Avertissement légal

Tous les textes apparaissant sur ce site sont automatiquement générés par notre nouveau logiciel Hétéronomix™ qui vous libère enfin de la pesante nécessité de réfléchir.
Ne perdez plus votre précieux temps de consommateur à répondre à vos correspondants, les plus exigeants fussent-ils quant à la teneur conceptuelle ou la qualité des propos échangés : Hétéronomix™ se charge de tout ! Syntaxe et orthographe garanties parfaites et évolutives au fil des décrets.
Approuvé par la norme AFNOR ISO 9001.

jeudi 24 mars 2016

… et on oublie l'avenir
pour quelques souvenirs…




Les derniers jours, dont la mort constitue le thème dominant, peut se lire comme le roman de la désillusion : les étudiants y vivent presque inconsciemment les derniers jours de leur jeunesse, les vieillards les derniers jours d'une existence marquée par l'échec et, comme le remarque en philosophe averti Alfred, le garçon de café adonné à l'astrologie, seul personnage clairvoyant autour duquel gravite tout ce monde dérisoire qu'il observe à distance, le temps n'est pas loin où la planète cessera elle-même d'exister.

Raymond Queneau, Les derniers jours, prière d'insérer



5 urbanités attiques:

Jules a dit…

On espère que la fermeture fut joyeuse et animée.

George WF Weaver a dit…

Elle le fut effectivement, cher Jules !
Bientôt des photos et peut-être de la vidéo…

Soluto a dit…

Un Queneau méquenu...

Nuit debout a dit…

A propos de quelques souvenirs, voici ce qu'écrit le dément précoce (ou sénile ?) Jérôme Leroy, auteur de polars notoirement encarté au Parti Stalinien Français (PCF pour ceux qui ne savent pas lire) :
« Les derniers staliniens sont à peu près partout (libéraux acharnés, communautaristes racistes, cultureux subventionnés plus crispés que des bonnes soeurs, antifascistes en peau de zob qui fichent mieux qu'une police politique, néoconservateurs réformés aux pieds plats ou associatifs pénibles occupant les niches victimaires), sauf au PCF.
Parfois, je me demande si ce n'est pas ça, notre problème, camarades.»
Sur ce, je vais m'en pendre quelques-uns ! A la bonne vôtre !

George WF Weaver a dit…

À la vôtre, bout de nuit, mais prenez-les plutôt que de vous les pendre — et soit dit en passant, Jérôme est malgré tous ses paradoxes un camarade libre et inaliénable.

Un ami, quoi ! Et qui m'est cher — pas comme un loir qui paresserait chez le regretté Michel Delpech.

Enregistrer un commentaire