Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

vendredi 6 août 2010

Forains lâchés !

« Les forains en colère voulaient régler leurs comptes avec un gendarme qui avait gazé l'un d'eux » (Le Courrier picard)

Mercredi 4 août, 22 h : fermeture des attractions de la fête foraine à Albert (Somme). Une bagarre éclate entre quelques jeunes Albertins et [je cède la parole au journal local] les forains, qui préviennent les gendarmes.
À leur arrivée, le ton monte. « Ils ont été pris à partie et bousculés » affirme un témoin.
Une vitre de leur véhicule est même brisée. « Menacés, ils ont répliqué avec des gaz lacrymogènes », expliquait jeudi après-midi le lieutenant-colonel Raoult. Les circonstances de cette altercation ne sont pas encore déterminées.

Mais une foraine de 22 ans a pris le gaz liquide en plein visage, ce qui a entraîné la colère de ses collègues et le retrait des militaires qui sont partis se réfugier à la gendarmerie.
Une vingtaine de forains les a poursuivis, certains pour demander des comptes à un des militaires. Ils ont fait le siège du site alors qu'une trentaine de gendarmes appelée en renfort arrivait de tout l'est du département, ainsi que le commandant départemental.
Au même moment sur la place, trois individus brisaient les vitrines des commerces.
Après de longues discussions, la ville a retrouvé sa tranquillité vers trois heures. Jeudi matin, elle s'est réveillée sous le choc.
La mairie a décidé d'enrôler un second maître-chien. Mais riverains, forains et élus craignaient qu'une nouvelle étape soit franchie la nuit dernière, durant laquelle la ville a été quadrillée par les forces de l'ordre.


* * *
Je demande qu'il soit permis, comme par le passé, aux habitants d'Azai de danser le dimanche sur la place de leur commune, et que toutes défenses faites, à cet égard, par le préfet, soient annulées.
Nous y sommes intéressés, nous, gens de Véretz, qui allons aux fêtes d'Azai, comme ceux d'Azai viennent aux nôtres. La distance des deux clochers n'est que d'une demi-lieue environ : nous n'avons point de plus proches ni de meilleurs voisins. Eux ici, nous chez eux, on se traite tour à tour, on se divertit le dimanche, on danse sur la place, après midi, les jours d'été. Après midi viennent les violons et les gendarmes en même temps ; sur quoi j'ai deux remarques à faire.

Nous dansons au son du violon ; mais ce n'est que depuis une certaine époque. Le violon était jadis réservé aux bals des honnêtes gens ; car d'abord il fut rare en France. Le grand roi fit venir des violons d'Italie, et en eut une compagnie pour faire danser sa cour gravement, noblement, les cavaliers en perruque noire, les dames en vertugadin. Le peuple payait ces violons, mais ne s'en servait pas ; dansait peu, quelquefois au son de la musette ou cornemuse, témoin ce refrain : Voici le pèlerin jouant de sa musette : danse, Guillot ; saute, Perrette. Nous, les neveux de ces Guillots et des ces Perrettes, quittant les façons de nos pères, nous dansons au son du violon, comme la cour de Louis le Grand. Quand je dis comme, je m'entends ; nous ne dansons pas gravement, ni ne menons, avec nos femmes, nos maîtresses et nos bâtards. C'est là la première remarque ; l'autre, la voici :

Les gendarmes se sont multipliés en France, bien plus encore que les violons, quoique moins nécessaires pour la danse. Nous nous en passerions aux fêtes du village, et à dire vrai ce n'est pas nous qui les demandons : mais le gouvernement est partout aujourd'hui, et cette ubiquité s'étend jusqu'à nos danses, où il ne se fait pas un pas dont le préfet ne veuille être informé, pour en rendre compte au ministre. De savoir à qui tant de soins sont plus déplaisants, plus à charge, et qui en souffre davantage, des gouvernants ou de nous gouvernés, surveillés, c'est une grande question et curieuse, mais que je laisse à part, de peur de me brouiller avec les classes, ou de dire quelque mot tendant à je ne sais quoi.



10 urbanités attiques:

CW a dit…

Forain lâché, forain fâché !

George WF Weaver a dit…

Je me suis laissé dire que la plupart de ces forains viennent de Lorraine : "Lorrains fâchés !", donc. Mais je crains, à vous lire, qu'on n'entende pas le double sens du titre, qu'il faut prononcer à la ch'ti…

Sinon, j'aime beaucoup votre nouveau blogue : très rafraîchissant. Allez, je le bloguerolle.

George WF Weaver a dit…

(enfin, "à la ch'ti", je sais pas trop, en fait : disons, à la manière de cette délicieuse petite pièce de Jean Tardieu, La môme Néant)

Moons a dit…

Merci ! J'aime beaucoup La môme Néant, qui était superbement dit par un vieil ami, il y a fort longtemps. Où avais-je la tête ?
Quant au titre, à la ch'ti, effectivement, il prend toute sa saveur, j'étais passée à côté (pour me concentrer sur le texte du billet).
Et en vieille fan de Guignol et Gnafron, je dirais forain regretté.

birahima2 a dit…

complètement à côté de la plaque

les fêtes de village c'est de la merde
c'est comme ça qu'on dit par chez nous.

Moons a dit…

Forain exagéré, tout de même !

birahima2 a dit…

ha ha ha, ha ha, ha ha ha ha ha ha

Moons a dit…

C'est bien ce que je disais. Respirez !

birahima2 a dit…

Good Luck ( comme on dit dans le Nord)

Anonyme a dit…

bira, il vous est arrivé de développer des bribes d'intelligence, çà et là.
Entraînez-vous, vous verrez : ça fait du bien.

Enregistrer un commentaire