Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mercredi 3 février 2010

Le point de non-retour


Ce passage est extrait du magnifique film d'Alain Tanner, Charles mort ou vif (1969), dans lequel ou peut entendre, vers la fin, cette phrase d'une terrible actualité :
La violence de l'oppression n'a plus besoin de visage; elle n'a même plus besoin de fusil.

5 urbanités attiques:

Mr. PM a dit…

Je roule en solex, c'est un sujet de conversation comme un autre. (oui, entre les fanatiques qui me saoulent, ceux qui se moquent, les nostalgiques, ceux qui essayent de me voler l'engin, et les autres qui m'ennuient juste pour faire un tour avec)
Et puis au moins on sait que c'est moi !

thé a dit…

Je ne comprends pas l'invitation sur Les Moissonneuses. Le blog n'existe plus. Vous donnez à lire les pages que vous avez sauvées ?

George WF Weaver a dit…

Oui, petit à petit.

monde d'avant a dit…

Tanner, La Salamandre...

George WF Weaver a dit…

Certes très plaisant, comme tous ceux de cette première époque, mais je lui préfère celui-ci et Le milieu du monde. Ou alors, avec le même Bideau et dans le même registre que La salamandre, Les arpenteurs, de Michel Soutter.

Enregistrer un commentaire