Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

dimanche 21 février 2010

La numérologie relève de la superstition


Cela fait aujourd'hui 333 ans que Spinoza a cassé sa pipe.

L’hôte étant retourné au logis après le sermon, à quatre heures ou environ, Spinoza descendit de sa chambre en bas, et eut avec lui un assez long entretien qui roula particulièrement sur ce que le ministre avait prêché, et après avoir fumé une pipe de tabac, il se retira à sa chambre, qui était sur le devant, et s’alla coucher de bonne heure. Le dimanche au matin, avant qu’il fût temps d’aller à l’église, il descendit encore de sa chambre et parla avec l’hôte et sa femme. Il avait fait venir d’Amsterdam un certain médecin, que je ne puis désigner que par ces deux lettres, L. M. ; celui-ci chargea les gens du logis d’acheter un vieux coq, et de le faire bouillir aussitôt, afin que sur le midi Spinoza pût en prendre le bouillon ; ce qu’il fit aussi, et en mangea encore de bon appétit, après que l’hôte et sa femme furent revenus de l’église. L’après-midi, le médecin L. M. resta seul auprès de Spinoza ; ceux du logis étant retournés ensemble à leurs dévotions. Mais au sortir du sermon, ils apprirent avec surprise que sur les trois heures Spinoza avait expiré en la présence de ce médecin…

Jean Colerus, La vie de B. de Spinoza

0 urbanités attiques:

Enregistrer un commentaire