Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mardi 21 août 2012

Le vrai est un moment du faux


« C’est une sorte de loi absolue que partout, en tous lieux, à toute période de la civilisation, dans toute croyance, au moyen de quelle discipline que ce soit, et sous tous les rapports, — le faux supporte le vrai; le vrai se donne le faux pour ancêtre, pour cause, pour auteur, pour origine et pour fin, sans exception ni remède, — et le vrai engendre ce faux dont il exige d’être soi-même engendré. »

Paul Valéry, « Petite lettre sur les mythes » [1928], in Variété
(Œuvres, tome I, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1957, p. 966)

19 commentaires:

  1. Cher GWFW, votre correction n'était pas là indispensable car ainsi écrivait Valéry. Un exemple en est donné par Grevisse (paragraphe 452) comme pur caprice d'écrivain : « Le reste des individus […], quelle soit leur valeur et leur compétence personnelle. »
    Quant à Hegel, il disait mieux en sa "Phénoménologie" : « Le faux est un moment du vrai (mais non plus en tant que faux). »

    RépondreSupprimer
  2. http://www.youtube.com/watch?v=GzmmNXXUMBU&feature=relmfu

    ( Jérôme chez le kebab )

    RépondreSupprimer
  3. Exact, Pierre : Grevisse cite également Gourmont et Duhamel.
    Au temps pour moi et grand merci, je vais donc supprimer ma correction intempestive.

    Je connais bien sûr ce passage de la Phénoménologie (que j'ai d'ailleurs cité aux débuts de ce blogue) ensuite détourné par Debord, mais je ne pensais pas lire ce genre de propos sous la plume de Valéry.

    RépondreSupprimer
  4. Tes pas enfants de mon silence21 août 2012 à 22:36

    Au risque de vous déplaire, j'aime Valéry.
    Bien sûr, ce n'est pas là le lieu ; mais où est-il ?

    RépondreSupprimer
  5. Mais voyons, thé, pourquoi cela me déplairait-il ?
    (et une fois de plus, rien compris à ce dernier pseudo…)

    RépondreSupprimer
  6. Merci, "personne pure, ombre divine" : sans vous , je n'aurais jamais retrouvé !
    (Et soit dit entre nous, "Et mon cœur n'était que vos pas", c'est de la beauté, non ?)

    RépondreSupprimer
  7. Corona (pas la bière)22 août 2012 à 21:53

    Oui.

    Vous ne le lisez pas assez souvent...

    RépondreSupprimer
  8. Comme j'avais un peu de tps ce we, me suis mis
    à Jonquet,
    que vous devez aimer

    un tant soit peu
    que je n'aime pas


    toujours pour les mêmes raisons
    non pas une écriture toute ronde comme Manchette
    un peu plus stylé
    mais
    un soufflé qui tombe vite.
    Oui, suis désagréable
    comme critique.
    J'aime que l(on m'enchante.
    Valéry est l'un parmi d'autres.
    Et, il y en a tant d'ennuyeux.

    RépondreSupprimer
  9. Ourf !
    Manchette, "une écriture ronde" ?!
    Je ne dirais pas ça : plutôt sèche et directe, disons même : implacable, à mon sens, comme un tir de .38. Et bien plus stylée que celle de Jonquet, qui n'a rien de marquant mais dont effectivement les premiers romans sont très appréciables — tous ceux d'avant Moloch, du moins.

    RépondreSupprimer
  10. http://chutedestrings.com/

    ( blog musical pour faire ses devoirs )

    RépondreSupprimer
  11. Sur le sujet je conseille la lecture du desormais classique "Les Grecs ont ils cru a leurs dieux?" de Paul Veyne.

    RépondreSupprimer
  12. "Dans mon pays, on ne questionne pas un homme ému"

    RépondreSupprimer
  13. Arrête ton char : j'avale, et ris.
    Hem.

    RépondreSupprimer
  14. mais,

    seuls
    les poètes

    RépondreSupprimer
  15. Elle est finie la belle histoire30 août 2012 à 20:03

    PS
    Est-ce-qu'on va pardonner à Vincent de confondre mythes et dieux ?

    RépondreSupprimer
  16. suite "tu peux me croire "30 août 2012 à 20:53

    Дурак ?

    RépondreSupprimer