Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

mardi 5 octobre 2010

Mordicus, au poste !
(quatrième émission, avec D.J.)


Durant le premier semestre de l'année 1991, la revue Mordicus se prolongea d'une irrégulière extension radiophonique (dans le cadre de l'émission Trafic, sur Radio Libertaire), grâce à l'énergie de l'infatigable, méphistophélique et regretté Daniel Joubert (dont on entend ici la voix mutine et chaude, parfois caverneuse).
La première émission ayant été un direct très confus, les suivantes furent un peu mieux préparées, notamment par de mémorables sessions d'enregistrement. Il y eut en tout et pour tout cinq émissions, avant que nos forces ne s'éclaircissent et que l'essoufflement ne gagne (il fallait en même temps œuvrer à la réalisation de la revue elle-même, organiser sa publicité grâce aux phylactères à becquets orientables collés dans le métro, etc., etc.)
Voici la quatrième émission, diffusée le 8 mai 1991. C'est une compilation des trois précédentes, avec quelques passages inédits. Une bouffée d'air de l'époque — pas toujours du meilleur goût…

2 urbanités attiques:

Pop9 a dit…

Très plaisant. Ai eu l'occasion d'évoquer Mordicus avec monsieur Faciunt pas plus tard qu'il y a deux heures. Avons vidé une chopine en parlant - notamment - de vous. Il vous adresse ses meilleures, et moi aussi.

GWFW a dit…

Et moi de même en retour à vous deux, évidemment — bien qu'à l'époque ce ne fussent pas des chopines, mais des tonneaux entiers que nous engloutissions (à un certain nombre, il est vrai, mais faiblissant, voire clignotant).

Oui, je crois lui en avoir filé un ou deux numéros, au père Ubi. J'espère que la bière est meilleure en Alsace qu'à Paris, mais rien de moins sûr…
Comme tout cela me paraît loin, et tellement potache ! Mais à l'époque il importait d'adoucir d'anciennes et stupides querelles de chapelle entre ex-pro-situs (pour parler assez étroitement large) en fomentant ensemble une impossible revue…
(Et dire que pendant que j'écris ceci, Alain Veinstein cause avec Amélie Nothomb ! une manière de fin du monde, comme de plus en plus souvent…)

Enregistrer un commentaire