Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

lundi 13 janvier 2020

Victime de la traite des blanches, a dû se résoudre à déjeuner sur l'herbe…


France Culture rediffusait dans la nuit d'hier un reportage du 26 mars 2002 sur un sujet aussi peu radiophonique que la peinture : les mots croisés.



Votre serviteur s'est amusé naguère à jouer lui aussi les verbicrucistes sur un blogue ami, notamment en s'ingéniant à améliorer avec sa complice Nana Marton les définitions quelque peu déficientes de Georges Perec :





Si je ne m'abuse, on entrevoit une amusante allusion à ce célébrissime tableau de Manet dans le récent film de Greta Gerwig, Les filles du docteur March, qui tournicote la cervelle à force d'aller-retours entre les temps de narration au point que la réalisatrice semble s'être elle-même emmêlé les pinceaux (impressionnistes, il va de soie).

Cette scène, par exemple : comment Meg peut-elle descendre au jardin affirmer à son mari, John, qu'en fin de compte elle se contrefiche du coûteux tissu dont elle envisageait de tirer une robe (cf. le tout début du film), tandis que sa sœur Beth se meurt de la scarlatine à une époque où Meg n'a même pas encore rencontré John (qui conservera amoureusement le gant qu'elle oublia lors de sa première visite chez Laurie) ???

0 urbanités attiques:

Enregistrer un commentaire