Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mardi 14 janvier 2014

Trente ans après (bis)

J'avais déjà mentionné, voici près de deux ans, un groupe drômois du début des années 80 dont les concerts faisaient des ravages à l'époque dans le sud (de Montélimar à Montpellier, on voyait leurs affiches partout), qui avait même fait la première partie de Marquis de Sade (pour ceux qui s'en souviennent) aux Transmusicales de Rennes mais s'est dissous avant d'enregistrer le moindre album : Berlin 38, dont la teneur musicale oscillait entre Joy Division et Indochine.

Sages comme des images, d'arrière en avant et de gauche à droite : Henri, Michel, Carfi, Cassado et Raymond
Raymond, Cassado, Henri et Michel

Hé bien, miracle, l'ami Guillaume m'a apporté voici quelques jours quelques numérisations de vieilles cassettes, effectuées par le leader du groupe, Michel Ancilotti.

D'abord l'enregistrement d'un des tout premiers concerts du groupe, à Apt en 1980 :



Puis la maquette d'un album enregistrée au début des années 80, sobrement intitulée Autoproduction :



Et enfin le concert à Montpellier d'avril 1983 :



0 urbanités attiques:

Enregistrer un commentaire