Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 3 octobre 2019

Bibliomanie, généalogie et surprises politicardes


Je fais du tri dans la bibliothèque familiale, un livre non coupé me passe entre les mains (deux épais tomes, en fait) : Au Soir de la Pensée, mémoires du Tigre parus chez Plon en 1927.



Pfff… rien à foutre !

Mais au moment où je déplace l'ouvrage, un truc tombe d'entre les pages : une enveloppe portant une mention manuscrite de la main de ma grand-mère, Geneviève Guy (même si je ne la connaissais pas sous ce nom-là) :



Or il se trouve que cette frêle enveloppe contient plein de trucs : d'autres enveloppes, très anciennes, des cartes de visite, un télégramme, tout cela m'apprenant à moi ébaubi que le grand-père de ma grand-mère (Georges Guy) était un très proche du frangin de Georges Clémenceau, Albert.

Allez, je livre tout ça en vrac en attendant d'y voir plus clair.

D'abord, la dédicace sur la page de faux-titre du premier tome :


Les enveloppes des divers courriers :


avec des cartes de visite  :



et puis les deux lettres d'Albert Clémenceau à Georges Guy, à un an d'écart selon le cachet de la poste.

Celle du 14 mai 1926 (selon le tampon des P & T) :




Et celle du 17 mai 1927 (toujours selon le tampon des P & T) :




Enfin, un télégramme :


Après quoi tout le monde est mort.

0 urbanités attiques:

Publier un commentaire