu blogue, je m'étonne que ça vous étonne.

Marcabruna a dit…

c'était rien, juste un stupide jeu de mots, entre trobar, troubadour, trouver.
J'aime beaucoup la chanson envoyée en lien par le précieux anonyme.

or Lady Bruna a dit…

Le PS de mon 1° post faisait référence à Fauvel. Je crois que je suis tombée à côté de la plaque.

George WF Weaver a dit…

En effet, thé, car mes lacunes sont plus vastes que nos lyres.

Et comme vous écriviez "un âne", je n'étais pas certain que ce fût vous.

birahima2 a dit…

afin que la soirée se passe bien, j'affirme que la version de René Zosso est la meilleure et que l'autre, c'est du toc.

crwth a dit…

En effet, G
mais
j'évite de parler
de
ânesse, drôlesse, papesse,abbesse

George WF Weaver a dit…

Je ne comprends décidément rien à vos pseudos, jarryesque Jeanne.

Il me semble que dans l'interprétation par Reggiani de la chanson de Vian Quand j'aurai du vent dans mon crâne, on entend assez distinctement : "… des abbés, des ânesses, et des gens du métier…"

George WF Weaver a dit…

Et La drôlesse est un fichument bon film de Jacques Doillon, à ses presque débuts.

birahima2 a dit…

Contre les marchés, dans la nuit, seul, Tito...

Boris a dit…

G,
cela a toujours à voir avec votre message précédent ;
ici, comme je crois peu en vos lacunes, c'est donc une lyre ; c'est après tout le même procédé que pour les mots croisés
PS : Reggiani n'a pas toujours été édenté
PS bis : on est toujours étonné par la graphie "w" pour le son "ou"

l'Anonyme fantomatique de ce blogue a dit…

Je tiens à préciser cependant que je ne cautionne pas tout à fait la vidéo youtube de la chanson de Laïs que vous avez ajoutée au billet, cher George: elle donne une version de la chanson avec accompagnement, que je trouve très inférieure à la version a capella à laquelle renvoie le lien dix heures (ou d'Yzeure (dans l'Allier)) de mon commentaire d'hier. Que vos fidèles lecteurs comparent!

George WF Weaver a dit…

Cher AFDCB, vous n'imaginez pas les acrobaties informatraumatiques auxquelles je dois me livrer pour parvenir à livrer ici un pâle ersatz des trésors que vous avez la bonté de nous délivrer !

Il semble hélas qu'il n'y ait plus de "lecteur embarqué" disponible chez dix heureux, ce pourquoi j'ai dû me rabattre sur cette moins belle version.

George WF Weaver a dit…

Hé bien fichtre ! voici plus d'une heure que je m'échine à tarabiscoter du code HTML soutiré à l'URL de Diseur, mais rien n'y fait. Et mon enregistreur lambda réside sur un ordinateur qui n'a pas accès à ce site musical...
J'abandonne provisoirement, en attendant l'avènement d'un monde meilleur !

antoine a dit…

Hé bien, merci de m'avoir remit Zosso dans les esgourdes !
Moins friand de l'autre version, si ils y prennent un plaisir certain, celui-ci ne va pas jusque moi. J'avais découvert cette chanson par une altiste belge, Aurélie Dorzée, sous le titre "l'enfant noyé", sur son album Horror Vacui. On doit pouvoir trouver ça sur deezer. Mais je conseillera aussi d'aller jeter ses oreilles là, pour une version autrement tourmentée http://eloiisedecazesericchenaux.bandcamp.com/ (la chanteuse du groupe Arlt et un incroyable guitariste, pour les amateurs).
J'en profite pour y aller d'un autre merci, 'core plus grand : je viens de terminer de télécharger l'ensemble des enregistrements de Fred Deux, que vous avez vaillamment regroupés. Ça fait quelques années maintenant que je cherchai à mettre la main sur tout ça, que j'hésitai à m'offrir le coffret édité par André Dimanche... J'ai commencé à écouter cet été perché dans la montagne, entre deux pages de Sens Inverse, et je vais continuer ces jours, avec La Perruque. Un compagnon pour longtemps que celui-là (ils viennent de rééditer la Gana d'ailleurs, j'ai cru que ce serait une version "non-amputée" puisque n'y apparaissent pas de "pointillés", mais il semble qu'ils se soient contentés de les supprimer... À vérifier.)
Bien le salut, à bientôt !

George WF Weaver a dit…

Ma présente bécane est trop ancienne pour accéder à Maille-spèce et donc écouter Éloïse Descazes, mais merci pour la version d'Aurélie Dorzé.

Concernant la récente réédition de La Gana chez Le temps qu'il fait, je crois qu'elle reprend à l'identique l'édition André Dimanche. J'avais rencontré cet éditeur en 2003 et il m'avait expliqué qu'il avait minutieusement corrigé le texte de l'édition Nadeau/Julliard en compagnie de Fred Deux. Mais je ne crois pas qu'ils avaient rétabli les passages amputés par Nadeau : il faudrait demander directement à Fred, pour vérifier (il est dans l'annuaire, à La Châtre).

antoine a dit…

La Decazes est sur bandcamp, ça traîne pareil ? Le lien direct vers ce morceau, si des fois : http://eloiisedecazesericchenaux.bandcamp.com/track/dessus-la-mer
Ça devrait paraître un jour en vinyle...
J'ignorai que l'édition de La Gana chez André Dimanche avait été corrigée, j'irai donc y faire un tour chez un ami la possédant. Quant à contacter Fred Deux, j'ai bien pensé lui rendre visite, mais je n'ose...

George WF Weaver a dit…

Nickélos pour le lien, merci : je n'ai pas été fichu de trouver ça tout seul ! Version intéressante, très différente, qui me laisse dubitatif et songeur.

Concernant la correction de La Gana, la chose est certaine, bien que je ne sois pas allé vérifier ligne après ligne.
Mais pour rendre visite à l'ami Fred, faut pas hésiter : ça lui fait toujours plaisir, de la part de tant de lecteurs/auditeurs qui le connaissent peut-être mieux que lui-même (j'ai été un jour jusqu'à lui rappeler son âge, sur lequel il dérivait) !
Faut juste prendre rendez-vous avec Cécile, qui filtre un peu.
Et pas trop tarder non plus : même la plus forte des forces n'est pas éternelle...

Enregistrer un commentaire