Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

lundi 19 janvier 2015

Ceux qui ont le pouvoir de faire le mal et ne le font pas…



They that have power to hurt, and will do none,
That do not do the thing they most do show,
Who, moving others, are themselves as stone,
Unmoved, cold, and to temptation slow;
They rightly do inherit heaven's graces,
And husband nature's riches from expense;
They are the lords and owners of their faces,
Others, but stewards of their excellence.
The summer's flower is to the summer sweet,
Though to itself, it only live and die,
But if that flower with base infection meet,
The basest weed outbraves his dignity: 
   For sweetest things turn sourest by their deeds;
   Lilies that fester, smell far worse than weeds.

Shakespeare, Sonnet XCIV (fin du XVIe siècle)

Traduction de François-Victor Hugo :

Ceux qui ont le pouvoir de faire le mal et ne le font pas,
Ceux qui n’exercent pas la puissance qu’ils semblent le plus avoir ;
Ceux qui, remuant les autres, sont eux-mêmes comme la pierre,
Immuables, froids et lents à la tentation,
Ceux-là héritent légitimement des grâces du ciel

Et économisent les richesses de la nature.
Ils sont les seigneurs et maîtres de leur visage,
Et les autres ne sont que les intendants de leur excellence.
La fleur de l’été est un parfum pour l’été,

Bien que pour elle-même elle ne fasse que vivre et mourir.
Mais que cette fleur vienne à se flétrir,
La plus vile ivraie en éclipsera la valeur.
Car les plus douces choses s’aigrissent par l’abus,

Et les lis qui pourrissent sont plus fétides que les ronces.

1 urbanités attiques:

George WF Weaver a dit…

Tiens, je viens de retrouver une vieille tentative de traduction homophonique que j'avais commise voici vachement longtemps :

Des dattes hâves, peaux où errent (toux heurtant d’où ?) îles (d’où ?), nonnes.
Dattes d’où, note, douzes signes (des mots hostes : douche, eau
Ou mous, vignes), aux heures, ardaient, aiment s'élever. S. tonne :
Une moue veut deux cols d’Inde. Tout t’empêche : Yonne sous l’eau,
Des rails t’lient, d’où (oui!) nerfs. Rite est vœu. Nœuds s’précisent…

Enregistrer un commentaire