Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

dimanche 10 juillet 2016

Fatuité ?
Outrecuidance ?
Stupidité incommensurable ?
Non : 275 séances et 550 heures de modestie.


Vous en aviez marre de la soit-disant « Contre-histoire de la philosophie », depuis treize ans, tellement emplie d'un ahurissant amoncellement de contre-vérités et de simplismes de cour d'école primaire (y'a des méchants, moi y'en a être du côté des bons) ?

Vous étiez soulagés d'apprendre, l'été dernier, qu'à France Culture, dorénavant, on fraierait plus avec notre fameux Vychinski de par chez nous, qui s'est notamment rendu célèbre par sa géniale analyse libertaire (un peu comminatoire, à la réflexion — et d'ailleurs un abruti qui ne connaît même pas l'orthographe du mot « luddisme » mérite-t-il seulement le mépris, le pal ou le pilori ?…) au sujet d'un embarras ferroviaire survenu le samedi 8 novembre 2008 ?

Hé bien non, désolé, le triste sire qui se targue avec tant de panache de son enfance prolétaire envahit de nouveau les ondes estivales — et sans déconner, il démarre presque illico ainsi :

« Je pensais que finalement trois ans, trois ou quatre ans, j'aurais fait le tour de vingt-cinq siècles d'histoire des idées, d'histoire de la philosophie… »

12 urbanités attiques:

Jules a dit…

Morgen die ganze welt, en quelques sorte et comme chantaient un autre genre de crétins.
Quant au choix entre mépris, pal ou pilori, bien que n'étant ni commissaire politique, ni sanguinaire, nous penchons pour une pendaison. Aux tripes de Brice C, par exemple (autre pénible aux manières de roquet sévissant sur la même antenne).

George WF Weaver a dit…

Nous sommes hélas aussi coutumiers, pour notre part, de ce Couturier-là

Mais sais-tu seulement (mon tour d'énigme…) d'où vient cette expression : "pendre […] aux tripes du dernier des […]" ?

Jules a dit…

Spontanément et sans tricher, ça m'évoque un slogan des enragés de 68 (pendre le dernier capitaliste aux tripes du dernier bureaucrate me semble-t-il).
Mais peut-être ont-ils emprunté ça à la bande à Breton...
Correct ?

Le Tenancier a dit…

Pour l'analyse libertaire, elle débouche sur une erreur 404. Quelque part et s'agissant du sieur ci-dessus, ce n'est pas faux...

George WF Weaver a dit…

Pas d'erreur de modèle Peugeot chez moi, Tenancier, je viens de vérifier derechef.

Jules, la formulation que tu cites provient du Traité à l'usage des jeunes générations de Vaneigem, effectivement reprise en slogan sur les murs de 1968 : "L'humanité ne sera heureuse que le jour ou le dernier des", etc.

Mais l'idée remonte à bien plus loin, au tout premier écrit athée, le Testament du curé Meslier (XVIIIème siècle), où l'on lit ceci :

"je voudrais que le dernier des rois fût étranglé avec les boyaux du dernier prêtre".
Largement repompé depuis…

Le Tenancier a dit…

Boui, ça marche ce soir. Les Lares qui résident dans mon zozor étaient réticents. Pas assez de tripes de bureaucrate à offrir en holocauste, sans doute.

Pardonnez-moi cette réflexion, mais comment-utilisez vous "derechef", vous ?
(Je demande car un Bruno de votre connaissance en use de la même manière que vous semblez l'employer et cela m'interpelle...)

George WF Weaver a dit…

Mais de la façon qui sied, mon cher : "de nouveau", "encore une fois" — et non pas "illico" (même si tel était le cas tout à l'heure), comme on emploie souvent à tort le terme.

Et comme chacun sait, le tort tue — écrivé-je le sourire aux lièvres…

Le Tenancier a dit…

La vache, George, vous me stupéfiez...
Autrement, pour le titre de votre billet, j'aurais trouvé une formule plus lapidaire. C'est votre politesse exquise qui l'a emporté, comme d'habitude.

Wroblewski a dit…

"Y'a des méchants, moi y'en a être du côté des bons", "ne connaît même pas l'orthographe du mot « luddisme »". Mais ce nouveau nouveau philosophe chevelu frelaté n'a-t-il pas le mode de pensée de ce qu'il défend face aux luddites (j'imagine qu'il s'inscrit en faux contre eux et qu'il est technophile, mais n'en suis pas sûr, mea culpa le cas échéant) : il ne raisonne qu'avec des bits, le 1 et le 0. De là à dire qu'il philosophe comme une bit, je ne ferai pas le pas, certes non, ne comptez pas sur moi !

George WF Weaver a dit…

Mais nous aussi sommes furieusement binaires, cher Wrob, qui n'apprécions que les Huns et les Zorros !

Anonyme a dit…

Ces ondes onfroyantes que sont devenues France Cu ne sont plus qu'un méchef (!)

ArD

George WF Weaver a dit…

Macache bono.

Enregistrer un commentaire